Lé­ger si­gnal de la BCE sur la fin de l’ar­gent pas cher

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Ac­tua­li­tés -

La Banque cen­trale eu­ro­péenne (BCE) a en­voyé, hier, quelques si­gnaux sug­gé­rant une sor­tie de sa po­li­tique d’ar­gent très bon mar­ché, mais ne de­vrait pas agir en ce sens avant long­temps, mal­gré l’em­bel­lie éco­no­mique.

Lors de sa réunion de po­li­tique mo­né­taire qui s’est, cette fois, dé­rou­lée à Tal­linn, en Es­to­nie, le conseil des gou­ver­neurs de l’ins­ti­tu­tion a dé­ci­dé de main­te­nir les taux di­rec­teurs en zone eu­ro à leur plus bas his­to­rique – avec le prin­ci­pal taux à zé­ro – et de pour­suivre le pro­gramme d’achats de dette pu­blique et pri­vée au rythme de 60 mil­liards par mois jus­qu’à fin 2017 au moins.

In­fla­tion in­suf­fi­sante

Si la BCE a ré­ité­ré comme at­ten­du son en­ga­ge­ment à main­te­nir les taux à ce ni­veau aus­si long­temps que né­ces­saire, elle a en re­vanche fran­chi un pe­tit pas en n’en­vi­sa­geant plus de les « bais­ser da­van­tage », un pas­sage en­core pré­sent dans ses pré­cé­dents com­mu­ni­qués. Cette lé­gère in­flexion était at­ten­due par la ma­jeure

par­tie des ob­ser­va­teurs, qui pensent que la pro­chaine étape consis­te­ra à an­non­cer la fin gra­duelle des achats de dette sur le mar­ché en 2018.

In­ter­ro­gé sur une dé­ci­sion sur ce point dès le mois de sep­tembre, Ma­rio Dra­ghi a ré­pon­du que le conseil des gou­ver­neurs n’en avait pas dis­cu­té. Les ra­chats mas­sifs de dette (QE) ont été mis en place en 2015, pen­dant que les taux étaient pro­gres­si­ve­ment conduits à leur ni­veau le plus bas, afin de lut­ter contre le risque de dé­fla­tion.

L’in­fla­tion est re­ve­nue de­puis en ter­ri­toire po­si­tif mais de­meure en­core in­suf­fi­sante. Ma­rio Dra­ghi a es­ti­mé que nombre d’em­plois ré­cem­ment créés étaient « de faible qua­li­té », avec des sa­laires mo­destes, em­pê­chant la re­prise du mar­ché du tra­vail de sti­mu­ler la hausse des prix.

C’est pour­quoi la BCE doit se mon­trer « per­sé­vé­rante » en conser­vant les ou­tils des­ti­nés à ra­me­ner l’in­fla­tion au ni­veau sy­no­nyme de bonne san­té éco­no­mique pour la BCE, soit proche de 2 %. ■

PHO­TO AFP

MA­RIO DRA­GHI. Un pe­tit pas vers l’ar­rêt de la baisse des taux d’in­té­rêt de la Banque cen­trale eu­ro­péenne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.