Avec les cha­leurs es­ti­vales, le lac d’Al­lier ac­cueille ses pre­miers bai­gneurs

Ce week­end en­core, ils se­ront nom­breux à se ra­fraî­chir dans l’eau et à pro­fi­ter de la bai­gnade, mal­gré l’in­ter­dic­tion.

La Montagne (Vichy) - - La Une - Yann Ter­rat vi­chy@cen­tre­farnce.com

Un ther­mo­mètre qui dé­passe les 30 de­grés, un lac d’Al­lier à proxi­mi­té : pour beau­coup la ten­ta­tion est trop forte. De­puis deux se­maines, la plage des Cé­les­tins se gar­nit à nou­veau et chaque week­end de ser­viettes de bain, pa­ra­sols et jeux de plages.

Une par­faite pe­tite pa­no­plie pour ces « va­can­ciers » qui, avant l’heure, viennent, par di­zaines, trem­per les pieds ou pi­quer une tête dans la rivière. Un ra­fraî­chis­se­ment sa­lu­taire mal­gré la lé­gis­la­tion en vi­gueur qui n’au­to­rise la bai­gnade que deux mois dans l’an­née : en juillet et août.

Ré­gle­men­ta­tion et ma­na­ge­ment

Pla­car­dé sur une des ca­banes en bois, un dis­cret pan­neau vient rap­pe­ler la ré­gle­men­ta­tion. Pas de quoi frei­ner les pla­gistes qui pour beau­coup sont ve­nus en famille. « Je vais voir si cer­tains se baignent et si c’est le cas, je n’hé­si­te­rai pas », confie Aude, ve­nue avec son jeune gar­çon pro­fi­ter de l’en­droit. La jeune femme compte, comme cer­tains, contour­ner un rè­gle­ment

qui lui pa­raît ab­surde alors qu’une ca­ni­cule tra­verse le mois de juin. « J’ai pour­tant lar­ge­ment pro­fi­té de l’eau, la veille, lors d’une séance de ski nau­tique. Dans ce cas, il n’y a pas d’in­ter­dic­tion, c’est as­sez sur­pre­nant. »

Comme les juillet­tistes et les aoû­tiens, les pla­gistes des Cé­les­tins se di­visent en deux ca­té­go­ries. Ceux qui connaissent ef­fec­

ti­ve­ment la ré­gle­men­ta­tion, « on est tous dans la même galère mais nous as­su­mons. Si nous avons un pé­pin, ce se­ra pour notre pomme », ré­sume Tho­mas, ve­nu entre amis. Les autres de toute bonne foi, semble­t­il, n’ont pas pris connais­sance d’un pan­neau ef­fec­ti­ve­ment un peu en re­trait. « Nous ve­nons de Cler­mont et pour se baigner, il faut prendre la voi­tu­ re. Cette plage est vrai­ment un plus pour les ha­bi­tants », ré­sument Cé­line et Tho­mas qui, une fois aver­tis, pro­mettent de ne pas s’aven­tu­rer au large.

Que risque réel­le­ment ces bai­gneurs désoeu­vrés bra­vant, en short de bain, l’in­ter­dit ? Pas grand­chose, à vrai dire si ce n’est ce­lui d’en­ga­ger sa propre res­pon­sa­bi­li­té en cas d’ac­ci­dent. Cours d’eau tran­quille en ap­pa­rence, l’Al­lier reste une rivière sau­vage abri­tant no­tam­ment des trous d’eau. Pour na­ger en toute quié­tude, il fau­dra donc at­tendre le 1er juillet où un dis­po­si­tif de sur­veillance est mis en place par Vi­chy Com­mu­nau­té. Quant à la pos­si­bi­li­té de voir la plage ou­vrir en juin, elle est peu pro­bable. « Le temps est très aléa­toire en cette pé­riode, note Gé­ral­dine Bou­geart, res­pon­sable des équi­pe­ments nautiques et aqua­tiques à l’gglo. Nous éta­blis­sons le ca­len­drier des ac­ti­vi­tés d’une an­née sur l’autre et mettre en place une sur­veillance au der­nier mo­ment est im­pos­sible en terme de ma­na­ge­ment. »

Chaque an­née l’ou­ver­ture de la plage des Cé­les­tins im­plique une di­zaine de pro­fes­sion­nels. ■

PHO­TO YANN TER­RAT

ÉTÉ. Les pla­gistes ont de­van­cé l’ou­ver­ture of­fi­cielle de la plage des Cé­les­tins.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.