Agressée et hos­pi­ta­li­sée

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités La Bourse - AFP

Na­tha­lie Kos­cius­ko-Mo­ri­zet, can­di­date LR aux lé­gis­la­tives en cam­pagne à Pa­ris, a per­du connais­sance hier ma­tin après avoir été prise à par­tie par un pas­sant.

Le Pre­mier mi­nistre a ren­du vi­site, hier après­mi­di, à la can­di­date à l’hô­pi­tal Co­chin, où elle a été conduite par les pom­piers. « Tous mes voeux de ré­ta­blis­se­ment à mon amie Na­tha­lie Kos­cius­ko­Mo­ri­zet. Je condamne cet acte d’une vio­lence in­sup­por­table », a écrit sur son compte Twit­ter Édouard Phi­lippe (is­su de LR).

L’ad­ver­saire de NKM dans la 2e cir­cons­crip­tion de Pa­ris, Gilles Le Gendre (La Ré­pu­blique en Marche), a sus­pen­du sa cam­pagne élec­to­rale, tout en con­dam­nant « fer­me­ment » l’agres­sion. « Je ne fais rien, j’ai stop­pé les trac­tages. Elle est in­dis­po­nible. Par équi­té, je me dois d’être in­dis­po­nible », a fait sa­voir le can­di­dat, qui a envoyé un mes­sage à son ad­ver­saire pour lui « ma­ni­fes­ter sa sym­pa­thie et lui dire es­pé­rer qu’elle se ré­ta­bli­ra très vite ».

L’an­cienne mi­nistre, en bal­lot­tage dé­fa­vo­rable, L’IMAGE. « Elle met sa main de­vant son vi­sage pour se pro­té­ger et les tracts heurtent sa main de ma­nière as­sez vio­lente ».

dis­tri­buait des tracts sur le mar­ché place Mau­bert, dans le Ve ar­ron­dis­se­ment, lors­qu’un homme d’une cin­quan­taine d’an­nées les lui a pris pour les lui en­voyer au vi­sage, la trai­tant no­tam­ment de « bo­bo de merde ».

« À ce mo­ment­là, elle se pro­tège, elle met sa main de­vant son vi­sage pour se pro­té­ger et les tracts heur­

tant sa main de ma­nière as­sez vio­lente, elle re­çoit sa propre main dans sa fi­gure », a pré­ci­sé Geof­froy Van der Has­selt, photographe qui cou­vrait la cam­pagne pour l’AFP.

Coup, course-pour­suite et dé­pôt de plainte

NKM, dés­équi­li­brée, a chu­té sur le sol et per­du connais­sance pen­dant plu­sieurs mi­nutes, sous une forte cha­leur. Les pom­piers sont in­ter­ve­nus, et elle a re­pris connais­sance. Se te­nant la tête, elle a été ins­tal­lée dans leur ca­mion et conduite à l’hô­pi­tal Co­chin, où elle a su­bi hier après­mi­di des « exa­mens mé­di­caux ap­pro­fon­dis ». Elle y est res­tée pour pas­ser la nuit en ob­ser­va­tion.

Après cette al­ter­ca­tion, l’homme est par­ti en cou­rant vers la bouche de mé­tro la plus proche. « C’est votre faute si on a Hi­dal­go au­jourd’hui comme maire », lui avait­il dit, lan­çant éga­le­ment : « Re­tour­nez dans l’Es­sonne ! », dont elle est dé­pu­tée sor­tante.

Un bé­né­vole de l’équipe de NKM a pour­sui­vi dans le mé­tro l’homme, qui est sor­ti à la sta­tion sui­vante, Clu­ny­La Sor­bonne (ligne 10). Il a af­fir­mé avoir alors re­çu des coups de sa part. L’homme a, là en­core, pris la fuite. Son si­gna­le­ment a été don­né à la po­lice.

Le par­quet de Pa­ris a ou­vert une en­quête pour « vio­lences vo­lon­taires ». Au­cun sus­pect n’avait été in­ter­pel­lé hier soir. La di­rec­trice de cam­pagne de l’ex­mi­nistre a an­non­cé avoir dé­po­sé plainte. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.