Les ventes im­mo­bi­lières re­partent à la hausse dans l’Al­lier

La Montagne (Vichy) - - Le Fait De Jour - Les agences de l’Al­lier

C’est le fi­chier Ame­pi de Mont­lu­çon qui le dit. L’As­so­cia­tion des man­dats ex­clu­sifs des pro­fes­sion­nels de l’im­mo­bi­lier lo­cale, qui ras­semble sept agences, montre une hausse de « 25 à 30 % du nombre de ventes de juin 2016 à au­jourd’hui », in­dique le pré­sident Phi­lippe Al­lin (Or­pi).

« L’évo­lu­tion est moins im­por­tante sur les prix, pour­suit l’agent im­mo­bi­lier. De­puis dix ans, nous connais­sions une baisse, avec la crise des sub­primes. C’est la pre­mière an­née que nous avons une hausse. Elle est de 1,5 % (de juin à juin). Ce n’est pas beau­coup mais c’est po­si­tif. » Dans le sec­teur, le mè­ tre car­ré se né­go­cie entre 250 € et 2.400 €. La four­chette est large : l’em­pla­ce­ment et l’état comptent au­tant que la sur­face. « Mais le mar­ché moyen se si­tue à 870 € le mètre car­ré », in­dique Phi­lippe Al­lin.

Ré­no­va­tion et op­por­tu­ni­té

Même constat pour Phi­lippe Pom­mier, l’un des gé­rants de l’agence Spohn­Ville­roy, à Mou­lins. « On est, de­puis un an, sur une phase de sta­bi­li­sa­tion des prix. Les ap­par­te­ments ré­no­vés et les mai­sons se vendent bien, dans l’ag­glo­mé­ra­tion, à condi­tion qu’ils soient en bon état. Comp­ter de 900 à 1.000 € le mètre car­ré. » Mais il pré­vient : « La ré­no­va­tion est chère par rap­port au fon­cier. Toute me­sure im­pac­tant la TVA (au­jourd’hui à 10 %) sur des tra­vaux im­mo­bi­liers met­trait à mal le mar­ché. »

Ch­ris­tiane Eh­len, de Jac­que­mart Im­mo­bi­lier, à Mou­lins note « un lé­ger fré­mis­se­ment des ventes. Les pe­tits prix, in­fé­rieurs à 100.000 €, se vendent. Mais les ap­par­te­ments sont bra­dés ».

À Vi­chy : « Tous les feux sont au vert », ex­plique Marc­An­toine Rat­ti­na, gé­rant de Or­pi à Vi­chy. D’ailleurs, évé­ne­ment rare pour une an­née élec­to­rale, nous n’avons pas sen­ti d’at­ten­tisme lors des pre­miers mois de 2017. La pé­riode reste très fa­vo­rable aux ache­teurs. Ces trois der­niè­ res an­nées, le mar­ché a bais­sé de 20 à 25 % ! Les ven­deurs qui ont peur de perdre de l’ar­gent peuvent donc aus­si se ras­su­rer en se di­sant qu’ils ra­chè­te­ront bien mois cher qu’ils ne l’ont fait lors de leur pré­cé­dente ac­qui­si­tion et que ce­la amor­ti­ra leur perte po­ten­tielle. »

Le mètre car­ré va­rie entre « 700 € pour un bien près de la gare, par exemple, et 2.500 € dans les beaux quar­tiers, près des Quatre­Che­mins ou du lac d’Al­lier. On peut dif­fi­ci­le­ment faire plus bas. Les chiffres ne tar­de­ront pas à re­mon­ter, fa­ta­le­ment, comme les taux d’in­té­rêt. » À bon en­ten­deur…

F. SA­LESSE

LÉ­GER. En un an, les prix de vente de l’im­mo­bi­lier ont pro­gres­sé de 1,5 % à Mont­lu­çon, d’après le fi­chier des pro­fes­sion­nels.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.