Mla­de­no­vic em­por­tée par la tem­pête

Kris­ti­na Mla­de­no­vic s’est in­cli­née en deux sets (6-4, 6-4), hier, face à la Suis­sesse Ti­mea Bac­sinsz­ky au terme d’un match, com­men­cé par un très fort vent et in­ter­rom­pu deux fois par la pluie.

La Montagne (Vichy) - - Sports L'actu Nationale -

Kris­ti­na Mla­de­no­vic a été em­por­tée par la tem­pête, hier, en quarts de fi­nale de Roland­Garros, où la Suis­sesse Ti­mea Bac­sinsz­ky, mais aus­si le très fort vent qui souf­flait sur Pa­ris, ont mis fin à ses rêves de titre.

C’est une im­mense dé­cep­tion pour la Nor­diste, 14e mon­diale, qui avait éli­mi­né la cham­pionne sor­tante, l’Es­pa­gnole Gar­biñe Mu­gu­ru­za, au tour pré­cé­dent, et sem­blait ca­pable de suc­cé­der à Ma­ry Pierce, la der­nière à avoir sou­le­vé la Coupe Su­zanne­Len­glen en l’an 2000.

D’au­tant que le ta­bleau était bien ou­vert. La preuve : Bac­sinsz­ky af­fron­te­ra pour une place en fi­nale une joueuse presque in­con­nue, âgée de 19 ans,

la Let­tone Je­le­na Os­ta­pen­ko, 47e mon­diale, vain­queur de la Da­noise Ca­ro­line Woz­nia­cki.

Un vent à dé­cor­ner les boeufs souf­flait sur Pa­ris au mo­ment où les deux joueuses sont en­trées sur le court, mais le rè­gle­ment du tennis ne pré­voit pas de sus­pendre une ren­contre pour cette rai­son.

Dans ces condi­tions, le ni­veau de tennis est moins im­por­tant que la ca­pa­ci­té à s’adap­ter.

Dans cet exer­cice, la Suis­sesse était mieux ar­mée, avec ses va­ria­tions, ses balles tan­tôt bom­bées, tan­tôt frap­pées, tan­tôt sli­cées, que la Fran­çaise, dont le jeu re­pose sur la prise de risque et la puis­sance.

Gê­née au ser­vice et en coup droit, la vi­sion per­tur­bée par les ra­fales de terre bat­tue qui lui ar­ri­vaient dans les yeux, Mla­de­no­vic n’a pas pu dé­ve­lop­per son jeu dans le pre­mier set. Elle était dé­jà mal en­ga­gée dans le deuxième (4­6, 1­1 et 30­40, balle de break contre elle), quand une forte pluie lui a don­né un pre­mier sur­sis.

Pas de ren­ver­se­ment de si­tua­tion cette fois

Après trois heures d’at­tente au ves­tiaire, mal­gré le so­leil re­ve­nu et la bour­rasque trans­for­mée en mo­deste brise, elle n’a pas réus­si à re­tour­ner le match. Voyant mal la balle, elle était au bord des larmes lorsque la ren­contre a une nou­velle fois été ar­rê­tée par une averse, à 4­3 pour la Suis­sesse. Pour à peine plus d’une de­mi­heure cette fois­ci.

Au pre­mier tour, Mla­de­no­vic, souf­frant du dos, avait été me­née 3 à 0 dans la der­nière manche par Jen­ni­fer Bra­dy ; au troisième, une autre Amé­ri­caine, Shel­by Ro­gers, avait ser­vi pour le match. Cette fois­ci, il n’y a pas eu de mi­racle : Bac­sinsz­ky a conclu, sur une vo­lée ra­tée de la Fran­çaise, pour s’of­frir un se­cond ti­cket en de­mi­fi­nales après ce­lui de 2015.

« Je n’ai pas réus­si à mettre mon jeu en place. C’était dur de pro­duire du bon tennis, on es­sayait de faire ce qu’on pou­vait. Avec ces condi­tions hu­mides, froides, lentes, on était plu­tôt dans sa fi­lière.C’est quand même un quart de fi­nale à Roland. J’ai pas­sé un nou­veau cap. J’ai eu un dé­but de tournoi très com­pli­qué. Je peux conti­nuer à re­gar­der de l’avant », a re­con­nu Kris­ti­na Mla­de­no­vic. ■

GÊ­NÉE. Kris­ti­na Mla­de­no­vic n’a pas su s’adap­ter aux condi­tions cli­ma­tiques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.