EN CAM­PAGNE

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

TRAN­SI­TION ÉCO­LO­GIQUE. Le gou­ver­ne­ment pré­sen­te­ra ce mois-ci sa « feuille de route » en ma­tière de tran­si­tion éco­lo­gique avec « une vo­lon­té d’agir vite », a an­non­cé l’Ély­sée, hier, au terme d’une table ronde avec des ONG et des cher­cheurs. Ce « pro­gramme de travail » com­pren­dra no­tam­ment des en­ga­ge­ments sur l’in­ter­dic­tion des nou­veaux per­mis de re­cherche d’hy­dro­car­bures, la ré­no­va­tion éner­gé­tique des bâ­ti­ments (no­tam­ment pu­blics), la ré­vi­sion de la taxe car­bone et de la fis­ca­li­té du die­sel.

PHI­LIPPE À COLOMBEY AU­JOURD’HUI. Le Pre­mier mi­nistre Édouard Phi­lippe va se re­cueillir, au­jourd’hui, sur la tombe du gé­né­ral de Gaulle à Co­lom­beyles-Deux-Églises (Haute-Marne), van­da­li­sée le 27 mai, avant de se rendre au­près des pi­lotes de Ra­fale sur la base de Saint-Di­zier (Haute-Marne). Le chef du gou­ver­ne­ment se­ra ac­com­pa­gné de la mi­nistre des Ar­mées Syl­vie Gou­lard.

« DROITES IRRÉCONCILIABLES ». Il existe « deux droites irréconciliables », a es­ti­mé, hier, Ben­ja­min Gri­veaux, porte-pa­role et can­di­dat de la Ré­pu­blique en marche à Pa­ris, en re­pre­nant le concept de gauches « irréconciliables » théo­ri­sé par l’an­cien Pre­mier mi­nistre PS Ma­nuel Valls. Ben­ja­min Gri­veaux était in­ter­ro­gé sur la pos­si­bi­li­té d’une scis­sion du groupe Les Ré­pu­bli­cains à l’As­sem­blée, évo­quée par le dé­pu­té LR Thierry So­lère.

SAR­NEZ ET ELLE SEULE. La Ré­pu­blique en marche (REM) a rap­pe­lé, hier, que la mi­nistre Ma­rielle de Sar­nez, confron­tée à des can­di­da­tures dis­si­dentes, était la seule in­ves­tie par le par­ti d’Em­ma­nuel Ma­cron dans la 11e circonscription de Pa­ris. « Nul autre can­di­dat ne sau­rait en consé­quence se ré­cla­mer du sou­tien du mou­ve­ment En Marche ! ou uti­li­ser la ban­nière La Ré­pu­blique En Marche », a sou­li­gné Ca­the­rine Bar­ba­roux, pré­si­dente par in­té­rim du par­ti. L’ex-conseillère du Mo­Dem et ad­hé­rente de la REM Ar­melle Mal­voi­sin semble être la première vi­sée par ce com­mu­ni­qué.

S’IL Y AVAIT EU LA LOI… Si son pro­jet de loi de mo­ra­li­sa­tion de la vie dé­mo­cra­tique avait été en ap­pli­ca­tion, l’af­faire Fer­rand « n’au­rait pas pu se pro­duire », a es­ti­mé, hier, le garde des Sceaux François Bay­rou. « Cette loi, elle est faite pour mettre des garde-fous », a-t-il in­sis­té. ■

MU­TUELLES PERQUISITIONNÉES. Une per­qui­si­tion a eu lieu au siège des Mu­tuelles de Bre­tagne, à Brest, jeu­di der­nier, jour de l’ou­ver­ture d’une en­quête pré­li­mi­naire dans l’af­faire im­mo­bi­lière im­pli­quant le mi­nistre Ri­chard Fer­rand. ■

AT­TEN­TION À L’ÉCRASEMENT ! Xavier Ber­trand, pré­sident LR de la ré­gion Hauts-de-France, a mis en garde, hier, contre la « ma­jo­ri­té écra­sante » an­non­cée par les son­dages pour La Ré­pu­blique en Marche aux lé­gis­la­tives, parce qu’« une ma­jo­ri­té écra­sante écrase l’op­po­si­tion, écrase les ga­ran­ties d’équi­libre ». « Ce que je re­proche au­jourd’hui, c’est que d’une cer­taine fa­çon En Marche, c’est le par­ti des gens qui ha­bitent dans les très grandes villes, les mé­tro­poles, et qui n’ont pas vrai­ment de pro­blèmes », a en­core dit Xavier Ber­trand. Se­lon lui, « le pré­sident de la Ré­pu­blique, il parle très bien à la France qui va bien, et […] il ne parle pas à la France qui va mal ». ■

CA­ZE­NEUVE : PLAINTE DÉ­PO­SÉE. La plainte en dif­fa­ma­tion de Ber­nard Ca­ze­neuve contre Jean-Luc Mé­len­chon a été dé­po­sée hier, a an­non­cé, à Mar­seille, l’ex-Pre­mier mi­nistre lors d’une vi­site de sou­tien à Pa­trick Men­nuc­ci (PS), qui se pré­sente dans la même circonscription que le lea­der de la France in­sou­mise. À propos de Jean-Luc Mé­len­chon, Ber­nard Ca­ze­neuve a évo­qué « une opé­ra­tion d’au­to­des­truc­tion ». ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.