« La France est de re­tour »

La Montagne (Vichy) - - Elections Legislatives -

Le Pre­mier mi­nistre, Édouard Phi­lippe, a af­fir­mé que « mal­gré l’abs­ten­tion le mes­sage des Fran­çais est sans am­bi­guï­té » dans une dé­cla­ra­tion faite de­puis Ma­ti­gnon. « Pour la troi­sième fois consé­cu­tive, vous avez été des mil­lions à confir­mer votre at­ta­che­ment au pro­jet de re­nou­vel­le­ment, de rassemblement et de re­con­quête du pré­sident de la Ré­pu­blique », a-t-il dit. Il a es­ti­mé que la France était « de re­tour », de­puis l’ar­ri­vée à la pré­si­dence d’Em­ma­nuel Ma­cron et la no­mi­na­tion d’un gou­ver­ne­ment « re­grou­pant des sen­si­bi­li­tés et des ex­pé­riences di­verses ». ■

FLO­RIAN PHI­LIP­POT.

Le vice-pré­sident du FN, en tête (23,79% face au can­di­dat LREM à 22,01%) dans la 6e cir­cons­crip­tion de Mo­selle, a re­con­nu « une dé­cep­tion dans le score » de son par­ti, hier sur France 2, et a ap­pe­lé « à la mo­bi­li­sa­tion gé­né­rale » pour le se­cond tour. « On ne peut pas lais­ser 440 dé­pu­tés ma­cro­nistes sur 577, plus les Ré­pu­bli­cains qui sont du même ton­neau, les so­cia­listes éga­le­ment… Tout ce­la n’a au­cun in­té­rêt pour le dé­bat dé­mo­cra­tique et pour la di­ver­si­té né­ces­saire dans la dé­mo­cra­tie ». ■

JEAN-CH­RIS­TOPHE CAM­BA­DÉ­LIS.

Le pre­mier tour est « mar­qué par le re­cul sans pré­cé­dent de la gauche dans son en­semble et no­tam­ment du PS », a re­con­nu le pre­mier se­cré­taire du PS, lui-même can­di­dat à Pa­ris. « Ce soir, tout in­dique que la ma­jo­ri­té ab­so­lue est d’ores et dé­jà ac­quise pour La Ré­pu­blique En Marche », a-t-il sou­li­gné, aver­tis­sant : « L’una­ni­misme est le ter­reau de l’aveu­gle­ment et le ferment des ten­sions. » ■

MA­RINE LE PEN.

La pré­si­dente du FN, can­di­date dans le Pas-de-Ca­lais, es­time que le « taux d’abs­ten­tion ca­tas­tro­phique doit po­ser la ques­tion du mode de scru­tin qui écarte des mil­lions de nos com­pa­triotes des urnes d’abord, et d’une re­pré­sen­ta­tion digne de ce nom », ar­guant que cette forte abs­ten­tion « pé­na­lise » son mou­ve­ment. ■

PIERRE LAURENT.

Le se­cré­taire na­tio­nal du PCF re­grette que « la di­vi­sion des forces de gauche se paie très cher », ajou­tant que « la gauche est à re­cons­truire à par­tir d’au­jourd’hui ». Se­lon lui, « la consti­tu­tion d’un groupe com­mu­niste reste jouable avec une ving­taine de nos can­di­dats au se­cond tour ». ■

ALEXIS CORBIÈRE.

Le porte-pa­role de la France in­sou­mise, a ju­gé « pro­met­teur » le ré­sul­tat de son camp et « ai­me­rait po­li­ti­ser » le se­cond tour sur « la casse du code du tra­vail ». « Une offre po­li­tique nou­velle a émer­gé par­mi ce nou­veau pay­sage bou­le­ver­sé ». ■

ALAIN JUPPÉ.

L’an­cien Pre­mier mi­nistre LR a ex­hor­té les élec­teurs de son camp à se mo­bi­li­ser pour évi­ter une As­sem­blée « mo­no­chrome », ju­geant que l’abs­ten­tion re­cord est le signe d’« un trouble pro­fond » dans l’élec­to­rat qui au­ra su­bi une longue cam­pagne pré­si­den­tielle aux en­jeux « brouillés ». ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.