Syl­vain Maillard dé­couvre l’As­sem­blée

La Montagne (Vichy) - - Élections Législatives -

Syl­vain Maillard, nou­vel élu de La Ré­pu­blique en Marche, a fait sa « ren­trée » dès hier à l’As­sem­blée na­tio­nale, en sui­vant un par­cours bien or­ches­tré.

Cet en­tre­pre­neur de 43 ans, élu dès le pre­mier tour dans la 1re cir­cons­crip­tion de Pa­ris, a évo­qué « un mo­ment fort » et sa « fierté » no­tam­ment d’être « le pre­mier », de­vant une nuée de jour­na­listes. Très à l’aise, don­nant des in­ter­views en an­glais et en al­le­mand, cet élu mu­ni­ci­pal du IXe ar­ron­dis­se­ment de Pa­ris es­tam­pillé « so­cié­té ci­vile », qui court les mé­dias de­puis son élec­tion, a fait le tour du Pa­lais­Bour­bon sui­vant une mise en scène très or­ga­ni­sée.

« On vient pour faire, pas pour être »

Ac­com­pa­gné par une huis­sière, il a pro­cé­dé aux for­ma­li­tés d’en­re­gis­tre­ment et fait des pho­tos of­fi­cielles, no­tam­ment dans l’hé­mi­cycle. Il a éga­le­ment ré­cu­pé­ré la « mal­lette » dé­diée aux élus, conte­nant l’écharpe tri­co­lore et le « baromètre », in­signe por­té dans les cé­ré­mo­nies pu­bliques.

« C’est très beau », « c’est comme à la té­lé, tou­jours un peu plus pe­tit », a­t­il com­men­té, ra­vi, en dé­cou­vrant la salle des Quatre­Co­lonnes, où les dé­pu­tés croisent les jour­na­listes, et celle at­te­nante des Pas Per­dus. Mais « on vient pour faire, on ne vient pas pour être », a­t­il aus­si­tôt sou­li­gné, en pré­ci­sant qu’il ne fe­rait « pro­ba­ble­ment » qu’un seul man­dat et pour­sui­vrait son ac­ti­vi­té

dans sa PME d’im­por­tex­port de com­po­sants élec­tro­niques « une journée par se­maine », pour « gar­der les pieds sur terre ».

Cet an­cien porte­pa­role d’Em­ma­nuel Ma­cron pen­dant la cam­pagne, qui a mi­li­té à l’UDF, au Nou­veau Centre puis à l’UDI, a aus­si fait état d’une « obli­ga­tion de réus­site » après une pré­si­den­tielle pas « clas­sique », en ob­ser­vant que « les Fran­çais ne nous donnent pas un blanc­seing, ils nous de­mandent de faire ».

En fin de ma­ti­née, le se­cond dé­pu­té LREM élu au pre­mier tour, Paul Mo­lac, a fait à son tour son en­trée, « ho­no­ré » d’avoir été re­con­duit dans sa cir­cons­crip­tion du Mor­bi­han (où il avait été élu en 2012 avec le sou­tien du PS).

Dans les jar­dins de l’As­sem­blée, cet ex­membre du groupe éco­lo­giste de la pré­cé­dente lé­gis­la­ture puis du groupe So­cia­liste éco­lo­giste et ré­pu­bli­cain (SER), s’est dit se­rein de­vant l’af­flux an­non­cé de no­vices, en as­su­rant qu’il ne joue­rait pas le rôle de « grand­pa­pa ». « S’ils se servent de leur cer­veau, sont humbles, re­gardent et es­sayent de bien faire, ce n’est pas in­quié­tant », a­til ex­pli­qué.

Les deux autres dé­pu­tés élus au 1er tour, les sor­tants Sté­phane De­mil­ly (UDI, 5e de la Somme) et Na­pole Po­lu­tele (DVG, Wal­lis et Fu­tu­na) de­vaient éga­le­ment ve­nir ef­fec­tuer ces for­ma­li­tés, avant la nuée de la se­maine pro­chaine. En 2012, avec une abs­ten­tion moindre, ils étaient 36 à avoir été élus dès le pre­mier tour. ■

PHO­TO BEP

« LE PRE­MIER ». Le dé­pu­té de Pa­ris a ré­cu­pé­ré la « mal­lette » conte­nant l’écharpe tri­co­lore et son in­signe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.