Igno­rer le chant des si­rènes !

La Montagne (Vichy) - - Le Bouclier De Srpeotortusr En Auvergne - Va­lé­ry Le­fort

Les an­nées sui­vant un titre sont souvent dif­fi­ciles à gé­rer pour un en­traî­neur. Cler­mont l’a dé­jà vé­cu. D’autres aus­si, à com­men­cer par le Ra­cing cette sai­son. Existe-t-il un an­ti­dote ?

Le bon­heur est dans la place. Il était même, hier, im­mense sur la place de Jaude pour une com­mu­nion at­ten­due et ma­gni­fique entre l’ASM et son pu­blic. Ce­la va même au­de­là, tant le lien tis­sé entre l’ins­ti­tu­tion ASM et la ré­gion est fort. D’au­cuns disent qu’il n’y a que le sport pour en­gen­drer pa­reille sym­biose. À Cler­mont plus qu’ailleurs, sans doute, tant les sen­ti­ments de frus­tra­tion et de peine ont long­temps fait cou­ler de larmes.

Et puis, comment pour­rait­il en être au­tre­ment après sept ans de mal­heur, d’at­tente, d’es­poirs dé­çus ? Ce doux flot­te­ment de fier­té va per­du­rer tout l’été. Et même bien au­de­là ! S’il n’est évi­dem­ment pas ques­tion de bou­der ce plai­sir­là, ar­ra­ché de haute lutte au terme d’une sai­son ex­cep­tion­nelle de ré­gu­la­ri­té (deux fi­nales au comp­teur), se pose im­man­qua­ble­ment la ques­tion de l’après.

Quelles suites après ce titre ? On sait que de­puis dix ans, hor­mis l’ex­cep­tion Tou­louse (2011 contre la sur­prise Mont­pel­lier et 2012 face à Tou­lon pour son re­tour au som­met après vingt ans de di­sette), les an­nées post­titre sont com­pli­quées. Cham­pion 2016, le Ra­cing 92 n’a pas échap­pé à ce spleen du win­ner.

Ce que rap­pe­lait Laurent Tra­vers il y a quinze jours : « C’est très com­pli­qué en ef­fet. Dé­jà, avec le titre, tu re­prends plus tard. Ayant ga­gné, les gars ont un peu la tête dans les étoiles alors qu’il fau­drait faire plus car les autres équipes t’at­tendent par­tout au coin du bois. Toi, tu as donc ten­dance à faire un tout pe­tit peu moins, alors que les autres, mo­ti­vés, font un peu plus. Et voi­là, ce­la crée des dif­fi­cul­tés. »

Et si ce­la « crée des dif­fi­cul­tés » dans l’ano­ny­mat si­dé­ral des Hauts­de­Seine, ima­gi­nez l’im­pact ato­mique à Cler­mont où les joueurs s(er)ont lo­ca­le­ment choyés, fê­tés, re­mer­ciés… C’est là que l’in­dé­tec­table « poi­son » du « lâ­cher­prise » peut s’avé­rer dé­vas­ta­teur.

À chaud hier, Franck Azé­ma vou­lait croire que « c’est le dé­but de quelque chose ». Il a aus­si pour lui d’avoir vé­cu la dif­fi­cile sai­son post Graal de 2010 comme ad­joint de Cot­ter. Cette an­née­là, l’ASM avait eu toutes les peines du monde à se re­lan­cer dans le sillage d’une eu­pho­rie gé­né­rale et… in­édite.

Le point bas avait été at­teint en no­vembre avec un re­vers in­di­gent chez le pro­mu ro­che­lais, pro­vo­quant l’ire d’un pré­sident Fon­tès fai­sant in­tru­sion dans le ves­tiaire pour hur­ler son « sen­ti­ment de honte ». Cot­ter avait même pro­po­sé de se re­ti­rer…

Sept ans plus tard, on peut ima­gi­ner que les le­çons se­ront re­te­nues. Azé­ma a aus­si un autre atout exis­tant en 2010 : 51 joueurs uti­li­sés cette sai­son ! Il n’y au­ra ja­mais plus de 23 places sur la feuille de match. Vive la concur­rence donc ! D’au­tant que les jeunes ont une faim in­ex­tin­guible de titres. « On est là pour ça », lâ­chait cette se­maine Da­mian Pe­naud. En signe d’es­poir, on re­tien­dra aus­si cet échange édi­fiant au coeur de la nuit pa­ri­sienne après ce titre face à Tou­lon.

Sou­rire aux lèvres, JeanMarc Lher­met, dé­sor­mais res­pon­sable du pro­jet de dé­ve­lop­pe­ment du club, cham­brait gen­ti­ment Pa­to Fer­nan­dez sur les coups de 3 heures du mat’: « Toi, tu ar­rives et deux ans après, t’es cham­pion. Bra­vo ! ». Ré­ponse gour­mande du jeune Ar­gen­tin : « Et ce n’est que le dé­but ! ». Les germes du re­fus du chant des si­rènes sont là. Reste à les faire éclore. Après quelques se­maines de ré­pit et de bon­heur. ■

Azé­ma a pour lui l’ex­pé­rience de 2010/11 comme ad­joint de Cot­ter

PHO­TO PIERRE COUBLE

FAIM. À l’image de Pa­to Fer­nan­dez, et aus­si d’Étienne Fal­goux (der­rière), les jeunes se­ront de ceux qui vou­dront ga­gner d’autres titres. « Ce n’est que le dé­but ! », clame l’ou­vreur ar­gen­tin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.