La France cède d’un rien face à la Rus­sie

La Montagne (Vichy) - - Sports Auvergne - Ma­le­mort (Tour­noi eu­ro­péen de Rugby à 7).

DIS­PU­TÉ. Les Bleues y ont cru jus­qu’au bout.

C’était la fi­nale an­non­cée de la pre­mière étape du cir­cuit eu­ro­péen, à Ma­le­mort, et elle a sou­ri à la Rus­sie, hier. La France s’est in­cli­née d’un tout pe­tit point (21-22) sur son ter­rain, après avoir fait dou­ter les Russes.

Les ren­contres des phases fi­nales, qui ont dé­bu­té hier ma­tin, ne lais­saient guère de doute quant à la pré­sence de l’équipe russe en fi­nale du Tour­noi eu­ro­péen de Sept fé­mi­nin de Ma­le­mort.

Sans pi­tié pour les Belges en quarts (46­0), les Russes, dans le haut du pa­nier mon­dial, se di­ri­geaient sans com­plexe vers la fi­nale. Une im­pres­sion confir­mée face à l’An­gle­terre en de­mie (24­15).

Pour les filles de Da­vid Cour­teix, la route fut un peu plus ar­due que pour les Russes. La faute à des pre­mières pé­riodes un peu brouillonne, avec du dé­chet et sous une cha­leur écra­sante.

L’Ir­lande et l’Ita­lie, ad­ver­saires co­riaces

Dans le duel la­tin contre l’Ita­lie, en quarts, les Fran­çaises se fai­saient de pe­tites frayeurs dans le pre­mier acte, ne pas­sant de­vant que dans les ul­times se­condes pré­cé­dant la pause, sur un es­sai de la Tou­lou­saine Ber­trand (7­5) avant que Izar puis Le Pescq, la grande dame du wee­kend, ne règle la ques­tion sur un dé­part au ras (21­5) pour un succès par­ache­vé par la joueuse de Bo­bi­gny Cio­va­ni.

La France avait évi­té le tra­que­nard, mais de­vait à nou­veau s’em­ployer pour bar­rer la route de la fi­nale à de co­riaces Ir­lan­daises. Pre­mière à pas­ser la ligne en de­mies, par l’in­évi­table Le Pesq, la France voyait les Celtes re­ve­nir à hau­teur avant la pause. Elles Stade Ray­mondFau­cher. Rus­sie bat France (22-21) 4 es­sais à 3.

Ir­lande bat An­gle­terre (26-7) 4 es­sais à 1.

ne de­vaient leur sa­lut qu’à un es­sai mar­qué à 30 se­condes de la fin pour un succès 14­7. Bat­tues deux fois dans les 4 pre­mières mi­nutes de la fi­nale, les Tri­co­lores voyaient l’opé­ra­tion « succès à Ma­le­mort » bien mal em­bar­quée mais Izar per­met­tait aux siennes de re­ve­nir au score (7­12) avant une troi­sième réa­li­sa­tion russe sur la si­rène.

Les Bleues re­ve­naient mal­gré tout à 3 points grâce à Le Pesq en dé­but de se­conde pé­riode, avant que la Rus­sie n’ac­cen­tue son avance à quatre mi­nutes du terme. La France ne lâ­chait ab­so­lu­ment rien. Seule équipe du tour­noi à avoir mis à ce point sous pres­sion les Russes, les Bleues re­ve­naient même à un point grâce à la Mont­pel­lié­raine Mont­ser­rat à une mi­nute de la fin. Mais l’ul­time pos­ses­sion ne per­met­tait pas de ren­ver­ser la va­peur. Si les Bleues avaient bien une pointe de dé­cep­tion, Da­vid Cour­teix te­nait à mettre en avant « l’énorme pointe de fier­té » du staff « sur l’in­ves­tis­se­ment des joueuses et le fait d’avoir ser­ré les dents toute la jour­née parce qu’on ter­mine le tour­noi à sept », re­le­vait le coach.

« Ce n’était quand même pas évident. Il y a une pointe de dé­cep­tion, en rai­son du score, et par le scé­na­rio du match. On a le sen­ti­ment qu’il y avait la place. Vue la cha­leur, on sa­vait que ce ne se­rait pas for­cé­ment un match dans le­quel les ac­tions du­re­raient avec des ac­tions très longues. Que ce se­rait un match de K.­O. Ça fait par­tie du jeu. Ca ne se joue pas à grand­chose. Se faire des passes c’est prendre le risque de tom­ber le ballon, mais aus­si de mar­quer ».

Les Bleues ont dé­sor­mais ren­dez­vous à Cler­montFer­rand, pour le Grand Prix, la se­maine pro­chaine avec une place pour le Mon­dial en Ca­li­for­nie en jeu, avant la se­conde étape du cir­cuit eu­ro­péen, les 8 et 9 juillet, à Ka­zan (Ta­tars­tan), les 8 et 9 juillet. ■

PHO­TO P. PER­ROUIN

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.