In­ter­pel­lé après le bra­quage du ca­si­no

Il y a six mois, deux mal­fai­teurs ar­més s’étaient fait re­mettre la re­cette – en­vi­ron 35.000 eu­ros – du ca­si­no de Vic-sur-Cère. Un sus­pect vient d’être in­ter­pel­lé par le SRPJ de Cler­mont-Fer­rand. Il a été mis en exa­men et écroué.

La Montagne (Vichy) - - Région Actualité - Sté­phane Bar­noin ste­phane.bar­noin@cen­tre­france.com

Sa vie est une suc­ces­sion d’ar­res­ta­tions et de pé­riodes d’in­car­cé­ra­tion. De­puis mer­cre­di, Laurent M., 45 ans, est de re­tour en pri­son.

Cet Au­rilla­cois au lourd pas­sé (voir ci­contre) a été in­ter­pel­lé, mar­di, à Bor­deaux, où il tra­vaillait comme chauf­feur livreur. La bri­gade cri­mi­nelle de la PJ cler­mon­toise le soup­çonne cette fois d’être l’un des au­teurs du bra­quage du ca­si­no de Vic­sur­Cère, en dé­cembre der­nier.

Tra­hi par l’ADN… et par ses yeux ?

À l’avant­veille de Noël, deux hommes s’étaient fau­fi­lés en pleine nuit jus­qu’au hall de l’éta­blis­se­ment. Ils s’étaient ca­chés là, à l’en­trée de la salle de jeux fer­mée, en at­ten­dant la sortie des deux derniers em­ployés por­teurs de la

re­cette du jour. Les vo­leurs, cas­qués et mu­nis d’une arme de poing, avaient alors sur­gi pour ré­cu­pé­rer le bu­tin, es­ti­mé à 35.000 eu­ros, avant de dis­pa­raître. Non sans avoir

pris soin, au préa­lable, de li­go­ter leurs vic­times.

Dé­tail pour le moins folk­lo­rique : Laurent M. était un client ré­gu­lier du ca­si­no can­ta­lien. Les sa­la­riés sau­cis­son­nés ont

d’ailleurs cru re­con­naître d’em­blée ses yeux bleus ca­rac­té­ris­tiques et sa voix. Les in­ves­ti­ga­tions du SRPJ ont fait le reste. L’ADN du sus­pect au­rait no­tam­ment été re­trou­vé sur le serre­ flex uti­li­sé pour neu­tra­li­ser les em­ployés.

En vieux rou­tier des gardes à vue, l’Au­rilla­cois ne s’est pas mon­tré très lo­quace face aux en­quê­teurs. Il a donc été pré­sen­té dès mer­cre­di, len­de­main de son in­ter­pel­la­tion, à la juge d’ins­truc­tion cler­mon­toise en charge du dos­sier.

Celle­ci lui a no­ti­fié sa mise en exa­men pour vol avec arme et sé­ques­tra­tion. Laurent M. a aus­si­tôt été pla­cé en dé­ten­tion pro­vi­soire, confor­mé­ment aux ré­qui­si­tions du par­quet. Son com­plice est tou­jours re­cher­ché.

Il se dit in­nocent

À ce stade, mal­gré les élé­ments qui pèsent sur lui, le qua­dra­gé­naire can­ta­lien clame son in­no­cence. « Mon client conteste to­ta­le­ment avoir par­ti­ci­pé à ces faits. Nous es­pé­rons qu’une ins­truc­tion à dé­charge per­met­tra de le dé­mon­trer », in­dique son avo­cat, Me Jean­Fran­çois Ca­nis.

Parallèlement, Laurent M. est tou­jours sous la me­nace d’une condam­na­tion dans un tout autre dos­sier. Mis en cause dans deux vols avec vio­lence com­mis en 2010 et 2011 dans le Can­tal, il a été re­laxé par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel d’Au­rillac, dé­but 2017. Ce ju­ge­ment de pre­mière ins­tance a été contes­té par le mi­nis­tère pu­blic, qui avait re­quis quatre ans de pri­son, dont un à deux ans avec sur­sis, contre le mul­ti­ré­ci­di­viste.

L’affaire se­ra tran­chée par la cour d’ap­pel de Riom le 29 juin. Un dé­noue­ment que le sus­pect sui­vra à dis­tance, de­puis sa cel­lule de la mai­son d’ar­rêt. ■

PHO­TO D’AR­CHIVES CA­MILLE SAYEC

VIC-SUR-CÈRE. Le 23 dé­cembre 2016, en pleine nuit, deux hommes avaient at­ta­qué le ca­si­no. Le sus­pect in­ter­pel­lé par la PJ a été mis en exa­men et in­car­cé­ré.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.