Des­champs : « Pas d’eu­pho­rie ex­ces­sive »

La Montagne (Vichy) - - Sports L'actu Nationale -

Le 5-0 in­fli­gé au Pa­ra­guay en match ami­cal « n’a pas ame­né d’eu­pho­rie ex­ces­sive » au sein de l’équipe de France, a as­su­ré hier le sé­lec­tion­neur Di­dier Des­champs avant le choc contre la Suède ven­dre­di en qua­li­fi­ca­tions au Mon­dial 2018. ■ Le match contre le Pa­ra­guay ven­dre­di (5-0) vous at-il ras­su­ré sur l’état phy­sique de vos joueurs ? Je trouve les joueurs plu­tôt en très bonne condi­tion. J’étais un peu dans l’ex­pec­ta­tive, je m’in­ter­ro­geais, mais c’est plu­tôt sa­tis­fai­sant voire très sa­tis­fai­sant. La se­maine d’en­traî­ne­ment était in­té­res­sante en termes d’in­ten­si­té, comme le match lui­même. La cou­pure de deux jours leur a fait du bien. Cer­tains sont plus su­jets que d’autres à des va­ria­tions pon­dé­rales (sou­rire), mais ça va, il n’y a pas de sou­ci à ce ni­veau­là. Le match qui ser­vait de pré­pa­ra­tion a été bien réus­si, ça n’a pas ame­né d’eu­pho­rie ex­ces­sive non plus. C’est bien de mar­quer, c’est bon pour la confiance, mais (ven­dre­di, SE­REIN. Di­dier Des­champs est ras­su­ré de la condi­tion phy­sique af­fi­chée par ses joueurs.

NDLR) ce se­ra un match dif­fé­rent. ■ Con­si­dé­rez-vous ce match comme une fi­nale pour la qua­li­fi­ca­tion ? Non, car ça vou­drait dire qu’il n’y a pas de match der­rière. Pour nous il est im­por­tant, il l’est peut­être en­core plus pour les Sué­dois, mais il ne se­ra en au­cun cas dé­ci­sif. Prendre trois points là­bas se­rait l’idéal. ■ Quel sou­ve­nir gar­dez-vous

du match al­ler (2-1 en no­vembre 2016) ? C’était un match com­pli­qué face à une équipe très bien or­ga­ni­sée, res­tée com­pacte en bloc. On avait eu une bonne en­tame, une bonne pre­mière mi­temps, met­tant pas mal de vi­tesse et de per­cus­sion, puis ç’avait été plus dif­fi­cile. Les Sué­dois avaient ou­vert le score, on avait bien ré­agi dans la der­nière de­mi­heure en met­tant deux buts, et avec la fa­tigue on avait eu plus d’es­paces. Ils ont des qua­li­tés tech­niques, du ré­pon­dant sur le plan ath­lé­tique, une bonne or­ga­ni­sa­tion. Je m’at­tends au même type de match chez eux. ■ Comment gé­rez-vous Ky­lian Mbap­pé : est-il prêt à dé­bu­ter ven­dre­di ? Si vous le lui de­man­dez, lui est prêt, c’est sûr (sou­rire). Il est ca­pable de dé­bu­ter un match, il l’a dé­jà fait contre l’Es­pagne. C’est un jeune joueur mais ça ne l’a pas em­pê­ché de mon­trer avec son club, à tra­vers la Ligue 1 et la Ligue des cham­pions, qu’il était per­for­mant et dé­ci­sif. Il peut l’être avec nous. Comme tous les jeunes de nos jours, il a en­vie de tout tout de suite, je ne vois pas ça d’un mau­vais oeil, au contraire. Il a eu un pe­tit sou­ci la se­maine der­nière (à une cuisse, NDLR), après six mois char­gés. Il va ap­prendre à se gé­rer et gé­rer l’en­traî­ne­ment, parce qu’il fait tout à fond. Mais je pré­fère avoir à le cal­mer plu­tôt qu’à le se­couer. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.