Toyo­ta de­vant en dé­but de soi­rée

La Montagne (Vichy) - - Sports L'actu Nationale -

La Toyo­ta TS050 Hy­brid de Sté­phane Sar­ra­zin me­nait sans avan­tage dé­ci­sif les 24 Heures du Mans, hier à 20 heures, de­vant la Porsche 919 Hy­brid d’An­dré Lot­te­rer mais l’écu­rie al­le­mande est di­mi­nuée car sa deuxième voi­ture a failli aban­don­ner.

La cha­leur écra­sante qui règne dans la Sarthe de­puis plu­sieurs jours, dont l’am­pleur est in­édite de­puis plus de 15 ans, a peut­être dé­jà cau­sé un pre­mier re­bon­dis­se­ment ma­jeur avant même le quart de cette 85e édi­tion.

La Porsche n°2, pi­lo­tée par le Néo­Zé­lan­dais Earl Bam­ber, est en ef­fet ren­trée en ur­gence aux stands à 18 h 30, quand la tem­pé­ra­ture sur la piste était en­core su­pé­rieure à 37 de­grés, et son ca­pot avant a été re­ti­ré.

« On ne sait pas ce qui cloche, on a un gros pro­blème de mo­tri­ci­té sur les roues avants », a in­di­qué sur Ra­dio Le Mans l’un des deux autres pi­lotes, l’Al­le­mand Ti­mo Bern­hard, en­tou­ré par des mé­ca­ni­ciens du­bi­ta­tifs.

Sa voi­ture est fi­na­le­ment re­par­tie au terme d’une PISTE. Les Toyo­ta étaient en tête hier soir après avoir do­mi­né le dé­but de course.

heure et cinq mi­nutes d’at­tente in­ter­mi­nable.

Au­pa­ra­vant Bern­hard, har­na­ché pour prendre le vo­lant, s’est fait ven­ti­ler dans le dos et à l’ar­rière du casque pen­dant une ving­taine de mi­nutes pour ar­ri­ver le plus frais pos­sible dans l’ha­bi­tacle.

Avec ce re­vers, la pers­pec­tive d’une troi­sième vic­toire consé­cu­tive de Porsche, qui n’aligne que

deux voi­tures face aux trois de Toyo­ta, semble mise un peu en pé­ril, mais au Mans rien n’est ja­mais écrit avant l’ar­ri­vée.

Chez Toyo­ta, où l’on se garde de tout triom­pha­lisme, le Bri­tan­nique Mike Con­way a lais­sé sa place au po­le­man Ka­mui Ko­baya­shi sur la voi­ture de la marque ja­po­naise frap­pée du n° 7.

Le Ja­po­nais, ex­pi­lote de F1 de Toyo­ta, Sau­ber et Ca­te­rham, a réa­li­sé un très bon re­lais, qui lui a per­mis de raf­fer­mir son lea­der­ship.

Il tour­nait en moyenne une se­conde plus vite que toutes les autres LMP1.

Après cinq heures de course, les Toyo­ta ont confir­mé ce qu’on pres­sen­tait en terme de vi­tesse : elles sont plus ra­pides d’en­vi­ron deux se­condes au tour que les Porsche en rythme de croi­sière.

La Toyo­ta n°8 a été dé­pas­sée au jeu des ra­vi­taille­ments par la Porsche n°1 car elle a été désa­van­ta­gée par le tra­fic et l’im­po­si­tion d’une zone de ra­len­tis­se­ment suite à un ac­ci­dent.

La Toyo­ta n°9 a été contrainte de re­pas­ser aux stands car sa porte droite s’est ou­verte en piste à 19 h 50.

La sixième voi­ture en­ga­gée en LMP1 et la seule pri­vée, la CLM­Nissan de ByKolles Ra­cing, a fi­na­le­ment été contrainte à l’aban­don.

Il ne reste donc nor­ma­le­ment plus que quatre bo­lides pou­vant se dis­pu­ter la vic­toire dans la ca­té­go­rie reine, deux heures avant le cré­pus­cule. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.