He­ming­way vu par ses femmes

La Montagne (Vichy) - - Magdimanche - Ré­mi Bon­net

Er­nest He­ming­way n’est pas vrai­ment un in­con­nu.

C’est même l’un des écri­vains les plus connus du XXe siècle, prix No­bel de lit­té­ra­ture en 1954, adap­té à de nom­breuses re­prises au ci­né­ma.

Mais le por­trait qu’en dresse Nao­mi Wood, avec son pre­mier ro­man, Mrs He­ming­way, est dif­fé­rent, plus per­son­nel que pa­tri­mo­nial.

L’au­teur sub­sti­tue à l’ari­di­té de la bio­gra­phie fac­tuelle une ap­proche émo­tion­nelle, par le biais de ses épouses.

Ma­rié quatre fois, l’écri­vain était un ma­cho à l’an­cienne, qui ai­mait pê­ cher le thon en so­li­taire, sé­duire toutes les femmes qui pas­saient à sa por­tée, et re­cher­chait les sen­sa­tions fortes.

Sans fran­chir la ligne in­vi­sible entre in­ti­mi­té et im­pu­deur, Nao­mi Wood place le lec­teur en po­si­tion d’ob­ser­va­teur, au plus près du quo­ti­dien d’un mythe lit­té­raire qui, par la grâce de sa plume, de­vient plus hu­main.

C’est aus­si pour nous l’oc­ca­sion de se re­plon­ger dans une époque pas si éloi­gnée, où les femmes étaient cen­sées jouer le jeu de la vie conju­gale et s’adap­ter aux ca­prices de leurs ma­ris tout­puis­sants.

Mais en­core une fois, tout n’est pas si simple, car He­ming­way, mal­gré sa per­son­na­li­té très mar­quée, a par­fois dû s’in­cli­ner face à plus fort que lui. Sa troi­sième épouse, Mar­tha Gell­horn, an­cienne correspondante de guerre, a re­fu­sé de jouer l’épouse mo­dèle. Bien lui en a pris, elle est aus­si en­trée dans la légende… ■

Au plus près du quo­ti­dien d’un mythe lit­té­raire

➔ Mrs He­ming­way. Par Nao­mi Wood, 282 pages, édi­tions de la Table Ronde, 21 €.

PHO­TO PHI­LIP PROVILY

AU­TEUR. Nao­mi Wood offre un por­trait éton­nant d’Er­nest He­ming­way.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.