Un for­fait à l’échelle de l’Eu­rope

La Montagne (Vichy) - - Tendances Bourse -

À comp­ter du 15 juin, avec la fin de l’iti­né­rance, les Eu­ro­péens en voyage pour­ront user et abu­ser de leur smart­phone sans crainte pour leur fac­ture té­lé­pho­nique.

Avec la fin de l’iti­né­rance au sein de l’Union, le 15 juin pro­chain, les Eu­ro­péens en voyage pour­ront dé­sor­mais ap­pe­ler et sur­fer sur leur smart­phone sans se sou­cier de leur fac­ture té­lé­pho­nique.

Con­crè­te­ment, les Eu­ro­péens n’au­ront plus à payer de frais sup­plé­men­taires pour uti­li­ser leur smart­phone une fois sor­tis de leur pays, une nou­velle qui tombe à pic à quelques se­maines des vacances d’été.

« Cer­tains for­faits pro­po­saient dé­jà cette pos­si­bi­li­té mais dé­sor­mais on passe d’une si­tua­tion où seuls les clients pre­mium, qui payaient plus, en pro­fi­taient, à quelque chose qui se­ra dé­sor­mais pour tout le monde », se fé­li­cite Antoine Au­tier, char­gé de mis­sion nou­velles tech­no­lo­gies au sein de l’as­so­cia­tion fran­çaise de con­ VOYAGE. Par­tout au sein de l’Union, les Eu­ro­péens pour­ront se ser­vir de leur smart­phone sans frais sup­plé­men­taires.

som­ma­teurs UFC­Que Choi­sir.

Des li­mites ont ce­pen­dant été in­té­grées par la Com­mis­sion eu­ro­péenne avec un ob­jec­tif : em­pê­cher un consom­ma­teur d’un pays d’al­ler prendre un for­fait dans un autre pays,

moins cher, et l’uti­li­ser chez lui. Et pour cause : les prix des for­faits peuvent être mul­ti­pliés par huit d’un pays à l’autre.

« Il est dé­sor­mais pos­sible d’uti­li­ser les for­faits comme on le sou­haite, pour peu que l’on soit bien do­mi­ci­lié dans son pays de ré­si­dence. Les opé­ra­teurs pour­ront vé­ri­fier que vous uti­li­sez bien votre for­fait da­van­tage sur le territoire na­tio­nal qu’en de­hors », dé­taille Isabelle Jé­gou­zo, cheffe de la Re­pré­sen­ta­tion en France de la Com­mis­sion eu­ro­péenne.

Vi­tesse de connexion

Dans les faits, si sur une pé­riode de quatre mois l’abon­né uti­lise son for­fait prin­ci­pa­le­ment à l’étran­ger, l’opé­ra­teur se­ra en droit de de­man­der une ex­pli­ca­tion et d’ap­pli­quer un ta­rif adap­té. Au­de­là des quatre mois, l’abon­né de­vra sous­crire à une offre de son réel pays de ré­si­dence.

Si elles se fé­li­citent de cette évo­lu­tion, les as­so­cia­tions de consom­ma­teurs craignent que la fin de l’iti­né­rance ne se fasse au prix d’une qua­li­té de ser­vice moindre à l’étran­ger. Dé­jà, as­surent­elles, cer­tains opé­ra­teurs ne pro­posent que de la 3G, plu­tôt que de la 4G, à leurs abon­nés lors­qu’ils passent les fron­tières, avec une vi­tesse de connexion à l’in­ter­net mo­bile qui s’en res­sent né­ces­sai­re­ment.

La Com­mis­sion eu­ro­péenne as­sure que les ré­gu­la­teurs de chaque pays sur­veille­ront la ma­nière dont les opé­ra­teurs agi­ront et l’on compte sur la concur­rence pour pous­ser les opé­ra­teurs à ne pas pro­po­ser moins.

Autre crainte, une hausse des ta­rifs dans cer­tains pays, en par­ti­cu­lier tou­ris­tiques, afin de com­pen­ser la perte de re­ve­nus liés à l’iti­né­rance. Se­lon un rap­port du groupe de con­seil en tech­no­lo­gies Al­tran, « une hausse des ta­rifs des don­nées au ni­veau na­tio­nal pour­rait être la consé­quence, en rai­son de la né­ces­si­té d’in­ves­tir dans les ca­pa­ci­tés de ré­seau, en par­tie dans les pays im­por­tant des don­nées avec une forte sai­son­na­li­té ».

Si l’iti­né­rance n’est plus fac­tu­rée, les ap­pels de­puis son pays de ré­si­dence vers les autres pays de l’UE conti­nue­ront de faire l’ob­jet d’une ta­ri­fi­ca­tion par­ti­cu­lière, en fonc­tion des offres de chaque opé­ra­teur. ■

PHOTO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.