Op­po­si­tion de styles entre Van­ceu­ne­brock-Mia­lon et Du­glé­ry

La Montagne (Vichy) - - Elections Legislatives - Tan­guy Ol­li­vier

Dans la cir­cons­crip­tion de Mont­lu­çon, Lau­rence Van­ceu­ne­brock-Mia­lon (REM) vire en tête avec 26,21 % des voix. Mais ce n’est pas ga­gné face à Da­niel Du­glé­ry (LR), qua­li­fié pour la qua­trième fois au se­cond tour avec 22,9 %.

« Com­ment vas­tu ? » La ques­tion de Phi­lippe Glo­mot, maire de Ville­bret un temps pres­sen­ti pour avoir l’in­ves­ti­ture de La Ré­pu­blique en Marche dans la cir­cons­crip­tion, a ap­pe­lé une ré­ponse du tac au tac de Lau­rence Van­ceu­ne­brock­Mia­lon : « Moi, ça va très bien ! »

Sou­rire aux lèvres, la can­di­date du mou­ve­ment d’Em­ma­nuel Ma­cron a fait une brève ap­pa­ri­tion à la mai­rie de Mont­lu­çon vers 20 h 40. Le temps d’af­fi­cher sa sa­tis­fac­tion d’ar­ri­ver en tête dans la cir­cons­crip­tion, elle est re­par­tie sans croi­ser Da­niel Du­glé­ry.

Fu­rieux, le maire de Mont­lu­çon qui ana­ly­sait les ré­sul­tats dans son bu­reau de­puis un long mo­ment, a quit­té les lieux sans un mot. Il a fait une très brève ap­pa­ri­tion à son lo­cal de cam­pagne, ave­nue de la Ré­pu­blique,

avant de ren­trer chez lui. « J’ai éprou­vé un pro­fond ma­laise, a­t­il ex­pli­qué quelques ins­tants plus tard au té­lé­phone. Fran­che­ment, je suis très sur­pris par le ré­sul­tat de Lau­rence Van­ceu­ne­bro­ckMia­lon. De l’avis de tous les gens qui l’ont ren­con­trée, elle ne connaît pas

les pro­blèmes de la cir­cons­crip­tion. »

Ex­pé­rience contre fraî­cheur

Même si Lau­rence Van­ceu­ne­brock­Mia­lon de­vance Da­niel Du­glé­ry de 1.316 voix, et bé­né­fi­cie d’une dy­na­mique na­tio­nale, le ré­sul­tat du se­cond

tour est loin d’être joué.

Com­ment vont s’ef­fec­tuer les re­ports de voix entre une can­di­date qui s’as­sume de « centre­droit » et un can­di­dat de droite ? Dif­fi­cile à dire. Hier soir, Syl­vain Bour­dier, can­di­dat de la France in­sou­mise qui a réa­li­sé 18,11 % des voix, a es­ti­mé que « cette élec­tion » ne le concer­nait plus.

De son cô­té, Lau­rence Van­ce­neu­brock­Mia­lon a lan­cé un ap­pel clair aux 4.725 élec­teurs de Ni­co­las Brien : « Dans la me­sure où ils ont es­ti­mé vo­ter pour un can­di­dat de la ma­jo­ri­té pré­si­den­tielle au pre­mier tour, mieux vaut choi­sir l’ori­gi­nal que la co­pie ! »

Et si la clé du se­cond tour ré­si­dait dans la per­son­na­li­té des can­di­dats ? Le maire de Mont­lu­çon ar­ri­vé en tête dans sa ville (30,4 %) va pas­ser sa se­maine à mettre en avant son ex­pé­rience. Lau­rence Van­ceu­ne­brock va quant à elle jouer sur la fraî­cheur et le re­nou­vel­le­ment qu’elle in­carne.

Même si la plu­part des can­di­dats n’ont pas don­né de consigne de vote hier soir, Da­niel Du­glé­ry es­time bé­né­fi­cier d’un ré­ser­voir de voix su­pé­rieur. Les suf­frages so­cia­listes n’iront sans doute pas en to­ta­li­té vers Lau­rence Van­ceu­ne­brock­Mia­lon. Et il n’est pas in­ter­dit qu’une par­tie de l’élec­to­rat com­mu­niste se re­porte sur le maire de Mont­lu­çon, juge un de ses proches.

En clair, le deuxième tour s’an­nonce ou­vert dans la deuxième cir­cons­crip­tion de l’Al­lier. ■

WEB

BER­NARD LORETTE

EN TÊTE. Lau­rence Van­ceu­ne­brock-Mia­lon de­vance Da­niel Du­glé­ry de 1.316 voix au pre­mier tour.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.