Des re­ports de voix dif­fi­ciles à an­ti­ci­per

La Montagne (Vichy) - - Elections Legislatives -

Com­ment vont se re­por­ter les bul­le­tins du pre­mier tour ?

Pre­mière cir­cons­crip­tion. Au soir du pre­mier tour, 2.918 voix sé­parent Pau­line Ri­vière de Jean­Paul Du­frègne. À la pre­mière la fougue de la jeu­nesse, au se­cond l’expérience d’un en­ga­ge­ment au long cours en po­li­tique. La can­di­date En Marche ! a 33 ans. Son ad­ver­saire, 59 ans. Bénéficiant du mou­ve­ment d’am­pli­fi­ca­tion liée à la pré­si­den­tielle, la can­di­date En Marche ! peut bé­né­fi­cier de ré­ser­voirs de voix au sein de l’élec­to­rat centre­droit mais aus­si des so­cia­listes. Pour le can­di­dat com­mu­niste, c’est plus dif­fus, même s’il peut comp­ter sur une per­son­na­li­té ra­tis­sant beau­coup large que son par­ti po­li­tique d’ori­gine.

Deuxième cir­cons­crip­tion. Quoi­qu’il ar­rive dimanche, la cir­cons­crip­tion de Mont­lu­çon échap­pe­ra à la gauche, ce qui ne lui était ar­ri­vé que deux fois en 1973 et en 1993. La can­di­date de La Ré­pu­blique en Marche ! Lau­rence Van­ceu­ne­brock­Mia­lon se re­ven­dique de « centre droit » et Daniel Du­glé­ry re­pré­sente Les Ré­pu­bli­cains.

Dans ces condi­tions, le can­di­dat de la France in­

sou­mise, qui a réa­li­sé 18,11 % des voix, a dé­jà pré­ve­nu que « cette élec­tion » ne le concerne plus.

Le can­di­dat so­cia­liste Ni­co­las Brien a une po­si­tion beau­coup moins clas­sique. Après avoir clai­ron­né sa proxi­mi­té avec Em­ma­nuel Ma­cron pen­dant toute la cam­pagne, il af­firme contre toute at­tente ne pas en­core avoir pris de dé­ci­sion. Une po­si­tion qui n’ex­clut pas de fait un sou­tien de sa part à… Daniel Du­glé­ry, dont il est le meilleur en­ne­mi au sein

du con­seil mu­ni­ci­pal de Mont­lu­çon.

Le jeune se­cré­taire fé­dé­ral du PS or­ga­nise une confé­rence de presse au­jourd’hui pour « pré­sen­ter dix pro­po­si­tions » qu’il es­time prio­ri­taires pour le ter­ri­toire et « aux­quelles les deux can­di­dats en bal­lot­tage de­vront ré­pondre » afin d’ob­te­nir son ap­pel au vote !

Daniel Du­glé­ry et Lau­rence Van­ceu­ne­brock-Mia­lon pour­ront­ils se payer le luxe de le sno­ber, sa­chant qu’il a ob­te­nu 4.725 voix dimanche ?

Troi­sième cir­cons­crip­tion. Si leur des­tin en avait dé­ci­dé au­tre­ment, Bé­né­dicte Pey­rol, Gabriel Ma­quin et Jacques de Cha­bannes au­raient sans doute pu se re­trou­ver dans une même formation po­li­tique. La can­di­date d’En marche ! a choi­si de s’en­ga­ger au centre, mais ses deux ad­ver­saires du pre­mier tour, ar­ri­vés der­rière elles, n’en sont pas loin : le pre­mier se re­trouve da­van­tage dans la ligne d’un Jup­pé que d’un Sar­ko­zy. Et les ra­di­caux locaux n’ont pas fait mystère, lors de la pré­si­den­tielle, de leur pré­fé­rence pour Ma­cron malgré leur en­ga­ge­ment pour Ha­mon.

Avec 13.562 voix, Bé­né­dicte Pey­rol n’était qu’à 6.124 bul­le­tins de la ma­jo­ri­té ab­so­lue. Si elle prend les 5.526 de Cha­bannes, elle ne se­ra plus qu’à quelques cen­taines de bul­le­tins pour par­tir au pa­lais Bour­bon. Mais Jacques de Cha­bannes n’a pas don­né de consigne de vote. Et Gabriel Ma­quin es­père qu’une sorte de « front bour­bon­nais » se consti­tue­ra face à une can­di­date pré­sen­tée comme in­ex­pé­ri­men­tée et pa­ra­chu­tée. Mais qui a réa­li­sé le meilleur score sur les trois cir­cons­crip­tions. ■

FLO­RIAN SALESSE

IM­PRO­BABLE. Et si Ni­co­las Brien (à droite) ap­pe­lait à vo­ter Daniel Du­glé­ry ? Le pre­mier se­cré­taire du PS de l’Al­lier ne l’ex­clut pas.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.