Ma­cron cherche à ras­su­rer

AGRI­CUL­TURE ■ Le pré­sident de la Ré­pu­blique en vi­site pour deux jours dans le Li­mou­sin

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités - Pas­cal Ra­ti­naud

Em­ma­nuel Ma­cron a choi­si le Li­mou­sin et plus par­ti­cu­liè­re­ment le ly­cée de Li­moges Les Va­seix pour don­ner le cap vers une agri­cul­ture trans­for­mée.

Le Pré­sident prend son temps. Un sel­fie par ci, une poi­gnée de main par là. Il est à l’écoute aus­si. Son re­gard d’acier plan­té dans ce­lui de son in­ter­lo­cu­teur, il montre de l’in­té­rêt pour tous, re­lance en po­sant des ques­tions, se sou­vient d’un pré­nom, d’une pro­fes­sion. Si bien qu’il ex­plose le pro­gramme mi­nu­té par ses équipes. Une bonne heure et de­mie de re­tard à la sor­tie du ly­cée agri­cole des Va­seix, dé­but de sa vi­site de deux jours en Haute­Vienne.

Em­ma­nuel Ma­cron n’en a cure. « Je ne suis pas ve­nu ici par ha­sard, dans cette ré­gion ma­gni­fique », lance­t­il de­vant un par­terre d’élus, de re­pré­sen­tants du monde agri­cole et de­vant la com­mu­nau­té édu­ca­tive, pas peu fière de l’avoir ac­cueilli.

Il s’ap­prête à dé­li­vrer son pre­mier dis­cours of­fi­ciel

de Pré­sident sur l’agri­cul­ture de de­main, telle qu’il l’en­vi­sage. C’est sur ce territoire li­mou­sin à do­mi­nante ru­rale qu’il vient don­ner le si­gnal fort pour la « Ferme France ».

In­no­va­tion

Alain Rous­set, le pré­sident de la Nou­velle­Aqui­taine, a plai­dé en pré­am­bule pour que l’on passe « ra­pi­de­ment d’une agri­cul­ture de com­pen­sa­tion à une agri­cul­ture d’in­no­va­tion ». Il ne pou­vait don­ner meilleur en­chaî­ne­ment au Chef de l’État

« Les crises dans les fi­lières se sont suc­cé­dé, au point que l’on a en­core du mal à par­ler de crise. En vérité, nous sommes au coeur d’une grande trans­for­ma­tion, lâche­t­il et cette trans­for­ma­tion se­ra au centre des états gé­né­raux de l’ali­men­ta­tion que nous lan­ce­rons au dé­but de cet été. »

« Il s’agit d’abord de vivre di­gne­ment du prix payé. C’est­ce que veulent nos pay­sans et au­jourd’hui, ce n’est plus pos­sible dans cer­taines fi­lières », note le Pré­sident de la Ré­pu­blique avant de dé­tailler un peu plus la feuille de route qui se­ra pi­lo­tée par le mi­nistre de l’Agri­cul­ture, Jacques Mé­zard.

Cir­cuits courts

« Il faut in­ci­ter les agri­cul­teurs à se re­grou­per pour vendre en­semble à bon prix. Il faut que les fi­lières puissent s’or­ga­ni­ser. Il ne faut plus cher­cher à avoir un seul mo­dèle. Per­sé­vé­rer dans l’in­ten­sif, c’est per­du d’avance. Pour pré­ser­ver la sou­ve­rai­ne­té ali­men­taire fran­çaise et la qua­li­té de nos pro­duc­tions, il va fal­loir faire dif­fé­rem­ment. »

Il évoque comme pistes, entre autres, l’ob­jec­tif de 50 % de cir­cuits courts ou bio dans la res­tau­ra­tion col­lec­tive ou en­core la mise en place d’un vrai contrat de fi­lière, où le prix d’un pro­duit res­te­ra fixe sur un temps don­né. La mé­tha­ni­sa­tion aus­si, pre­nant l’Al­le­magne en exemple. ■

➔ Re­tour à Ora­dour. Au­jourd’hui, le pré­sident Ma­cron as­sis­te­ra aux cé­ré­mo­nies com­mé­mo­ra­tives du 10 juin 1944 dans le vil­lage mar­tyr d’Ora­dour-surG­lane.

PHOTO THO­MAS JOUHANNAUD

DÉ­COU­VERTE. pè­le­rin. Le pré­sident Ma­cron a pris son bâ­ton de

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.