La­porte s’em­porte, No­vès tem­po­rise

Avis de tem­pête sur le XV de France. À 48 heures des re­trou­vailles avec les Spring­boks, le pré­sident de la FFR Ber­nard La­porte a fus­ti­gé hier le com­por­te­ment « in­ad­mis­sible » de cer­tains joueurs lors du pre­mier match per­du ; une sor­tie ju­gée pré­ma­tu­rée pa

La Montagne (Vichy) - - Sports L'actu Nationale -

Puis, re­lan­cé par les jour­na­listes, il s’est mon­tré plus lo­quace, s’in­ter­ro­geant sur l’op­por­tu­ni­té du mes­sage pré­si­den­tiel, même s’il s’est dit « pas du tout cho­qué qu’un pré­sident de temps en temps ait en­vie de dire quelque chose. »

« On est pas­sé à cô­té de notre su­jet sur le pre­mier test, mais ce­la fai­sait très long­temps. Quand on perd contre les Blacks (19­24 en no­vembre), les Aus­tra­liens (23­25 en no­vembre) et les An­glais (16­19 dans le Tour­noi 2017), il y a quand même dans le conte­nu, l’en­ga­ge­ment, des choses ad­mi­rables. Donc je ne sais pas si ce n’est pas un peu tôt, s’il ne faut pas at­tendre un peu la suite », a­t­il dé­cla­ré.

No­vès, ins­tal­lé à son poste par l’an­cien pré­sident de la FFR Pierre Ca­mou, s’est éga­le­ment mon­tré du­bi­ta­tif sur l’ef­fet du mes­sage qui se­ra adres­sé aux joueurs.

« Je vous avoue que ce genre de match se pré­pare de loin (en amont, ndlr), ce n’est pas un simple dis­cours qui trans­forme un in­di­vi­du, à mon avis », a­t­il lâ­ché.

« Avant de s’ex­pri­mer au­près des joueurs, il s’ex­pri­me­ra au­près de moi, ce qui pa­raît lo­gique car nous avons quand même une re­la­tion qui doit être forte. Ce­la se passe comme ça », a ajou­té le sé­lec­tion­neur, qui a dis­cu­té, si­tôt le point­presse ter­mi­né, avec le bras droit du pré­sident, Serge Simon.

Le nu­mé­ro 2 de la Fé­dé­ra­tion était dé­jà pré­sent mar­di lors de la pre­mière ou­ver­ture aux mé­dias de la se­maine. Où No­vès, sur le ter­rain de la Nor­th­wood High School, avait sem­blé un tan­ti­net ten­du.

As­sis­tant de près à l’en­traî­ne­ment des ar­rières alors qu’il se po­si­tionne d’ha­bi­tude da­van­tage en re­trait, il leur a ain­si or­don­né une sé­rie de pompes après un exer­cice ju­gé non sa­tis­fai­sant.

Les joueurs, eux, se sont de nou­veau dit hier par­fai­te­ment conscients d’être pas­sés au travers lors du pre­mier test­match.

Ils mettent en avant la thèse de l’ac­ci­dent, comme No­vès, qui a of­fert sa pre­mière sé­lec­tion au jeune centre Da­mian Pe­naud et pro­cé­dé à huit chan­ge­ments (voir ci­des­sous). Dont le re­tour du ca­pi­taine Guil­hem Gui­ra­do, qui de­vra mon­trer l’exemple dans l’en­ga­ge­ment. Sous les yeux de La­porte, qui a ré­af­fir­mé sa confiance à No­vès : « Bien sûr, il est hors de ques­tion de le re­mettre en cause ». ■

« Hors de ques­tion de re­mettre Guy No­vès en cause »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.