Plainte de Mor­gan Par­ra contre les squat­teurs de sa pis­cine Quinze mois ferme pour l’au­to­mo­bi­liste

La Montagne (Vichy) - - Région - Faits Divers - Sté­phane Bar­noin Ch­ris­tian Le­fèvre

La vi­déo a fait sou­rire – voire fran­che­ment ri­go­ler – des di­zaines de mil­liers d’in­ter­nautes de­puis lun­di. Mais elle n’a pas été du goût du prin­ci­pal in­té­res­sé…

Lun­di, à l’aube, alors que Mor­gan Par­ra fes­toyait gaie­ment dans la ca­pi­tale, Bren­nus en poche, des pe­tits ma­lins se sont in­tro­duits dans sa pro­prié­té cler­mon­toise. Ces cinq sup­por­ters vi­si­ble­ment émé­chés – et os­ten­si­ble­ment nus – sont en­trés sans ef­frac­tion, par le che­min d’ac­cès de la mai­son, pour s’of­frir un plon­geon ma­ti­nal dans la pis­cine du de­mi de mê­lée de l’ASM. « On est cham­pions ! Mer­ci pour ta pis­cine Mor­gan ! », se marre l’un des in­trus.

Vio­la­tion de pro­prié­té

Cette scène im­pro­bable, qui dure deux mi­nutes, a été fil­mée par les pro­ta­go­nistes et aus­si­tôt en­voyée sur les ré­seaux so­ciaux. Avant d’être re­prise en boucle de site en site…

Confron­té bien mal­gré lui à ce buzz plu­tôt em­bar­ras­sant, Mor­gan Par­ra a dé­po­sé plainte dès le len­de­main. Une pro­cé­dure est ouverte pour « vio­la­ tion de pro­prié­té privée ».

Pris à leur propre piège, les cinq vi­si­teurs ont dé­jà été iden­ti­fiés. L’un d’eux, Cler­mon­tois, au­rait ser­vi de guide aux quatre autres, ve­nus de l’Hé­rault pour as­sis­ter à la fi­nale du Top 14 en terre au­ver­gnate. La joyeuse troupe est li­cen­ciée dans un club de rug­by ama­teur, près de Bé­ziers.

« Je peux com­prendre que cette vi­déo soit em­bê­tante pour Mor­gan Par­ra, je suis dé­so­lé pour lui », ré­agit le pré­sident du club en ques­tion. « En même temps, il ne faut pas dra­ma­ti­ser. Ce ne sont pas des mau­vais gar­çons, en­core moins des cri­mi­nels, juste quatre fê­tards im­ma­tures qui ont vou­lu s’amu­ser en fai­sant une blague po­tache. C’est de la dé­conne de rug­by­men. Je les ai in­ci­tés à pré­sen­ter leurs ex­cuses au plus vite. Sin­cè­re­ment, je crois qu’ils sont eux­mêmes dé­pas­sés par l’am­pleur du truc. »

Se­lon nos in­for­ma­tions, les cinq na­geurs se­ront en­ten­dus dans les jours qui viennent par les po­li­ciers. On ima­gine l’am­biance su­bi­te­ment beau­coup moins fes­tive… ■ « Quinze mois ? ». En ap­pre­nant la peine à la­quelle il ve­nait d’être condam­né, hier, par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel, Ju­lien Koh­ler, un Billo­mois de 28 ans, n’en a pas cru ses oreilles (*).

Cette condam­na­tion, as­sor­tie d’un pla­ce­ment sous man­dat de dé­pôt, est ve­nue sanc­tion­ner la folle course­pour­suite dans la­quelle il a en­traî­né les gen­darmes de Billom, vers 3 h 30, sa­me­di der­nier. Ivre et sans per­mis, il avait ten­té de se sous­traire à un contrôle des mi­li­taires, après un ro­déo noc­turne, dans les rues du cen­tre­ville, au vo­lant d’une Peu­geot 605. Ce n’est qu’après un pé­riple de plus d’un ki­lo­mètre que les gen­darmes étaient par­ve­nus à le re­joindre, au beau mi­lieu d’un cam­pe­ment de gens du voyage. Pas­sa­ble­ment émé­ché et bien dé­ci­dé à ne pas se lais­ser faire, le jeune homme avait re­fu­sé de se sou­mettre au contrôle d’al­coo­lé­mie, tout en in­ju­riant et en me­na­çant les gen­darmes de mort.

« Je re­grette ce que j’ai fait, mais je crois qu’on a dû mettre du LSD dans les bières que j’ai bues ce soir­là avec un autre gars », a­t­il af­fir­mé, hier, face aux ma­gis­trats, qui le ju­geaient en com­pa­ru­tion im­mé­diate. Tout en es­ti­mant « ne plus gar­der beau­coup de sou­ve­nirs » de cette soi­rée d’ivresse...

« Il faut re­mettre cette his­toire dans un contexte d’al­coo­li­sa­tion mas­sive », a son avo­cate, M Peg­gy­Anne Ju­lien, non sans rap­pe­ler les ef­forts de ré­in­ser­tion de son client, dé­jà cinq fois condam­né pour des faits si­mi­laires (sur un to­tal de douze men­tions au ca­sier ju­di­ciaire). ■

(*) Le re­pré­sen­tant du mi­nis­tère public avait re­quis douze mois de pri­son, avec main­tien en dé­ten­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.