Ré­ga­lien pour ras­su­rer

La Montagne (Vichy) - - France & Monde - Actualités - BER­NARD STÉPHAN ber­nard.ste­phan@cen­tre­france.com

Emmanuel Ma­cron, en créant la task force, tente de com­bler une ca­rence mise en exergue au len­de­main de cha­cun des at­ten­tats qui a frap­pé la France : nous pé­chons par manque de ren­sei­gne­ments. Nous avons les struc­tures, les hommes, les moyens tech­niques, mais nous avons un dé­fi­cit d’im­mer­sion et de connais­sance des groupes où germent les pas­sages à l’acte. Tous les au­teurs d’at­ten­tats ont dé­mon­tré que les loups so­li­taires n’existent pas : ils sont tou­jours liés à des ré­seaux, des groupes. La connais­sance des ra­mi­fi­ca­tions est la clé pour ten­ter d’en­rayer le mal avant que ne sur­vienne la tra­gé­die.

Dans le même temps est an­non­cé un tra­vail lé­gis­la­tif pour don­ner une is­sue à l’État d’ur­gence sans s’af­fran­chir de cer­taines me­sures per­met­tant une ac­tion ra­pide vis­à­vis des sus­pects. Il s’agit bien de re­trou­ver un fonc­tion­ne­ment normal sans pour au­tant être ac­cu­sé de fai­blesse. La porte est donc étroite pour l’exé­cu­tif, qui cherche à af­fi­cher une nor­ma­li­sa­tion sans tom­ber sous le coup du pro­cès en laxisme parce qu’il au­rait mis fin à l’état d‘ur­gence.

Les dé­ci­sions en cours font écho au pro­bable chan­tier eu­ro­péen qui va s’im­po­ser aux États à la suite du Brexit d’une part et de la vo­lon­té de re­pli amé­ri­caine d’autre part. À sa­voir une dé­fense eu­ro­péenne qui soit en ca­pa­ci­té de lut­ter contre le ter­ro­risme, tant sur des ter­rains ex­té­rieurs qu’en in­terne, en construi­sant là aus­si un sys­tème de col­lecte et de trai­te­ment du ren­sei­gne­ment eu­ro­péen et en met­tant en oeuvre un nou­veau Schen­gen adap­té à la me­nace.

Emmanuel Ma­cron fait vi­brer la corde du ré­ga­lien sur le re­gistre in­té­rieur, après avoir joué avec brio la par­ti­tion de l’in­ter­na­tio­nal. Mais en or­ga­ni­sant sous son au­to­ri­té la task force, il se prive d’un fu­sible, le Pre­mier mi­nistre, bien utile en cas de ba­vure. Il se veut ras­su­rant, et ce n’est pas exempt de cal­culs po­li­tiques à quelques jours du pre­mier tour des lé­gis­la­tives, même si le pro­jet de loi sur la sé­cu­ri­té po­se­ra beau­coup de ques­tions sur les li­ber­tés pu­bliques. Mais l’exé­cu­tif mise im­mé­dia­te­ment sur l’ef­fet d’an­nonce de ses in­ten­tions sur l’opi­nion. Il se­ra temps de rec­ti­fier après les élec­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.