Gi­roud las­sé d’être re­mis en cause FOOT­BALL/AMI­CAUX

La Montagne (Vichy) - - Sports L'actu Nationale -

Même si Oli­vier Gi­roud de­meure l’avant-centre pré­fé­ren­tiel de Di­dier Des­champs en équipe de France, il évoque sa las­si­tude de voir ses per­for­mances sou­vent re­mises en cause.

Oli­vier Gi­roud (30 ans), au­teur d’un tri­plé contre le Pa­ra­guay ven­dre­di (5­0), juge « las­sant » le dé­bat ré­cur­rent sur sa place en équipe de France, à quelques jours du choc contre la Suède, ven­dre­di, en qua­li­fi­ca­tions au Mon­dial 2018. ■ Le dé­bat sur vous en Bleu et sur votre cote de po­pu­la­ri­té vous lasse-t-il ? Oui, pour être hon­nête, c’est un peu las­sant, mais c’est un peu l’his­toire de ma car­rière, de ces der­nières an­nées, je suis tou­jours re­mis en ques­tion. Même si je consi­dère le foot comme un éter­nel re­com­men­ce­ment, je trouve ça las­sant, mais ça m’aide à rester en alerte et concen­tré sur ce que je dois faire sur le ter­rain. Le mé­tier d’at­ta­quant est tou­jours dé­li­cat, on est ex­po­sé : vite en­cen­sé quand on marque beau­coup, et tout l’in­verse quand on ne marque pas pen­dant deux, trois matchs. Je ne me pose pas de ques­tion sur ma cote de po­pu­la­ri­té, mon ob­jec­tif est de mar­quer et d’ai­der l’équipe de France à at­teindre ses ob­jec­tifs. ■ Vos sta­tis­tiques tran­chen­telles le dé­bat ? Un at­ta­ STA­TIS­TIQUES. Avec 26 réa­li­sa­tions, Oli­vier Gi­roud est en­tré par­mi les dix meilleurs buteurs de l’his­toire de l’équipe de France et ne veut pas s’ar­rê­ter là.

quant se juge par son im­pli­ca­tion dans le jeu et son ef­fi­ca­ci­té. Il est là pour fi­nir les ac­tions, le bon travail de l’équipe, c’est ce que je m’ef­force de faire, comme à Rennes ven­dre­di. J’ai un bon ra­tio et j’es­père bien grim­per dans la hiérarchie. ■ Vous sen­tez-vous comme un lea­der ou un grand frère? Lea­der, ça n’a ja­mais été ma na­ture première. Je ne vais pas me gê­ner de par­ler avant un match, mais je ne suis pas un aboyeur. Je peux être ame­né à don­ner des conseils, si on vient vers moi, c’est avec plai­sir. Quand on fait des exer­cices de fi­ni­tion de­vant le but, il m’est dé­jà ar­ri­vé de par­ler avec « Flo »

Thau­vin ou Ky­lian Mbap­pé. ■ Jus­te­ment, que pen­sez­vous de Mbap­pé ? C’est un su­per joueur, un bon pe­tit sur­tout, un en­fant (rire)… en­fin un jeune homme, mais il n’a que 18 ans. Il est im­pres­sion­nant de ma­tu­ri­té, c’est un joueur qui va al­ler très haut, mais il faut le lais­ser tran­quille, il doit en avoir marre qu’on soit sur ses côtes. ■ Avec An­toine Griez­mann, vous se­rez très attendus en Suède… C’est la pres­sion qu’on peut mettre sur les at­ta­quants, on est for­cé­ment tou­jours attendus. Avec An­toine on a beau­coup de confiance, des au­to­ma­tismes. J’ai re­vu tout à l’heure quelques

images du match al­ler (2­1 pour la France en no­vembre, ndlr). Je me sou­viens d’un bloc très dis­ci­pli­né, en 4­4­2, qui ré­ci­tait sa par­ti­tion tac­tique dé­fen­si­ve­ment par­lant très ap­pli­quée. A nous de con­tour­ner ce bloc et de se créer plus de si­tua­tions que lors du match al­ler. ■

La sai­son a été frus­trante pour James Ro­dri­guez, en par­tance du Real Ma­drid faute de temps de jeu. Mais le mi­lieu of­fen­sif co­lom­bien peut s’of­frir une belle re­vanche sur son pays d’ac­cueil lors d’un match ami­cal Es­pagne ­ Co­lom­bie à Mur­cie, ce soir (21 h 30).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.