Lea­der de la gauche in­com­pa­tible

La Montagne (Vichy) - - Eélections Législatives - AFP Jean-Marc Laurent jean-marc.laurent@cen­tre­france.com

Avec plus de 15 élus, la France in­sou­mise (LFI) se­ra en me­sure de créer un groupe par­le­men­taire même sans l’ap­port des 11 dé­pu­tés com­mu­nistes qui n’au­ront pas la pos­si­bi­li­té de vo­ler de leurs propres ailes. Mais elle échoue à de­van­cer le Par­ti so­cia­liste en nombre de sièges.

Le Front de gauche de 2012 avait por­té 10 élus au Pa­lais­Bour­bon et réus­si à consti­tuer un groupe grâce à cinq dé­pu­tés ul­tra­ma­rins de gauche. Ce groupe Gauche dé­mo­crate et ré­pu­bli­caine était pré­si­dé par le dé­pu­té com­mu­niste du Puy­de­Dôme An­dré Chas­saigne ve­nu à bout hier avec 63,55 % des voix du can­di­dat de La Ré­pu­blique en Marche pour un troi­sième man­dat.

« Grève gé­né­rale ci­vique »

Cinq ans après avoir été dé­fait au pre­mier tour à Hé­nin­Beau­mont (Pas­deCa­lais), Jean­Luc Mé­len­chon a été élu dé­pu­té de la 4e circonscription des Bouches­du­Rhône (59,85%). Il a aus­si réus­si son autre pa­ri de créer un groupe par­le­men­taire France in­sou­mise à l’As­ MÉ­LEN­CHON. « La ma­jo­ri­té n’a pas de lé­gi­ti­mi­té ».

sem­blée. « Co­hé­rent, dis­ci­pli­né, of­fen­sif », an­non­çait­il dès hier soir en in­vi­tant les élus com­mu­nistes « et tous ceux qui le vou­dront » à ve­nir gros­sir cette force qu’il pour­rait pré­si­der lui­même.

À cô­té d’un PS dé­chi­ré par les Ma­cron­com­pa­ti­

bles, Jean­Luc Mé­len­chon en­tend s’im­po­ser comme le lea­der d’une op­po­si­tion de gauche ré­so­lu­ment « in­com­pa­tible », à l’As­sem­blée et au­de­là. Une op­po­si­tion qu’il en­tend ar­ti­cu­ler avec le mou­ve­ment so­cial pour faire front à la po­li­tique d’Em­ ma­nuel Ma­cron, dans l’Hé­mi­cycle et dans la rue. Et en pre­mier lieu aux or­don­nances sur la ré­forme du Code du tra­vail qui vont consti­tuer le pre­mier dé­bat cli­vant de la nou­velle As­sem­blée et sur le­quel il se­ra in­té­res­sant de dé­cryp­ter les po­si­tion­ne­ments.

Jean­Luc Mé­len­chon tra­duit l’abs­ten­tion re­cord de ces lé­gis­la­tives comme une « grève gé­né­rale ci­vique » qui rend la ma­jo­ri­té « illé­gi­time » et qu’il compte faire pas­ser « de l’abs­ten­tion à l’of­fen­sive » pour fo­men­ter un mou­ve­ment de « ré­sis­tance so­ciale ». « Pas un mètre du ter­rain so­cial ne se­ra cé­dé sans lutte ».

Par­mi les per­son­na­li­tés élues hier fi­gurent dans la Seine­Saint­De­nis, le porte­pa­role de Jean­Luc Mé­len­chon, Alexis Cor­bière pour la pré­si­den­tielle, ain­si qu’Éric Co­que­rel, por­te­pa­role du Par­ti de gauche, Clé­men­tine Au­tain (app. LFI) et Ma­rie­George Buf­fet (PCF) ; dans la Somme le jour­na­liste et réa­li­sa­teur Fran­çois Ruf­fin sou­te­nu par La France in­sou­mise, le PCF et EELV. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.