Le XV de France sombre de nou­veau

Deux routes s’of­fraient aux Bleus, hier à Dur­ban, la vic­toire du ra­chat ou la dé­faite, sy­no­nyme de crise plus ou moins pro­fonde en fonc­tion de l’am­pleur. Ils ont em­prun­té la se­conde, de nou­veau ba­layés (37-15) par les Spring­boks pour le deuxième match de

La Montagne (Vichy) - - Sports L'actu Nationale -

On al­lait voir ce qu’on al­lait voir... Joueurs et en­ca­dre­ment avaient pro­mis que la dé­route du week­end pas­sé à Pre­to­ria (3714), la plus lourde dé­faite de­puis que Guy No­vès a pris ses fonc­tions fin 2015, n’était qu’un ac­ci­dent.

Qu’ils al­laient se re­le­ver, sans avoir be­soin pour ce­la que le pré­sident de la Fé­dé­ra­tion Ber­nard La­porte ne leur re­monte les bre­telles avant le match, en des­cen­dant de l’avion en pro­ve­nance de Pa­ris, spé­cia­le­ment.

On a donc vu... une nou­velle dé­cu­lot­tée, sur un score qua­si­ment iden­tique, sous les yeux de La­porte, donc, qui avait as­su­ré dans la se­maine que No­vès et son staff, choi­sis par son pré­dé­ces­seur Pierre Ca­mou, n’étaient pas re­mis en cause.

Son point de vue pour­rait­il chan­ger ? En at­ten­dant, la tour­née du XV de France sur la terre de Spring­boks pour­tant en re­cons­truc­tion, vire au vi­naigre.

Et il se pré­pare, après avoir jusque­là li­mi­té la casse face aux na­tions ma­jeures (Aus­tra­lie, Nou­velle­Zé­lande, An­gle­terre, Ir­lande), à une longue se­maine pro­chaine pour ache­ver son che­min de croix à Jo­han­nes­burg.

La ré­ac­tion des Bleus n’au­ra du­ré qu’un quart d’heure, le temps pour Scott Sped­ding de man­quer une pé­na­li­té et d’ins­crire un bel es­sai (3e).

Son pre­mier comme in­ter­na­

tio­nal, sur sa terre na­tale, et pour son pre­mier match face aux Sud­Afri­cains, en ré­sis­tant en coin au re­tour d’Eben Et­ze­beth, à la suite d’une ac­tion avec Vi­ri­mi Va­ka­ta­wa et Da­mian Pe­naud.

En­suite, les Bleus n’ont qua­si­ment fait que su­bir, man­gés dans les rucks et mul­ti­pliant les mau­vais choix, mal­adresses et pla­quages man­qués.

Pour se re­trou­ver me­ner 23 à 7 à la pause, et aban­don­ner tout es­poir de vic­toire en forme de ra­chat : une touche non trou­vée par Bap­tiste Se­rin a ain­si per­mis dans la fou­lée à El­ton Jan­jies (7e) d’ou­vrir le comp­teur des Boks.

Puis deux pla­quages man­qués de la dé­fense fran­çaise, alors que Louis Pi­ca­moles, tou­ché, était sur une jambe (il sor­ti­ra à la 22e mi­nute), a per­mis à Jan Ser­fon­tein de faire pas­ser son équipe de­vant (10­7).

Il y a une nou­velle er­reur, co­los­sale cette fois, sur le deuxième es­sai sud­afri­cain. Moins celle de Da­mian Pe­naud (au­teur d’un es­sai à la 71e mi­nute), qui ho­no­rait sa pre­mière sé­lec­tion et a per­du le bal­lon au con­tact dans les 22 mètres ad­verses, que celle de Fran­çois Trinh­Duc, à la ré­cep­tion du dé­ga­ge­ment en sui­vant.

L’ou­vreur de Tou­lon, ti­tu­laire pour la pre­mière fois de­puis sa frac­ture d’un avant­bras le 12 no­vembre face aux Sa­moa (52­8), a été pla­qué par War­ren Whi­te­ley et, vou­lant quand même adres­ser le bal­lon à Sped­ding, a sim­ple­ment trou­vé les bras de Siya Ko­li­si, qui a fi­lé apla­tir (27e).

Les Bleus se sont en­suite mis deux fois à la faute (bal­lon por­té, 30e; mê­lée fer­mée, 38e) pour accuser donc un re­tard qua­si­ment ir­rat­tra­pable à la pause.

Deux autres es­sais sud­afri­cains sui­vront (Oos­thui­zen, 69e ; Jant­jies, 79e) pour faire boire aux Bleus le ca­lice jus­qu’à la lie.

Quatre es­sais en­cais­sés au to­tal, donc, alors qu’ils avaient pro­mis, dixit leur ca­pi­taine Guil­hem Gui­ra­do, de « faire mal dans ce sec­teur » : pa­ri ra­té, de loin. La crise, elle, est toute proche. ■

Da­mian Pe­naud au­teur du deuxième es­sai

AT­TAQUE. Pe­tite conso­la­tion, les Cler­mon­tois Da­mian Pe­naud et Scott Sped­ding ont ins­crit les deux seuls es­sais de l’équipe de France.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.