Duel de styles et de gé­né­ra­tions à Vi­chy

« On sent une vraie en­vie de re­nou­veau »

La Montagne (Vichy) - - Région Actualité - Pierre Gé­rau­die

Dans la troi­sième cir­cons­crip­tion de l’Al­lier, le se­cond tour des élec­tions lé­gis­la­tives op­po­se­ra Bé­né­dicte Pey­rol, ju­riste (26 ans), pour La Ré­pu­blique en marche, à Ga­briel Ma­quin (67 ans) en­tre­pre­neur et pre­mier ad­joint au maire de Vi­chy, pour Les Ré­pu­bli­cains. Un nou­veau vi­sage contre une per­son­na­li­té très an­crée dans le bas­sin vi­chys­sois. La nou­veau­té contre l’ex­pé­rience.

Di­manche der­nier, elle a elle-même par­lé d’une « sur­prise » en dé­cou­vrant son score éle­vé (34,4 %) sur la cir­cons­crip­tion. Mais hors de ques­tion pour Bé­né­dicte Pey­rol de consi­dé­rer la vic­toire comme ac­quise.

Alors, dès le len­de­main, la can­di­date a te­nu à re­tour­ner sur le ter­rain. « Pour ras­sem­bler et convaincre, pour pré­sen­ter le pro­jet d’Em­ma­nuel Ma­cron, qui est le meilleur pour le pays », af­firme­telle. Le lun­di au Mayet, le len­de­main à Bel­le­rive puis dans le quartier des Ailes, à Vi­chy, avant, ce mer­cre­di, de se rendre à Cus­set puis au mar­ché cou­vert de la ci­té ther­male : la ben­ja­mine des can­di­dates En Marche ! dans l’Al­lier (26 ans) n’en­tend pas bais­ser le rythme. « Parce que rien n’est ga­gné, le pre­mier tour n’était qu’une pre­mière étape », ré­pète­t­elle à l’en­vi de­puis di­manche.

« Ou­verte et ac­ces­sible »

Une pre­mière étape où, ce­pen­dant, elle a dé­jà pu prendre le pouls de sa po­pu­la­ri­té nais­sante au­près des élec­teurs. Entre deux stands du mar­ché vi­chys­sois, non loin de l’équipe de Ga­briel Ma­quin elle aus­si en train de « trac­ter », ils sont ain­si quelques­uns à s’ap­pro­cher spon­ta­né­ment de la jeune can­di­date. Pour la fé­li­ci­ter, d’abord. Pour échan­ger un peu avec elle, aus­si. À l’image de Fran­çoise, qui as­sume avoir mis un bul­le­tin « Pey­rol » di­manche der­nier dans les urnes. « Je ne la connais­sais pas, mais je dé­couvre quel­qu’un d’ou­vert et d’acces­ sible qui re­pré­sente bien Ma­cron », confesse cette Vi­chys­soise. À ses cô­tés, Ch­ris­tine re­con­naît aus­si ap­pré­cier la can­di­date, dont la jeunesse ne l’in­ter­pelle pas outre mesure. « Parce qu’être jeune ne veut pas dire que l’on n’a pas de com­pé­tences. »

À la course

Autre Vi­chys­sois ren­con­tré par Bé­né­dicte Pey­rol sur le mar­ché, Pierre a le même dis­cours. « L’in­ex­pé­rience n’est pas un pro­blème. L’im­por­tant, c’est d’avoir de l’éner­gie. » Et d’éner­gie, la can­di­date veut mon­trer qu’elle n’en manque pas, mul­ti­pliant les échanges avec les pas­sants, dont cer­tains confient « avoir vo­té pour elle sans ja­mais l’avoir ren­con­trée ou en­ten­due ». Face à ceux­là, la jeune femme a à coeur de mieux pré­sen­ter son par­cours et son pro­jet.

Et lors­qu’elle en­tend cer­tains ma­ni­fes­ter leur dé­sir de « ne pas vo­ter, parce que ça ne sert à rien », la can­di­date d’En marche cherche tout aus­si éner­gi­que­ment à les in­vi­ter à se rendre aux urnes. Quitte à cou­rir der­rière eux. « Je ré­pète aux gens qu’il faut al­ler vo­ter. On sent qu’il y a un lien de cas­sé entre les po­li­tiques et les ci­toyens. Il faut le re­tis­ser. » D’autres ont plus de mal à être convain­cus : ils vo­te­ront à droite. « Il faut quand même un peu d’op­po­si­tion », lance ce Vi­chys­sois. Qui au­ra mal­gré tout pris le temps de par­ler un peu avec Bé­né­dicte Pey­rol. « Parce qu’elle est tout de même sym­pa­thique. »

PHO­TOS VIC­TO­RIA PULIDO ET DO­MI­NIQUE PARAT

Bé­né­dicte Pey­rol mer­cre­di sur le mar­ché de Vi­chy ; et Ga­briel Ma­quin hier sur ce­lui de La­pa­lisse.

PHO­TOS VIC­TO­RIA PULIDO ET DO­MI­NIQUE PARAT

Bé­né­dicte Pey­rol et Ga­briel Ma­quin ont ré­col­té re­spesc­ti­ve­ment 34,4 % et 19,8 % au pre­mier tour des élec­tions lé­gis­la­tives.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.