Theresa May au­rait per­du son pa­ri

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Ac­tua­li­tés -

La Pre­mière mi­nistre Theresa May a per­du son pa­ri hier aux lé­gis­la­tives bri­tan­niques : elle qui sou­hai­tait un « man­dat clair » pour né­go­cier le Brexit perd la ma­jo­ri­té ab­so­lue dont elle dis­po­sait au Par­le­ment, se­lon les pre­mières es­ti­ma­tions à la fer­me­ture des bu­reaux de vote.

Les To­ries dé­crochent 314 sièges, contre 330 dans l’as­sem­blée sor­tante, tan­dis que les tra­vaillistes de Je­re­my Cor­byn gagnent 32 sièges à 266 man­dats, se­lon une es­ti­ma­tion Ip­sos/MORI. Se­lon ces pro­jec­tions, Theresa May, qui dis­po­sait d’une ma­jo­ri­té de 17 sièges dans le Par­le­ment sor­tant, per­drait sa ma­jo­ri­té ab­so­lue, à quelques jours de l’ou­ver­ture de né­go­cia­tions cru­ciales sur le Brexit avec l’Union eu­ro­péenne.

Brexit dur

Moins d’un an après le ré­fé­ren­dum pour la sor­tie de l’Union eu­ro­péenne, cette te­nante d’un Brexit dur avait convo­qué ces élec­tions an­ti­ci­pées afin d’avoir les cou­dées franches pour né­go­cier avec les Vingt­Sept à par­tir du

19 juin.

Mais les Tra­vaillistes de Cor­byn, te­nant de l’aile gauche du par­ti et qui a me­né une cam­pagne ju­gée réus­sie, ont contra­rié ces plans.

Ce ré­sul­tat a aus­si­tôt pro­vo­qué une chute de la livre ster­ling à New York. À gauche, les na­tio­na­listes écos­sais du SNP es­suient éga­le­ment des pertes à 34

sièges, contre 56 pré­cé­dem­ment, se­lon les pro­jec­tions. Les Li­bé­raux­Dé­mo­crates, ou­ver­te­ment eu­ro­philes, gagnent six sièges à 14 man­dats, mais sans par­ve­nir à fé­dé­rer le camp des 48 % des Bri­tan­niques qui avaient vo­té contre le Brexit.

« Il semble dé­jà clair que Theresa May a ra­té son pa­ri. Il est même trop tôt pour dire si elle va res­ter Pre­mière mi­nistre », a com­men­té Pau­la Sur­ridge, de l’uni­ver­si­té de Bris­tol. Elle « pour­rait ra­pi­de­ment se trou­ver sous pres­sion de dé­mis­sion­ner en tant que lea­der du Par­ti conser­va­teur », a­t­elle ajou­té.

« Un dé­sastre »

« C’est un dé­sastre pour Theresa May. Son lea­der­ship est re­mis en ques­tion et elle se­ra sous pres­sion pour dé­mis­sion­ner si les ré­sul­tats se confirment », a ren­ché­ri Iain Begg, pro­fes­seur à la Lon­don School of Eco­no­mics.

Quant au SNP, « c’est as­sez ca­tas­tro­phique, c’est une très mau­vaise nou­velle pour Ni­co­la Stur­geon (la Pre­mière mi­nistre écos­saise, ndlr) et sa re­ven­di­ca­tion d’un deuxième ré­fé­ren­dum » sur l’in­dé­pen­dance de l’Écosse, se­lon l’ex­pert.

La di­ri­geante conser­va­trice avait convo­qué le scru­tin en avril, contrai­re­ment à ses en­ga­ge­ments de ne pas écour­ter la lé­gis­la­ture, en es­pé­rant sur­fer sur des son­dages cré­di­tant son par­ti d’une avance de 20 points sur le La­bour. ■

PHO­TO AFP

FLEG­MA­TIQUES. Les Bri­tan­niques ont inon­dé les ré­seaux so­ciaux de pho­tos de chiens de­vant des bu­reaux de vote, avec le mot-clef « #dog­sat­pol­ling­sta­tions ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.