L’éro­sion due à la di­vi­sion a été li­mi­tée

La Montagne (Vichy) - - Elections Legislatives - AFP Jean-Marc Laurent jean-marc.laurent@cen­tre­france.com

Avec 11 % des suf­frages na­tio­naux, la France in­sou­mise a li­mi­té les dé­gâts de l’écla­te­ment du Front de gauche (FDG) qui avait ras­sem­blé 6,91 % des voix au pre­mier tour des lé­gis­la­tives de 2012, alors que le PCF seul a été la­mi­né à 3%.

Se­lon les pro­jec­tions, la gauche ra­di­cale pour­rait ob­te­nir de 13 à 23 fau­teuils à l’As­sem­blée na­tio­nale, com­mu­nistes in­clus.

Dans la 4e cir­cons­crip­tion des Bouches­du­Rhône, Jean­Luc Mé­len­chon (34,3%) a réus­si son pa­ri d’éli­mi­ner le dé­pu­té so­cia­liste sor­tant Pa­trick Men­nuc­ci dès le pre­mier tour. Le lea­der de la France in­sou­mise af­fron­te­ra di­manche la can­di­date de La Ré­pu­blique en marche Co­rinne Ver­si­ni (22,7%).

Dy­na­mique ra­len­tie

Dans l’as­sem­blée sor­tante, le bloc FDG comp­tait 10 dé­pu­tés dont 7 PCF. France in­sou­mise et PCF de­vraient faire mieux di­manche pro­chain et être en me­sure de com­po­ser un groupe de la gauche ra­di­cale.

Bien sûr, l’écla­te­ment des ac­cords entre La Fran­ JEAN-LUC MÉ­LEN­CHON. En tête, hier soir, à Mar­seille.

ce in­sou­mise et le PCF qui avaient por­té Jean­Luc Mé­len­chon à la 4e place de la der­nière pré­si­den­tielle avec le score re­cord de 19,6 %, a ra­len­ti la dy­na­mique.

Hier soir, Jean­Luc Mé­len­chon a moins ter­gi­ver­sé qu’au soir du pre­mier tour de la pré­si­den­tielle et de­man­dé aux élec­teurs de « ne ja­mais per­mettre

l’élec­tion d’un Front na­tio­nal » di­manche pro­chain, et à ne pas confier non plus la France à une « ma­jo­ri­té de cir­cons­tance ». Se­lon lui, les abs­ten­tion­nistes des mi­lieux po­pu­laires et la jeu­nesse ont en­core toutes les cartes en main « pour ne pas don­ner au 2e tour les pleins pou­voirs aux par­tis du pré­sident » et peuvent se mo­bi­li­ser « contre ceux qui veulent dé­truire le code du tra­vail et ré­duire les li­ber­tés pu­bliques ».

Avec 3 % des suf­frages, les 461 can­di­dats PCF ont été anéan­tis par le ca­va­lier seul de la France in­sou­mise. « La di­vi­sion des forces de gauche se paie très cher », a re­con­nu le se­cré­taire na­tio­nal du PCF, Pierre Laurent.

Cette se­maine de­vrait être mise à pro­fit pour re­cons­truire des re­la­tions entre Jean­Luc Mé­len­chon et Pierre Laurent en vue du se­cond tour et du troi­sième à l’As­sem­blée na­tio­nale.

Dans son bas­tion de la 5e cir­cons­crip­tion du Puy­deDôme, le com­mu­niste An­dré Chas­saigne, 66 ans, pré­sident du groupe Gauche dé­mo­crate au Pa­lais Bour­bon, ar­rive en tête (34,85 %) mais est sé­rieu­se­ment bous­cu­lé par le jeune can­di­dat de la Ré­pu­blique en marche (29,27 %), Sé­bas­tien Gar­dette, 38 ans, pré­sident de la Chambre d’agri­cul­ture du Puy­de­Dôme, alors que la can­di­date de la France in­sou­mise (6,82 %) n’a pas bé­né­fi­cié de l’ef­fet Mé­len­chon. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.