Lo­pez l’avè­ne­ment, Pe­naud l’éclo­sion

Cler­mont a joué deux fi­nales cette sai­son et rem­por­té un titre. Un bon­heur qui doit à la force du col­lec­tif, mais aus­si à cer­taines in­di­vi­dua­li­tés.

La Montagne (Vichy) - - Top 14 - 2016-2017 - Ch­ris­tophe Bu­ron et Va­lé­ry Le­fort 5« Ex­cep­tion­nel - 4« Ex­cellent 3« Bon-2 Moyen

1 L’homme de la sai­son : Lo­pez. D’ou­vreur de bon ni­veau du Top 14 à stra­tège à la di­men­sion in­ter­na­tio­nale, l’homme de Mau­léon a fran­chi un cap im­mense cette sai­son, en équipe de France comme en club. Même s’il n’a pas tout réus­si dans la fi­nale face à Tou­lon, Lo­pez a été dé­ci­sif à maintes re­prises en phases fi­nales des deux com­pé­ti­tions. Jeu au pied per­for­mant, dé­fense cou­ra­geuse, ani­ma­tion qua­si par­faite et prise d’ini­tia­tives per­ti­nente, le nu­mé­ro 10 cler­mon­tois, li­bé­ré de l’ombre en­com­brante de Brock James, a été l’homme clé de la sai­son. 2

Les grandes sa­tis­fac­tions : Zi­ra­ka­sh­vi­li, Va­haa­ma­hi­na, Itur­ria, Par­ra, Rou­ge­rie.

À 33 ans, le Fran­co­Géor­gien reste une ré­fé­rence ab­so­lue à droite de la mê­lée. Va­haa­ma­hi­na, mal­gré une fin de sai­son écour­tée sur bles­sure, a été royal et ré­gu­lier. Itur­ria est en­tré dans ce sé­rail comme un tau­reau fu­rieux dans l’arène alors que Par­ra a prou­vé, en fi­nale, comme en 2010, qu’il pou­vait être dé­ci­sif lors des grands ren­dez­vous au­de­là de sa sai­son de qua­li­té. En­fin, Rou­ge­rie a vu sa fi­dé­li­té récompensée, lui qui a sou­vent sor­ti de gros matchs avant de cé­der la place à Pe­naud. 3

Sai­son sa­tis­fai­sante : Chaume, Kayser, Lee, Ya­to, Chou­ly, La­me­rat, Stret­tle, Aben­da­non, Ra­ka, Jar­vis.

Ils sont les cadres forts de l’équipe. Ceux qui ont joué les grands matchs ou fait la dif­fé­rence par leur ta­lent à un mo­ment pré­cis. Chaume s’est im­po­sé par sa ré­gu­la­ri­té à gauche ; Kayser a re­pris les com­mandes au ta­lon­nage ; Ya­to a été mons­trueux en quart de Coupe d’Eu­rope contre Tou­lon ; Chou­ly a sou­vent été in­tel­li­gent et pré­cieux, no­tam­ment sur des coups en touche ; La­me­rat a été gé­né­reux. Stret­tle a été fa­bu­leux TRIO GA­GNANT. Avec Lo­pez et Pe­naud qui en­serrent Par­ra, l’ASM a trou­vé là le ta­lent et les res­sorts pour al­ler au bout… de bois.

en Ul­ster et dé­ci­sif face au Leins­ter. Ra­ka, en­fin, a dé­bou­lé en fin de sai­son avec le bon­heur que l’on sait alors que le pi­lier droit Jar­vis, après des dé­buts plus que ti­mides, est sin­gu­liè­re­ment mon­té en gamme. 4

Les révélations : Fal­goux, Can­co­riet, Pe­naud. Le titre de cham­pion de Cler­mont res­te­ra as­so­cié au pa­ri de la jeu­nesse ten­té et réus­si par Franck Azé­ma. Si Fal­goux était at­ten­du au poste de pi­lier gauche, il a su pas­ser de­vant la concur­rence « in­ter­na­tio­nale » de Do­mi­go et

De­ba­ty. Pas grand monde n’au­rait pa­rié sur une pré­sence de Can­co­riet dans le quinze du sprint fi­nal en Top 14. Phy­si­que­ment, le jeune Pa­ri­sien a pris une épais­seur telle, qu’il semble de­ve­nu presque in­con­tour­nable sur les deux der­niers mois de la sai­son.

Quant à Pe­naud, c’est bien la très belle sur­prise du rug­by fran­çais. De­puis jan­vier, et la bles­sure de Fo­fa­na, il a pris une place qui ne se dis­cute pas… Même l’icône Rou­ge­rie a es­ti­mé qu’il de­vait s’ef­fa­cer de­vant le ta­lent et la fraî­cheur du fils de l’an­cien Bri­viste.

5

Bles­sures et maux di­vers : De­ba­ty, La­pan­dry, Ko­le­li­sh­vi­li, Bar­dy, Fo­fa­na, Na­kai­ta­ci, Toea­va.

De­ba­ty n’est ap­pa­ru qu’en poin­tillés ces deux der­nières sai­sons de­puis la Coupe du Monde. La­pan­dry a réus­si une an­née de haute li­gnée, avant d’être fau­ché en plein vol dans le money time. Un des­tin cruel pour ce gar­çon exem­plaire et ré­gu­lier. Les autres ont été fau­chés par des bles­sures. Con­sé­quence pour Bar­dy : un dé­part dans un re­la­tif ano­ny­mat pour ce guer­rier né au club. 6

Les bons sol­dats : Do­min­go, Ric, Ulu­gia, Van der Merwe, Ti­ma­ni, Gé­ron­deau, Ra­do­savl­je­vic, Stan­ley, Plan­té.

Ils ont été tou­jours là quand Azé­ma et Gibbes ont eu be­soin d’eux. Pour­tant, Ric, pour ne ci­ter que cet exemple, a bas­cu­lé au poste de n° 3 à droite. Ti­ma­ni, puis­sant mais sou­vent moyen, a dis­pu­té un match fa­bu­leux… sur les 25 mi­nutes pas­sées au Stade de France ! Plan­té a fait le job, comme Stan­ley. Ra­do a fait avec ses moyens. 7

Ils doivent mon­ter en gamme : Be­he­re­ga­ray, Je­dra­siak, Cas­sang, Fer­nan­dez, Gros­so.

Ils n’ont pas dé­mé­ri­té, mais pour des rai­sons di­verses ils n’ont peut­être pas pris la place qu’ils semblent en me­sure d’oc­cu­per. Be­he­re­ga­ray a beau­coup bos­sé phy­si­que­ment, il doit dé­sor­mais s’ins­crire dans le rou­le­ment des ta­lon­neurs de ma­nière plus constante. Cas­sang est dans le même cas. Il de­vra pro­fi­ter des rares fe­nêtres de tir, entre Par­ra et Laid­law, pour confir­mer les es­poirs pla­cés en lui.

Contra­rié à un mau­vais mo­ment de la sai­son par une bles­sure, Je­dra­siak a prou­vé sur la fi­nale qu’il a son mot à dire. Il doit re­trou­ver le de­vant de la scène la sai­son pro­chaine. Fer­nan­dez a vu aus­si une bles­sure cas­ser son élan en dé­but d’an­née. Le ta­lent est in­dé­niable, il lui faut fran­chir un cap pour ga­gner en ré­gu­la­ri­té. Re­cru­té comme jo­ker, Gros­so n’a pas eu trop le loi­sir de s’illus­trer d’au­tant qu’il ne pou­vait pas jouer l’Eu­rope. Do­té d’un pro­fil un peu dif­fé­rent des autres ai­liers du groupe, on at­tend qu’il amène son punch et sa fa­cul­té à tou­jours avan­cer. ■ L'HOMME DE LA SAI­SON Lo­pez.

Zi­ra­ka­sh­vi­li, Va­haa­ma­hi­na, Itur­ria, Par­ra, Rou­ge­rie, Can­co­riet, Pe­naud.

Chaume, Kayser, Fal­goux, Lee, Ya­to, Chou­ly, La­me­rat, Stret­tle, Aben­da­non, Ra­ka, Jar­vis, La­pan­dry, Fo­fa­na, Na­kai­ta­ci, Ko­le­li­sh­vi­li, Be­he­re­ga­ray, Je­dra­siak, Fer­nan­dez.

De­ba­ty, Bar­dy, Toea­va, Do­min­go, Ric, Ulu­gia, Van der Merwe, Ti­ma­ni, Gé­ron­deau, Ra­do­savl­je­vic, Stan­ley, Plan­té, Cas­sang, Gros­so.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.