Un as­saillant au pro­fil sur­pre­nant

La Montagne (Vichy) - - France & Monde - Actualités -

L’en­quête sur l’at­taque au mar­teau d’un po­li­cier de­vant Notre-Dame de Pa­ris se concen­trait hier sur le pro­fil aty­pique de l’as­saillant ayant prê­té al­lé­geance à l’EI, un universitaire de 40 ans in­con­nu des ser­vices de ren­sei­gne­ment.

L’homme, Fa­rid I., n’avait pas « don­né de signes de sa ra­di­ca­li­sa­tion » et toutes les in­di­ca­tions confirment la thèse « d’un acte iso­lé », a af­fir­mé hier le porte­pa­role du gou­ver­ne­ment, Ch­ris­tophe Cas­ta­ner.

En garde à vue

Les po­li­ciers ont re­trou­vé dans l’ap­par­te­ment qu’il louait à Cer­gy (Val d’Oise) une vi­déo dans la­quelle il prête al­lé­geance au groupe État is­la­mique (EI). Les po­li­ciers ont éga­le­ment sai­si « plu­sieurs sup­ports nu­mé­riques en cours d’ex­ploi­ta­tion » lors de la per­qui­si­tion me­née mar­di soir dans son stu­dio d’une ré­si­dence étu­diante.

Après avoir été bles­sé à la cuisse par des tirs de ri­poste, son état de santé a néan­moins été ju­gé com­pa­tible avec une garde à vue à l’hô­pi­tal, qui a com­men­cé hier à 8 h 45. LA VIE RE­PREND SON COURS. La ca­thé­drale a été ré­in­ves­tie par les tou­ristes dès le len­de­main de l’at­taque.

En at­ta­quant mar­di un membre d’une pa­trouille de po­lice sur le par­vis de l’édi­fice ca­tho­lique, l’agres­seur a re­ven­di­qué être « un sol­dat du ca­li­fat ». L’homme, qui était éga­le­ment mu­ni de deux cou­teaux de cui­sine, a crié « c’est pour la Sy­rie » au mo­ment où il frap­pait le po­li­cier, se­lon le mi­nistre de l’In­té­rieur, Gé­rard Col­

lomb, sans doute en ré­fé­rence à la coa­li­tion militaire in­ter­na­tio­nale à la­quelle par­ti­cipe la France pour éra­di­quer l’EI en Irak et Sy­rie.

Le po­li­cier agres­sé (22 ans), lé­gè­re­ment bles­sé au­des­sus de la nuque, a pu quit­ter l’hô­pi­tal hier. Le par­quet an­ti­ter­ro­riste a ou­vert une en­quête.

L’as­saillant por­tait des pa­piers au nom de Fa­rid I., né en Al­gé­rie en jan­vier 1977 et ins­crit de­puis 2014 comme doc­to­rant en sciences de l’in­for­ma­tion de l’uni­ver­si­té de Lor­raine, à Metz. Fa­rid I. était « aux an­ti­podes de tout ce qu’on dé­crit », a af­fir­mé son di­rec­teur de thèse, Ar­naud Mer­cier, qui le connaît de­puis 2013. Son étu­diant « doux comme un agneau », « dé­fen­dait des va­leurs de la dé­mo­cra­tie ».

Se­lon lui, Fa­rid I. avait une li­cence de jour­na­lisme ob­te­nue en Suède et avait été jour­na­liste à la ra­dio sué­doise. L’uni­ver­si­té d’Upp­sa­la, au nord de Stock­holm, a confir­mé qu’il était étu­diant dans cette pres­ti­gieuse uni­ver­si­té entre 2009 et 2011, date à la­quelle il a été di­plô­mé en jour­na­lisme.

Se­lon le ta­bloïd sué­dois Ex­pres­sen, il était ma­rié jus­qu’en 2005 à une Sué­doise et a quit­té le pays en 2013. Se­lon une fiche à son nom sur le site pro­fes­sion­nel Linkedin, Fa­rid I. dit avoir di­ri­gé un jour­nal lo­cal à Bé­jaïa, en Ka­by­lie, et avoir tra­vaillé pour le quo­ti­dien al­gé­rien El Wa­tan, connu pour sa ligne ra­di­ca­le­ment an­ti­is­la­miste. ■

PHO­TO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.