Ber­na­dette Pé­cas­sou in­vi­tée au mu­sée

La Montagne (Vichy) - - Gannat - Val De Sioule Vivre Son Pays -

An­cienne jour­na­liste, grand re­por­ter et réa­li­sa­trice de re­por­tages pour la 5 et Arte, Ber­na­dette Pé­cas­sou a dé­ci­dé un jour de ti­rer un trait sur sa car­rière dans l’au­dio­vi­suel. Et de la pro­lon­ger brillam­ment en tant qu’auteure, cap­ti­vant un pu­blic de plus en plus nom­breux avec des ro­mans comme La Belle Cho­co­la­tière ou Sous le toit du monde.

Dans ce contexte, sa ve­nue à Gan­nat pou­vait sem­bler im­pro­bable. Ma­rion, de la Mai­son de la Presse, en par­te­na­riat avec le mu­sée Yves­Ma­che­lon et l’ex­po­si­tion tem­po­raire « Pri­son­niers du pas­sé », s’est pour­tant mis en tête d’in­vi­ter l’auteure de La Der­nière Ba­gnarde.

« Ce mu­sée est un bi­jou »

« En fait, je n’y croyais pas vrai­ment vu la no­to­rié­té de Ber­na­dette Pé­cas­sou ». « Quand Ma­rion m’a ap­pe­lé, j’ai dit oui tout de suite », ré­torque l’auteure. La séance de dé­di­cace, à la Mai­son de la presse, pro­lon­gée l’après­mi­di par une confé­rence sur son ro­man de 2011 La Der­nière Ba­gnarde , lui a per­mis de dé­cou­vrir Gan­nat et son mu­sée YvesMa­che­lon. « Ce mu­sée est un bi­jou ! », s’est­elle ex­cla­mée.

Ses ro­mans, ba­layant à la fois le temps et l’es­pace, ra­content des his­toires au souffle ro­ma­nesque dans les­quelles la femme tient le pre­mier rôle. « Pour­tant, je ne suis pas une fé­mi­niste. Je suis une femme ».

Es­ti­mant que les his­to­riens se sont fo­ca­li­sés sur le point de vue mas­cu­lin, elle pense que les femmes

ac­tuelles ont ac­quis une « double culture ». Ayant in­té­gré les connais­sances théo­riques des hommes, mais gar­dant la culture du quo­ti­dien, « leur vi­sion du monde de­vient alors plus li­sible ». Re­ve­nant au thème de la confé­rence, elle dé­plore que per­sonne n’ait écrit sur les ba­gnardes. « Il­let­trées pour la plu­part,

elles lais­saient peu de traces ». La ren­contre de Ber­na­dette avec l’ar­rière­pe­tite­fille d’un mé­de­cin du bagne, puis la dé­cou­verte de son car­net de cro­quis ont été dé­ter­mi­nantes.

Il res­tait alors à Ber­na­dette Pé­cas­sou de re­créer « un ima­gi­naire pro­ba­ble­ment très proche de la réa­li­té ». Et de faire re­vivre dans La Der­nière Ba­gnarde le des­tin de Ma­rie Bar­tête, em­bar­quée à l’âge de 20 ans pour re­joindre le bagne de Saint­Laurent du Ma­ro­ni. ■

AUTEURE. Ber­na­dette Pé­cas­sou a dé­di­ca­cé son ou­vrage le ma­tin, à la Mai­son de la Presse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.