Nou­velles consignes au ta­bleau

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Ac­tua­li­tés -

À trois mois de la ren­trée, le mi­nistre de l’Édu­ca­tion pro­met des stages de sou­tien avant la 6e, rap­pelle aux en­sei­gnants la pos­si­bi­li­té du re­dou­ble­ment et pré­sente aux syn­di­cats un as­sou­plis­se­ment des ré­formes em­blé­ma­tiques du pré­cé­dent gou­ver­ne­ment.

Jean­Mi­chel Blan­quer, le mi­nistre de l’Édu­ca­tion, a pré­sen­té hier ses pistes pour lut­ter contre l’échec sco­laire. Dans une in­ter­view au Pa­ri­sien/ Au­jourd’hui en France, il a ain­si re­mis sur la table le re­dou­ble­ment, qu’il sou­haite « au­to­ri­ser à nou­veau » dès la pro­chaine an­née sco­laire. Le nou­veau lo­ca­taire de la rue de Gre­nelle marque un in­flé­chis­se­ment par rap­port à la po­li­tique de la so­cia­liste Na­jat Val­laud­Bel­ka­cem qui l’a pré­cé­dé et qui avait pris en no­vembre 2014 un dé­cret af­fir­mant « le ca­rac­tère ex­cep­tion­nel du re­dou­ble­ment ».

Une pra­tique lar­ge­ment dé­bat­tue

« Le re­dou­ble­ment doit res­ter pos­sible quand c’est dans l’in­té­rêt de l’élève, et dans des cas qui doivent res­ter rares », af­firme au­jourd’hui Jean­Mi­chel Blan­quer. Au mi­nis­tère, on pré­cise qu’il s’agit de « rap­pe­ler aux pro­fes­seurs que le dis­po­si­tif du re­dou­ble­ment existe et qu’on peut l’uti­li­ser dans l’in­té­rêt de l’en­fant », en ac­cord avec les pa­rents, et dans des cas bien pré­cis. Il n’y au­ra pas de nou­veau texte sur ce su­jet.

La grande ma­jo­ri­té des pays se sont, de­puis les an­nées 1970, ral­liés à la pro­mo­tion au­to­ma­tique des élèves d’une classe à

l’autre. En France, en 2015, 22 % des élèves avaient re­dou­blé au moins une fois avant l’âge de 15 ans, un taux en nette ré­gres­sion par rap­port à 2003 (­17 points) mais deux fois plus im­por­tant que la moyenne des pays de l’OCDE. Et la pra­tique reste lar­ge­ment dé­bat­tue.

Fran­çais et maths

Mais pour le nou­veau mi­nistre, « la pre­mière des ré­ponses » au re­tard sco­laire « ré­side dans

l’ac­com­pa­gne­ment tout au long de l’an­née ».

Il pro­met aus­si des stages de sou­tien gra­tuit avant l’en­trée en 6e. « Ces stages d’une se­maine se­ront pro­po­sés fin août au moins en édu­ca­tion prio­ri­taire, et si pos­sible plus lar­ge­ment », a­t­il dé­taillé. Cen­trés sur le fran­çais et les maths, ils se­ront dis­pen­sés par des en­sei­gnants vo­lon­taires ré­mu­né­rés en heures sup­plé­men­taires.

Le mi­nistre de l’Édu­ca­tion, qui se dé­fend de vou­loir « dé­tri­co­ter » les pré­cé­dentes ré­formes, a re­mis aus­si sur la table deux dos­siers em­blé­ma­tiques du pré­cé­dent quin­quen­nat.

Il sou­met les pro­jets de dé­crets qui au­to­risent le re­tour à la se­maine de quatre jours et as­sou­plissent la ré­forme du col­lège au Conseil su­pé­rieur de l’édu­ca­tion (CSE), or­gane réunis­sant les prin­ci­paux ac­teurs de l’éco­ le, dont les syn­di­cats.

Sur les rythmes sco­laires, le mi­nistre a ou­vert la pos­si­bi­li­té, sur­tout pour la ren­trée 2018, d’avoir le choix entre dif­fé­rentes for­mules. Sans abro­ger la se­maine de 4,5 jours ré­ins­tau­rée en 2014, le pro­jet de dé­cret sou­mis au CSE au­to­rise ain­si de nou­velles dé­ro­ga­tions. La mai­rie de Nice a dé­jà an­non­cé l’ar­rêt de l’école le mer­cre­di dès sep­tembre.

« Pré­ci­pi­ta­tion »

Un rap­port du groupe du tra­vail du Sé­nat re­com­mande de ne pas re­ve­nir à cette se­maine de quatre jours, et ce mal­gré les dé­fauts de la ré­forme, « im­pro­vi­sée et in­com­plète ». Y re­ve­nir « se­rait un mau­vais signe car on fe­rait pré­va­loir le monde des adultes sur ce­lui des en­fants », a no­tam­ment fait va­loir JeanC­laude Carle, sé­na­teur Les Ré­pu­bli­cains de Haute­Sa­voie.

Le SNUipp­FSU, pre­mier syn­di­cat du pri­maire qui avait me­né la contes­ta­tion en 2014, s’in­quiète aus­si d’un « dé­cret pres­sé par le ca­len­drier élec­to­ral ». Une pré­ci­pi­ta­tion qui im­pose se­lon lui « aux écoles, aux fa­milles et aux col­lec­ti­vi­tés lo­cales des mo­di­fi­ca­tions im­por­tantes de la se­maine sco­laire à trois mois de la ren­trée sco­laire ».

Autre su­jet sen­sible : la ré­forme du col­lège, qui di­vise les syn­di­cats à trois mois de la ren­trée. Dès la ren­trée 2017, les éta­blis­se­ments dis­po­se­ront d’une li­ber­té ac­crue pour dé­ci­der d’une par­tie de leurs en­sei­gne­ments, res­tau­rer les classes bi­langues en 6e et sup­pri­mer, s’ils le sou­haitent, les en­sei­gne­ments in­ter­dis­ci­pli­naires. ■

PHO­TO BEP

JEAN-MI­CHEL BLAN­QUER. Des pistes contre l’échec sco­laire se­lon le nou­veau mi­nistre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.