Les Fran­çais dans la cage aux re­quins

At­ten­tion aux mor­sures : une se­maine après être pas­sé au tra­vers en ou­ver­ture de sa tour­née en Afrique du Sud, le XV de France, mis sous pres­sion par Ber­nard La­porte, passe une séance de rat­tra­page à hauts risques ce soir (17 h 05) à Dur­ban, dans l’antre

La Montagne (Vichy) - - Sports L'actu Nationale -

Si le deuxième test d’une sé­rie de trois matchs a sou­vent des al­lures de tour­nant, ce­lui de ce soir res­semble à un dan­ge­reux vi­rage en épingle.

Deux di­rec­tions s’offrent aux Bleus. Soit ils le passent avec suc­cès, pour prendre la se­maine pro­chaine la route de Jo­han­nes­burg avec en jeu le gain de leur pre­mière sé­rie contre une na­tion his­to­rique de l’hé­mi­sphère Sud de­puis 2009 en Nou­vel­leZé­lande.

Soit ils butent sur l’obs­tacle spring­bok, comme sa­me­di der­nier à Pre­to­ria (37­14), et la der­nière par­tie de leur sé­jour su­da­fri­cain pren­drait les al­lures d’un long che­min de croix.

Les pro­grès en­tre­vus lors des tests d’au­tomne et pen­dant le Tour­noi des Six Na­tions 2017 se­

raient ba­layés et res­sur­gi­raient les doutes quant à la ca­pa­ci­té de cette équipe à ri­va­li­ser avec les meilleurs.

À un peu plus de deux ans de la Coupe du monde 2019 au Ja­pon, où elle af­fron­te­ra une tout autre op­po­si­tion que ces Boks

en re­cons­truc­tion (Ar­gen­tine et Angleterre). Et un an et de­mi après la prise de fonc­tion de Guy No­vès.

Trop tôt, pour ti­rer des conclu­sions ? Le pré­sident de la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de rugby (FFR) Ber­nard La­porte a en tout cas es­ti­mé le moment ve­nu, après la dé­route de Pre­to­ria de ti­rer la son­nette d’alarme et de pla­cer les joueurs face à leurs res­pon­sa­bi­li­tés.

Très re­mon­té contre le manque d’en­ga­ge­ment ob­ser­vé dans la ca­pi­tale, l’an­cien sé­lec­tion­neur des Bleus (1999/2007) a dé­ci­dé d’ef­fec­tuer 9.000 ki­lo­mètres pour leur rap­pe­ler leurs de­voirs d’in­ter­na­tio­naux, avant le match.

S’en­tre­tien­dra­t­il avec No­vès ? C’est en tout en cas le sou­hait af­fir­mé du sé­lec­tion­neur, qui s’est in­ter­ro­gé sur l’op­por­tu­ni­té de la sortie mé­dia­tique de son pa­tron.

Oui, le XV de France est pas­sé à cô­té de son su­jet, mais c’était la pre­mière fois de­puis qu’il en a pris les com­mandes. Et il a ri­va­li­sé avec les trois meilleures na­tions mon­diales, à l’au­tomne (23­25 contre les All Blacks et 19­24 face à l’Aus­tra­lie) et l’hi­ver derniers (19­16 en Angleterre).

Le coup de se­monce pré­si­den­tiel a donc été sui­vi de la ré­ponse du plus ti­tré des en­traî­neurs fran­çais, sous l’oeil de Serge Simon, nu­mé­ro 2 de la FFR en charge des équipes de France.

C’est dans ce cli­mat ora­geux, mal­gré le franc so­leil et la ving­taine de de­grés bai­gnant l’Océan In­dien en cette toute fin d’au­tomne aus­tral, que les Bleus doivent sor­tir la tête de l’eau.

Col­lec­ti­ve­ment, après avoir cou­lé à Pre­to­ria à tous les ni­veaux, dans l’en­ga­ge­ment, la « conquête, la dé­fense et le jeu d’at­taque », dixit No­vès.

Et au plan in­di­vi­duel, à l’image des cadres Yoann Maes­tri et Louis Pi­ca­moles, qui au­ront une deuxième chance ce soir au sein d’une équipe re­ma­niée de plus de moi­tié (8 chan­ge­ments) et qui pa­raît ar­mée pour se ra­che­ter. ■

Une équipe de France re­ma­niée de moi­tié

CO­HÉ­SION. Les Tri­co­lores sou­dés au­tour de Guy No­vès de­vront trou­ver les so­lu­tions pour rem­por­ter ce deuxième test.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.