Une large ma­jo­ri­té pour LREM ?

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

Le vote des Fran­çais de l’étran­ger, qui ont plé­bis­ci­té ce week-end les can­di­dats de La Ré­pu­blique en Marche au 1er tour des lé­gis­la­tives, confirme la dy­na­mique de la for­ma­tion d’Em­ma­nuel Ma­cron.

En tête dans 10 des 11 cir­cons­crip­tions en jeu, La Ré­pu­blique en Marche ! fran­chit même la barre des 50 % dans 8 d’entre elles. Un se­cond tour est tou­te­fois par­tout né­ces­saire, les can­di­dats ar­ri­vés en tête n’ayant pas at­teint le seuil de 25 % des élec­teurs ins­crits, du fait de la très faible par­ti­ci­pa­tion (19,1 %).

« Ce qui s’est pas­sé est peu­têtre an­non­cia­teur de ma­nière hy­per­tro­phiée des grands mou­ve­ments que l’on pour­rait ob­ser­ver di­manche pro­chain lors du pre­mier tour en mé­tro­pole », es­time Fré­dé­ric Da­bi de l’Ifop. « Il y a ce phé­no­mène de con­fir­ma­tion du vote pré­si­den­tiel et de co­hé­rence par rap­port au choix de l’élec­tion pré­si­den­tielle », sou­ligne­t­il.

Le vote de sa­me­di confirme que la dy­na­mique en fa­veur d’Em­ma­nuel Ma­cron en­re­gis­trée dans les enquêtes d’opi­nion ne fai­blit pas. Mais la par­ti­cu­la­ri­té des vastes cir­cons­crip­tions des Fran­çais « éta­blis hors de France » (Amé­rique du Nord, Asie/Russie, Moyen­Orient/Afrique…) in­cite les spé­cia­listes à la pru­dence. L’an­crage ter­ri­to­rial des dé­pu­tés y pèse beau­coup moins qu’en mé­tro­pole où les élus pré­sents sur le ter­rain bé­né­fi­cient d’une no­to­rié­té.

Les élec­teurs ex­pa­triés sont en outre glo­ba­le­ment en adé­qua­ tion avec le dis­cours « pro­bu­si­ness », pro­eu­ro­péen d’Em­ma­nuel Ma­cron et avec la mon­dia­li­sa­tion qu’ils vivent au quo­ti­dien.

Ef­fon­dre­ment des sor­tants

« Ce vote est une le­çon sur ce qui peut se pas­ser dans les très grandes ag­glo­mé­ra­tions, mais il ne nous dit pas grand­chose sur ce qui peut se pro­duire ailleurs », tem­père Em­ma­nuel Ri­vière, di­rec­teur de Kan­tar Sofres France. Ces pre­miers résultats « ne sont pas un bon signe » pour des per­son­na­li­tés, comme Na­jat Val­laud­Bel­ka­cem à Villeur­banne, qui se trouvent confron­tées à des si­tua­tions

com­pli­quées dans les grandes villes, note­t­il tou­te­fois.

La faible par­ti­ci­pa­tion en­re­gis­trée ce week­end, 19,1 % contre 20,7 % en 2012, pré­fi­gure­t­elle un ef­fon­dre­ment de la par­ti­ci­pa­tion di­manche en mé­tro­pole ? « C’est un phé­no­mène ha­bi­tuel », sou­ligne Em­ma­nuel Ri­vière, « le camp du vain­queur conti­nue de se mo­bi­li­ser pour les lé­gis­la­tives alors que les autres lâchent l’af­faire ».

Les Fran­çais de l’étran­ger se dé­placent ha­bi­tuel­le­ment peu pour vo­ter et, se­lon les ins­ti­tuts de son­dage, la par­ti­ci­pa­tion de­vrait at­teindre au­tour de 60 % di­manche en mé­tro­pole, contre 77,7 % au 1er tour de la pré­si­den­tielle le 23 avril.

Autre en­sei­gne­ment du vote des Fran­çais de l’étran­ger, les dé­pu­tés sor­tants ont qua­si­ment tous été lar­ge­ment dis­tan­cés et font les frais de la dy­na­mique d’En Marche ! De quoi don­ner des sueurs froides aux quelque 350 sor­tants qui briguent un nou­veau man­dat di­manche.

In­quié­tude au PS et à LR

Les can­di­dats so­cia­listes et de Les Ré­pu­bli­cains sortent en par­ti­cu­lier très af­fai­blis du vote. Des dé­pu­tés sor­tants comme l’an­cienne se­cré­taire d’État so­cia­liste Axelle Le­maire (9,83 %, Europe du Nord) ou l’an­cien mi­nistre Les Ré­pu­bli­cains Fré­dé­ric Lefebvre (14,53 %, Amé­rique du Nord), ar­rivent très loin der­rière leurs concur­rents de La Ré­pu­blique en Marche ! qui frôlent les 60 %. « Ça montre à quel point on est sur l’ef­fon­dre­ment du per­son­nel po­li­tique an­cien », sou­ligne Fré­dé­ric Da­bi.

In­ter­ro­gé sur les bons résultats de la for­ma­tion d’Em­ma­nuel Ma­cron chez les Fran­çais de l’étran­ger, l’an­cien Pre­mier mi­nistre Ber­nard Ca­ze­neuve a dé­fen­du hier la pré­sence de dé­pu­tés so­cia­listes au Par­le­ment, « si nous vou­lons que ce quin­quen­nat réus­sisse et ne s’en­gage pas dans une mau­vaise di­rec­tion ».

Xavier Ber­trand, pré­sident Les Ré­pu­bli­cains des Hauts ­deF­rance, a mis en garde pour sa part contre « une ma­jo­ri­té écra­sante » en fa­veur du chef de l’État an­non­cée par les son­dages, qui écra­se­rait à la fois l’op­po­si­tion et « les ga­ran­ties d’équi­libre dans un pays ». ■

PHOTO AFP

TOUT SOU­RIRE. Le par­ti pré­si­den­tiel en tête dans 10 des 11 cir­cons­crip­tions des Fran­çais de l’étran­ger.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.