L’em­bel­lie éco­no­mique est une réa­li­té dans la ré­gion La grande of­fen­sive des gra­mi­nées

La Montagne (Vichy) - - Région Actualité - FRED MARQUET Mi­chèle Gar­dette

Les aus­pices s’avèrent fa­vo­rables pour l’éco­no­mie d’Au­vergne-Rhône-Alpes.

Les car­nets de com­mande se si­tuent à un « ni­veau sa­tis­fai­sant », se­lon la Banque de France. L’em­bel­lie est donc une réa­li­té aus­si bien na­tio­nale que ré­gio­nale.

Mai a en­re­gis­tré une « bonne dy­na­mique » dans les en­tre­prises in­dus­trielles de la ré­gion, et ce « sous l’ef­fet des com­mandes in­té­rieures et étran­gères ». Bref, se­lon la BdF, tout va pour le mieux de ma­nière gé­né­rale, en par­ti­cu­lier dans le sec­teur des ser­vices qui con­serve son rythme de pro­gres­sion « me­su­ré mais ré­gu­lier ». Même si la fa­bri­ca­tion de ma­té­riels de trans­port et l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique res­tent un peu à la traîne.

Les ac­ti­vi­tés in­for­ma­tiques et de tra­vail tem­po­raire sont les plus dy­na­miques. À tel point qu’elles se ré­vèlent por­teuses de re­cru­te­ments. Pour ce mois­ci, la Banque de France an­nonce une « de­mande sou­te­nue ». SEC­TEUR. Les ac­ti­vi­tés ayant trait à l’in­for­ma­tique sont par­mi les plus dy­na­miques. Tou­te­fois, elle se veut plus pru­dente concer­nant l’in­gé­nie­rie tech­nique.

Dans le BTP, tant dans le gros oeuvre que dans le se­cond oeuvre, les car­nets de com­mandes sont « bien gar­nis ». Dans le com­merce de gros, les car­nets « se ren­forcent », au­gu­rant d’un « bon cou­rant d’af­faires pour le deuxième tri­mestre ». ■ Rouge. C’est la cou­leur de la carte du Ré­seau na­tio­nal de sur­veillance aé­ro­bio­lo­gique (RNSA) qui pré­sente, dé­par­te­ment par dé­par­te­ment, le risque d’al­ler­gie pour chaque pol­len.

Les grands ga­gnants de la se­maine sont les gra­mi­nées. La cha­leur et le so­leil fa­vo­ri­sant la li­bé­ra­tion des pol­lens dans l’air, le risque est très éle­vé. En Au­vergne, les quatre dé­par­te­ments sont concer­nés.

Les tilleuls entrent éga­le­ment en flo­rai­son et ces pol­lens lourds pour­raient être res­pon­sables d’al­ler­gies de proxi­mi­té.

Pol­lu­tion et ré­chauf­fe­ment

Les per­sonnes al­ler­giques vont souf­frir, les pol­lens pou­vant être res­pon­sables de rhi­nite al­ler­gique sai­son­nière (nez bou­ché, éter­nue­ments, nez qui coule et dé­man­geai­sons) ou de conjonc­ti­vite (yeux rouges qui piquent, avec sen­sa­tion de sable dans les yeux).

Se­lon le Syn­di­cat fran­çais des al­ler­go­logues, « il est im­por­tant pour les per­sonnes al­ler­giques de bien suivre leurs traite­ HERBES FOLLES OU SAGES. Les gra­mi­nées re­groupent un très grand nombre de genres et d’es­pèces, tous al­ler­gi­sants. ments et de consul­ter leurs mé­de­cins trai­tants car une al­ler­gie, ce n’est pas seule­ment un nez qui coule et des yeux qui piquent ».

« Les al­ler­gies sont de plus en plus sé­vères, sous l’ef­fet de la pol­lu­tion et du ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique, elles tendent à s’ag­gra­ver et ont un réel im­pact sur la vie quo­ti­dienne des pa­tients et sur notre sys­tème de san­té », évoque­t­il. Chaque an­née, on constate quatre crises en moyenne (dont une grave), quatre re­cours aux urgences et une hos­pi­ta­li­sa­tion pour les pa­tients souf­frant de rhi­nite al­ler­gique.

En­fin se­lon un bul­le­tin pré­vi­sion­nel du RNSA, les concen­tra­tions de pol­lens de gra­mi­nées ne de­vraient pas bais­ser d’ici la fin de la se­maine. ■

Consul­ter ré­gu­liè­re­ment les ca­len­driers pol­li­niques afin de li­mi­ter les ac­ti­vi­tés de plein air du­rant les pé­riodes de pic. Sur In­ter­net, le RNSA pro­pose une carte ac­tua­li­sée de vi­gi­lance met­tant en lu­mière les si­tua­tions pol­li­niques dé­par­te­ment par dé­par­te­ment (www.pol­lens.fr).

Bien suivre son trai­te­ment (an­ti­al­ler­giques, an­ti­his­ta­mi­niques…) et consul­ter son mé­de­cin trai­tant.

Au quo­ti­dien, il est im­por­tant d’aé­rer les lo­ge­ments tôt le ma­tin ou tard le soir, en de­hors des heures les plus chaudes lorsque la concen­tra­tion de pol­lens dans l’air est la plus éle­vée.

On se pro­tège les yeux avec des lu­nettes de so­leil pour faire écran aux pol­lens et on pro­cède à des la­vages de nez, le ma­tin ou le soir, pour évi­ter l’ac­cu­mu­la­tion des pol­lens sur les mu­queuses na­sales.

Faire en­tre­te­nir son jar­din, l’herbe de­vant tou­jours être cou­pée le plus ras pos­sible, mais ne pas tondre soi-même en cas d’al­ler­gie.

PHO­TO

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.