Des par­le­men­taires pris pour cible

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Ac­tua­li­tés -

Un sup­por­ter de Ber­nie San­ders op­po­sé à Do­nald Trump a ti­ré, hier, sur des ré­pu­bli­cains du Congrès qui jouaient au base-ball près de Wa­shing­ton, bles­sant cinq per­sonnes dont le n° 3 de la Chambre des re­pré­sen­tants. Le ti­reur est mort.

Une ving­taine d’élus ré­pu­bli­cains ain­si que des col­la­bo­ra­teurs par­le­men­taires s’en­traî­naient au pe­tit ma­tin sur un ter­rain d’Alexan­dria, en ban­lieue im­mé­diate de la ca­pi­tale fé­dé­rale amé­ri­caine, en vue d’un match ca­ri­ta­tif pré­vu au­jourd’hui, quand un in­di­vi­du a sur­gi, ar­mé d’un fu­sil, et com­men­cé un tir nour­ri.

« Actes hé­roïques »

Le ti­reur est James T. Hodg­kin­son, 66 ans, ori­gi­naire de Bel­le­ville dans l’Il­li­nois, se­lon plu­sieurs mé­dias. Deux agents de la po­lice du Ca­pi­tole, pré­sents sur place, ont ri­pos­té avec leurs armes de poing, tou­chant l’as­saillant. Quelques heures plus tard, le pré­sident Do­nald Trump a an­non­cé de­puis la Mai­son­Blanche que le ti­reur avait suc­com­bé à ses bles­sures.

« De nom­breuses vies au­raient été per­dues sans les actes hé­roïques des

deux po­li­ciers qui ont mis le ti­reur hors d’état de nuire […] du­rant cette at­taque très, très vio­lente », a dé­cla­ré le pré­sident lors d’une brève al­lo­cu­tion, au cours de la­quelle il a ap­pe­lé le pays à « l’uni­té ».

Des di­zaines de balles ont été ti­rées dans la fu­sillade, les élus pré­sents dé­cri­vant plu­sieurs mi­nutes de tirs à vue, sur un ter­rain com­plè­te­ment ou­vert. Les joueurs se sont ca­chés comme ils pou­vaient dans les abris de touche ou der­rière des arbres, at­ten­dant que la po­

lice neu­tra­lise le ti­reur.

« Il au­rait tué tout le monde » sans les po­li­ciers, a ra­con­té le sé­na­teur Rand Paul, qui était sur place : « Sans eux, ce­la au­rait été un mas­sacre ». « Il n’ar­rê­tait pas de ti­rer », a ajou­té un autre élu, Chuck Flei­sch­mann.

Steve Sca­lise, re­pré­sen­tant de Loui­siane et membre de l’équipe de di­rec­tion de la Chambre, est le seul par­le­men­taire bles­sé. Tou­ché à la hanche, il se trou­vait hier soir dans un « état cri­tique », se­lon l’hô­pi­tal MedS­tar de Wa­shing­ton. Les deux po­li­ciers, un col­la­bo­ra­teur d’un élu et un lob­byiste ont éga­le­ment été bles­sés.

Un homme au phy­sique rond

Ber­nie San­ders, sé­na­teur « so­cia­liste » du Ver­mont et op­po­sant d’Hilla­ry Clin­ton aux pri­maires pré­si­den­tielles dé­mo­crates de 2016, a dit avoir été in­for­mé que le ti­reur avait « ap­pa­rem­ment été en­ga­gé comme bé­né­vole » de sa cam­pagne, se di­sant « ré­vol­té par cet acte ab­ject ». « Toute vio­lence est in­ac­cep­table dans notre so­cié­té, et je condamne cet acte dans les termes les plus fermes », a dé­cla­ré Ber­nie San­ders.

Sur sa page Fa­ce­book, James Hodg­kin­son, homme au phy­sique rond et por­tant un bouc, sou­te­nait ou­ver­te­ment San­ders et re­pos­tait ré­gu­liè­re­ment des pé­ti­tions de la grande pla­te­forme pro­gres­siste change.org. « Trump est un traître. Trump a dé­truit notre dé­mo­cra­tie. L’heure est ve­nue de dé­truire Trump et com­pa­gnie », avait­il écrit en mars.

Le FBI a pris en charge l’en­quête mais se re­fuse à tout com­men­taire sur les mo­biles du ti­reur. ■

AFP

BA­SE­BALL. Les vic­times étaient en plein en­traî­ne­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.