Uni­syl­va a en­re­gis­tré en 2016 une an­née de belle crois­sance Les pro­tec­teurs du sau­mon in­quiets

La Montagne (Vichy) - - Région Actualité - Ly­dia Ber­tho­mieu brioude@cen­tre­france.com

L’as­sem­blée gé­né­rale de la sec­tion Au­vergne de la coo­pé­ra­tive fo­res­tière Uni­syl­va s’est te­nue à Mar­co­lès (Can­tal), en pré­sence d’une cen­taine de per­sonnes.

Après la pré­sen­ta­tion des rap­ports 2016 re­trans­cri­vant une an­née de crois­sance avec un vo­lume re­cord de ventes grou­pées et une pro­gres­sion des ventes de bois ex­ploi­tés, Be­noît Ra­chez, di­rec­teur ad­joint d’Uni­syl­va, a énon­cé les pers­pec­tives 2017.

Soit dé­ployer le por­tail In­ter­net per­met­tant de pour­suivre la ges­tion des pro­prié­tés, pour­suivre l’ef­fort de re­boi­se­ment, per­du­rer sur les mar­chés por­teurs des bois d’oeuvre en chêne et des ré­si­neux « in­dus­tria­li­sables » (aug­men­ta­tion de l’ac­ti­vi­té), ren­for­ce­ment et re­nou­vel­le­ment des équipes… BOIS. Des pers­pec­tives pour la coo­pé­ra­tive en 2017.

Le pré­sident Thierry Thu­ret a ex­pli­qué : « L’avenir est la fo­rêt adap­table, donc une fo­rêt à court terme. Il ne faut pas hé­si­ter à re­boi­ser et faire dis­pa­raître les gros bois au pro­fit des pe­tits et moyens bois, nous per­met­tant ain­si de nous adap­ter à l’in­dus­trie de­man­deuse de vo­lumes de ma­nière ré­gu­lière et sou­te­nue ».

Une vi­site de fo­rêt était en­suite pro­gram­mée pour les par­ti­ci­pants qui ont pu dé­battre no­tam­ment des avan­tages des dif­fé­rents modes de com­mer­cia­li­sa­tion par la coo­pé­ra­tive. ■

Pour leur bi­lan an­nuel, les membres de l’As­so­cia­tion de pro­tec­tion du sau­mon (APS) Loire-Al­lier, réunis à La Cho­mette (Haute-Loire) ont fait part de leurs in­quié­tudes.

En cause le faible nombre de sau­mons. Un pre­mier chiffre cris­tal­lise ces craintes : 472. « C’est le nombre de sau­mons pas­sés à Vi­chy en 2016, si­gnale Louis Sau­va­det, pré­sident de l’APS. C’est dé­ce­vant. Il est aux deux tiers du seuil de conser­va­tion de l’es­pèce », soit 750 sau­mons en moyenne sur les cinq der­nières an­nées. En 2015, il y en avait eu 1.177 (*).

Les condi­tions de sur­vie

La san­té des sau­mons in­quiète aus­si les membres de l’as­so­cia­tion qui ont pu consta­ter, sur le ter­rain no­tam­ment lors du re­cen­se­ment des frayères en oc­tobre, des sau­mons at­teints de my­coses. À ce­la s’ajoutent des condi­tions dé­fa­vo­rables : les crues de l’au­tomne « ont dé­truit 30 à 40 % des frayères en fai­sant bou­ger les gra­viers », si­gnale Louis Sau­va­det.

L’as­so­cia­tion est en désac­cord avec la po­li­tique BI­LAN. Il reste encre beau­coup à faire pour per­mettre à l’es­pèce de sur­vivre. Et cer­tains chiffres ne sont pas bons.

d’ale­vi­nage. « Il faut ame­ner, via l’ale­vi­nage, au seuil de conser­va­tion de l’es­pèce », in­sistent­ils. Pour ce­la, l’APS sou­hai­te­rait que la zone entre Al­ley­ras et Saint­Étienne­duVi­gan soit ale­vi­née. Une zone po­ten­tiel­le­ment in­té­res­sante au vu des ré­fé­rences his­to­riques.

Pour Pa­trick Mar­tin, di­rec­teur du Con­ser­va­toire na­tio­nal du sau­mon sau­vage (CNSS), « la fi­na­li­té, c’est amé­lio­rer la sur­vie. Le re­peu­ple­ment ne contri­bue pas à aug­men­ter la sur­vie de l’es­pèce à long terme, il faut aus­si amé­lio­rer la qua­li­té de l’eau,

mais il ne faut pas sim­ple­ment at­tendre que les choses s’amé­liorent au fil du temps ». Pour­tant ce der­nier dé­plore l’ab­sence de sou­tien pour le re­peu­ple­ment. « Au­jourd’hui l’ale­vi­nage est à la baisse. Et il faut cor­ré­ler ce­la avec le taux de re­tour des sau­mons. Si vous vou­lez le gar­der, c’est à vous de vous battre », a­t­il lan­cé à l’as­sis­tance. Pour­tant, pour l’as­so­cia­tion et le di­rec­teur, le re­tour du sau­mon se­rait aus­si bé­né­fique pour le tou­risme ou la va­lo­ri­sa­tion de la val­lée.

L’APS a sui­vi en 2016 l’amé­na­ge­ment de deux passes rus­tiques (qui s’ap­prochent d’un che­nal na­tu­rel) au seuil des Ma­de­leines, en aval de Pont­duC­hâ­teau. Pour l’an­née à ve­nir, l’as­so­cia­tion reste vi­gi­lante sur l’amé­na­ge­ment du bar­rage de Pou­tès et a as­sis­té aux réunions de pré­sen­ta­tion des tra­vaux.

L’APS ai­me­rait éga­le­ment que le seuil de l’au­to­route A89 (entre Joze et Pont­du­Châ­teau) soit abais­sé. « C’est un point noir dans le Puy­de­Dôme ». Entre juillet et sep­tembre il est pré­vu d’abais­ser le ni­veau du seuil de 80 cm, ac­tuel­le­ment à 1,80 mètre. ■

Faire dis­pa­raître les gros bois au pro­fit des pe­tits

(*) Par ailleurs, le seuil de conser­va­tion est de 1.170 spé­ci­mens sur les frayères (810 pour l’Al­lier, 220 pour l’Al­la­gnon et 140 pour Cha­peau­roux).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.