Les ani­maux sont confis­qués

Un éle­veur de la val­lée de la Sioule avait né­gli­gé les ani­maux de son ex­ploi­ta­tion agri­cole. Cet an­cien in­gé­nieur hor­ti­cole hol­lan­dais, re­con­ver­ti à l’éle­vage re­fu­sait toute aide. Ses ani­maux ont été dé­fi­ni­ti­ve­ment confiés à des as­so­cia­tions de pro­tec­tion

La Montagne (Vichy) - - Vichy Vivre Sa Ville - Denis Lo­rut denis.lo­rut@cen­tre­france.com

Lors­qu’en 2008, il a re­pris l’ex­ploi­ta­tion agri­cole d’un re­trai­té de la val­lée de la Sioule, Wou­ter(*) concré­ti­sait son rêve de s’ins­tal­ler en France pour éle­ver des ani­maux.

Mais cet an­cien in­gé­nieur hor­ti­cole hol­lan­dais n’était pas à la hau­teur.

Très vite, les services vé­té­ri­naires de la DDCSPP(**), les agents de l’Of­fice na­tio­nal de la chasse et de la faune sau­vage et les gen­darmes ont consta­té des di­va­ga­tions d’ani­maux et des ca­davres, sur l’ex­ploi­ta­tion.

Des ca­davres dans des fi­lets d’eau

In­ter­ve­nant as­sez sou­vent, les services vé­té­ri­naires, ai­dés par les gen­darmes, ont consta­té que le ni­veau de fai­blesse des ani­maux ne ces­sait d’évo­

luer, par­fois de ma­nière iné­luc­table pour cer­tains.

Ils ont no­tam­ment dé­cou­vert des ca­davres dans des fi­lets d’eau ali­men­tant une mare où s’abreu­vaient les bêtes. Les agents ont aus­si consta­té que le foin don­né aux ani­maux était de mau­vaise qua­li­té, tout comme cer­taines prai­ries où il n’y avait plus d’herbe.

L’éle­veur au­rait fait ap­pel à l’as­so­cia­tion Solidarité pay­san, qui a ces­sé de l’as­sis­ter car Wou­ter était constam­ment dans le conflit so­cial et fi­nan­cier.

Le 11 fé­vrier 2016, les ani­maux ont été re­ti­rés de l’éle­vage. 19 bo­vins, deux che­vaux et 63 mou­tons et chèvres ont été ré­cu­pé­rés par l’as­so­cia­tion OEuvre d’as­sis­tance aux bêtes d’abat­toirs (OABA). La Fon­da­tion Bri­gitte Bar­dot s’est oc­cu­pée de 14 por­cins.

Jeu­di, au tri­bu­nal de Cus­set, Wou­ter n’était pas là pour s’ex­pli­quer. Mais les as­so­cia­tions de dé­fense des ani­maux et la DDCSPP, elles, n’avaient pas ra­té le ren­dez­vous ju­di­ciaire.

Le re­pré­sen­tant des ser­ vices vé­té­ri­naire a in­di­qué que Wou­ter n’avait plus d’ani­maux à ce jour, mais que sa com­pagne avait ac­quis des ovins pour net­toyer un ter­rain plan­té de noi­se­tiers.

Pri­son avec sur­sis

« Ar­rê­tons le mas­sacre, qu’il ne puisse plus dé­te­nir, di­rec­te­ment ou in­di­rec­te­ment des bêtes », a lan­cé Me Si­biaud, avo­cat de l’OABA, qui a ré­cla­mé 6.480 € pour les frais de trans­port des 84 bêtes ré­cu­pé­rées, 22.022 € pour les frais de pen­sion et 1.041,85 € pour les frais de vé­té­ri­naire. Me Tixier, pour la Fon­da­tion Bar­dot, a ré­cla­mé 14.292,66 € pour les frais de pen­sion des porcs. Ces par­ties ci­viles ont eu grain de cause, tout comme la Ligue contre la mal­trai­tance des ani­maux, qui a ob­te­nu 500 €.

Wou­ter a été condam­né à quatre mois de pri­son avec sur­sis, un to­tal de 1.800 eu­ros d’amende, la confis­ca­tion des ani­maux et l’in­ter­dic­tion pen­dant cinq ans d’avoir une ac­ti­vi­té dans l’éle­vage d’ani­maux. ■ (*) Pré­nom mo­di­fié. (**) Di­rec­tion fé­par­te­men­tale de la co­hé­sion so­ciale et de la pro­tec­tion des po­pu­la­tions.

PHO­TO D’ILLUS­TRA­TION MI­CHEL DELPY

BO­VINS. 19 vaches en mau­vais état sa­ni­taire avaient été re­trou­vées chez l’éle­veur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.