Ma­cron… libre

La Montagne (Vichy) - - Eélections Législatives -

Il y a à peine un an à Amiens, en lan­çant son mou­ve­ment En Marche !, Em­ma­nuel Ma­cron fixait un ob­jec­tif qui pa­rais­sait très pré­ten­tieux : al­ler jus­qu’à la vic­toire. C’est donc une marche éclair qui a conduit le jeune mi­nistre, to­ta­le­ment béo­tien en po­li­tique, jus­qu’à l’Ély­sée, confor­té par une ma­jo­ri­té ab­so­lue à l’As­sem­blée na­tio­nale. Il avait dit vou­loir s’ap­puyer sur un pro­jet « et de droite et de gauche », ba­layant les cli­vages tra­di­tion­nels. Étape après étape, comme une construc­tion de do­mi­nos in­stables, il a mis à bas le vieux sys­tème par­ti­san et réa­li­sé sans faute son pro­jet de conquête du pou­voir.

Ce succès ex­cep­tion­nel et in­con­tes­table ne doit pas mas­quer une réa­li­té de ces lé­gis­la­tives, le taux d’abs­ten­tion qui est in­édit sous la Ve Ré­pu­blique. Tra­duc­tion du désen­chan­te­ment des Fran­çais pour un monde po­li­tique dont ils se dé­tournent et af­fai­blis­se­ment du sens du scru­tin des lé­gis­la­tives qui, in­ter­ve­nant après la pré­si­den­tielle, n’est dé­sor­mais qu’un vote de va­li­da­tion pour le pré­sident, dans un sys­tème où le pou­voir s’exerce de moins en moins au sein du Par­le­ment.

Les lé­gis­la­tives donnent une ma­jo­ri­té ab­so­lue au seul par­ti du pré­sident, le li­bé­rant ain­si des chan­tages pos­sibles du MoDem. Bien sûr, il y a eu hier une lé­gère mo­du­la­tion lais­sant une place ho­no­rable à LR, quand la France In­sou­mise peut pré­tendre à un groupe. Mais l’his­toire re­tien­dra que le PS est en dé­route to­tale, que la droite, même si elle sauve l’hon­neur, est à son étiage le plus bas de­puis le dé­but de la Ve Ré­pu­blique, et que le FN est très loin de ses es­pé­rances.

Dé­sor­mais, une ques­tion est po­sée : où se­ra l’op­po­si­tion ? Contre les pro­nos­tics les plus pes­si­mistes, elle se­ra plus que pré­vue dans l’hé­mi­cycle, avec un op­po­sant de gauche qui s’ap­pelle Jean­Luc Mé­len­chon (il au­ra un groupe), la droite LR qui as­su­re­ra la per­ma­nence face à la ma­jo­ri­té même si sa co­hé­rence risque d’être mise à l’épreuve entre les op­po­sants fermes et les « construc­tifs », et quelques tri­buns qui, au FN, chez les res­ca­pés du PS et du PCF, se­ront des vi­giles dans cette as­sem­blée. Quant à ce­lui qui a lan­cé sa marche à Amiens en avril 2016, dé­sor­mais il a toutes les cartes en main.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.