Un jour, peut­être C’est la sa­tis­fac­tion et la cu­rio­si­té qui l’em­portent

La Montagne (Vichy) - - Dossier Boulevard Urbain - De­nis lo­rut

Fin 2016, Pôle Em­ploi a fu­sion­né ses deux agences de l’ag­glo­mé­ra­tion, Vi­chy et Cus­set, et a ins­tal­lé ses nou­veaux lo­caux en bor­dure de l’ave­nue de la Li­ber­té. A la ren­trée 2019, c’est le con­ser­va­toire de l’ag­glo­mé­ra­tion qui dé­mé­na­ge­ra là, puisque les deux écoles de Vi­chy et Cus­set doivent fu­sion­ner et s’ins­tal­ler dans l’an­cien dor­toir du ly­cée Al­bertLondres. Il y a deux se­maines, la com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion a ou­vert un mar­ché pu­blic afin de dé­si­gner un ar­chic­tecte. Autre ad­mi­nis­tra­tion, dont la ve­nue est évo­quée ré­gu­liè­re­ment : la ci­té ju­di­ciaire. En 2016, les maires de Vi­chy et Cus­set ont écrit au mi­nis­tère de la Jus­tice pour dire que les dé­lais­sés du bou­le­vard étaient ré­ser­vés à cette ci­té. De­puis, pas de nou­velle. « Ce­la fait 30 ans qu’on nous en parle. Mais il n’y a plus d’argent dans les caisses de l’Etat », souffle un élu. ■ Comme à chaque trans­for­ma­tion ur­baine, il y a ceux qui sont contents, ceux qui at­tendent de voir et les mé­con­tents. Ren­contre avec des ri­ve­rains de la nou­velle par­tie du bou­le­vard ur­bain qui ouvre au­jourd’hui.

Il faut sa­voir qu’avec ces tra­vaux, l’ex­tré­mi­té nord du bou­le­vard des Graves de­vient une im­passe. De plus, l’im­passe du bou­le­vard des Ro­mains, qui longe les jar­dins des ha­bi­tants de le rue du Doc­teur­Cha­lier, est dé­sor­mais sur­plom­bée par le bou­le­vard ur­bain.

Jeanne Mey­ral-La­grange, bou­le­vard des Graves de­puis 16 ans. « Pour nous cette nou­velle route est im­pec­cable. Ça va être une vé­ri­table bouf­fée d’air. C’est sur­tout les ca­mions qui nous gê­naient car ce­la fai­sait trem­bler les murs lors­qu’ils dé­mar­raient au feu tri­co­lore. Nous au­rons une jo­lie im­passe de­vant chez nous, j’es­père qu’il y au­ra quelques amé­na­ge­ments. Bien avant que les tra­vaux ne com­mencent, nous avons re­çu dans notre boîte aux lettres des pro­po­si­tions d’achat de

plu­sieurs agents im­mo­bi­liers : ils avaient an­ti­ci­pé. »

Gi­nette Le­frère, bou­le­vard des Graves de­puis 25 ans. « Je viens de Pa­ris, où j’étais for­cé­ment ha­bi­tuée au bruit des voi­tures. Mais je suis tout de même contente de ga­gner en tran­quilli­té. Je suis par contre in­quiète de ce qui va se mon­ter comme ma­ga­sins

au­tour de la route. J’es­père que ce ne se­ra pas des bou­tiques trop hautes qui nous bouchent la vue. »

Di­dier Du­cle­roir, rue du Doc­teur-Cha­lier. « Ils ont réa­li­sé quelque chose de très propre. On va voir com­ment ce­la va se pas­ser, no­tam­ment avec le pas­sage des ca­mions. Ce que je crains le plus, c’est le pas­sage de ga­mins qui

au­raient la mau­vaise idée de prendre les pierres des murs en ga­bion et de les je­ter sur les mai­sons, en contre­bas de la nou­velle route. J’ai peur aus­si que les es­ca­liers soient squat­tés. »

Vé­ro­nique Du­bey, rue du Doc­teur-Cha­lier de­puis 25 ans. « Il y avait dé­jà un che­min pour al­ler jus­qu’au Si­chon, on pen­sait qu’il se­rait uti­li­sé pour ce bou­le­vard.

Pour notre part, notre jar­din est as­sez long, du coup la route est éloi­gnée. Et en plus, il y a deux pe­tits bâ­ti­ments au fond qui vont nous ca­cher de la vue et du bruit. Est­ce que nous al­lons avoir des nui­sances ? Nous le ver­rons au fur et à mesure.

Il y a un nou­veau feu tri­co­lore sur l’al­lée Mes­dames, et je pense que ce­la va pro­vo­quer du bruit au dé­mar­rage des vé­hi­cules. Mais ils ont fait quelque chose de bien : c’est la plantation d’arbres au pied du bou­le­vard. Quand ils gran­di­ront, ils vont amor­tir le bruit. Et ces arbres per­met­tront de faire re­ve­nir les oiseaux qui ont dis­pa­ru du­rant les tra­vaux.

Ce que j’at­tends le plus, c’est la ré­ha­bi­li­ta­tion des berges du Si­chon. Ce se­rait bien si on pou­vait nous faire un che­min propre pour la pro­me­nade.

Ce que l’on at­tend aus­si avec im­pa­tience, c’est la ré­fec­tion de la route au bout de l’al­lée Mes­dames. Ce doit être la pire route de Vi­chy. » ■

PHO­TO VIC­TO­RIA PULIDO

CHAN­TIER. Vé­ro­nique Du­bey est sa­tis­faite des es­paces verts du bou­le­vard.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.