La Chine mar­ché de de­main pour les pro­duits lai­tiers

Mal­gré une consom­ma­tion en­core faible, le pays connaît une pro­gres­sion à deux chiffres et offre des dé­bou­chés pro­met­teurs.

La Montagne (Vichy) - - La Une - À Pé­kin, Do­mi­nique Dio­gon do­mi­nique.dio­gon@cen­tre­france.com

Peu pré­sents dans les ha­bi­tudes ali­men­taires des Chi­nois, le fro­mage et les pro­duits lai­tiers connaissent une crois­sance ex­po­nen­tielle. Un mar­ché sur le­quel s’est po­si­tion­né de­puis long­temps Lac­ta­lis, le nu­mé­ro 1 mon­dial.

Dans cette bou­lan­ge­rie du nord de Pé­kin, alors que des re­trai­tés tapent le car­ton sur le trot­toir à l’ombre d’un immense dra­peau chi­nois, Xa­vier Thu­ret fi­gnole ses toasts et sand­wichs de­vant une as­sis­tance qui l’ob­serve dans un si­lence re­li­gieux. Tel un maître face à ses élèves.

Le MOF (Meilleur ou­vrier de France) 2007, ca­té­go­rie fro­ma­ge­rie, est en ser­vice com­man­dé dans la ca­pi­tale chi­noise pour son em­ployeur, le géant fran­çais des pro­duits lai­tiers, Lac­ta­lis. « Je fais des ca­na­pés au Ron­de­lé, fa­bri­qué à Ro­dez, avec du lait de l’Avey­ron et du Can­tal », glisse­til, comme pour illus­trer les nou­veaux dé­bou­chés dans un pays long­temps ré­frac­taire à ce type de pro­duits au goût exo­tique.

Si les em­ployés de l’en­seigne Wé­do­mé, le nu­mé­ro 1 chi­nois de la bou­lan­ge­rie­pâ­tis­se­rie fran­çaise, ne perdent pas une miette de la dé­mons­tra­tion, c’est que le fro­mage et les pro­duits lai­tiers connaissent au­jourd’hui un boom sans pré­cé­dent.

Un mar­ché sur le­quel s’est po­si­tion­né très tôt le lea­der mon­dial. « Je viens de­puis 1998 en Chine. Mais c’est la crise du lait conta­mi­né à la mé­la­mine, en 2007, qui nous a vrai­ment fait dé­col­ler et mul­ti­plier les vo­lumes par 100 », ex­plique Fran­çois­Xa­vier Rou­ga­gnou, di­rec­teur gé­né­ral grand ex­port, en charge de l’Asie, de l’Afrique et du Moyen­Orient.

De­puis cette date, la mon­tée en puis­sance ne se dé­ment pas.

« Lait, crème, beurre et main­te­nant fro­mages, nous ex­por­tons plu­sieurs mil­lers de tonnes par an, avec des pers­pec­tives de pro­gres­sion à deux chiffres », pour­suit­il.

Une crois­sance por­tée par une fran­co­phi­lie unique dans la ré­gion. « L’image de la France en Chine est su­pé­rieure à ce qu’elle est dans d’autres pays d’Asie. Il existe une mode fran­çaise dans l’agroa­li­men­taire. Man­ger fran­çais, c’est fa­shion. Les grandes écoles de cui­sine ont des re­lais sur place ce qui fa­ci­lite et am­pli­fie la dif­fu­sion de notre culture ali­men­taire », dé­crypte Fran­çois­Xa­vier Rou­ga­gnou.

Mais la Chine part de très loin. « La consom­ma­tion de fro­mage, par an et par ha­bi­tant, est de 30 grammes. Même un pays comme le Japon, qui en consomme très peu, est à 2,3 kg. Sans par­ler de la France qui culmine à 25,6 kg. Ce­la donne une idée de la marge de pro­gres­sion. Pour

l’ins­tant, l’aug­men­ta­tion de la consom­ma­tion est hy­per concen­trée dans les mé­ga­lo­poles : Pé­kin, Shan­ghai, Shen­zen et Can­ton. Au pre­mier rang de ses villes, Shan­ghai donne le tem­po. Mais Pé­kin, où le mode cu­li­naire est plus conser­va­teur, es­saie de rat­tra­per son re­tard », sou­ligne le di­rec­teur gé­né­ral grand ex­port.

L’ob­jec­tif de Lac­ta­lis est, à terme, de rayon­ner sur l’en­semble du ter­ri­toire chi­nois. « L’idée est d’at­ta­quer les villes au plus fort pou­voir d’achat et de pour­suivre l’ex­pan­sion en fonc­tion de la taille des ci­tés. Mais ce dé­ve­lop­pe­ment ne peut se faire sans pas­sage par in­ter­net. Plus de la moi­tié de la po­pu­la­tion fait ses courses sur le net. Après seule­ment 20 ans, la mode des hy­per­mar­chés est dé­jà pas­sée au pro­fit des ré­seaux nou­veaux sur le web et des ma­ga­sins de proxi­mi­té. Ce­la oblige à avoir une stra­té­gie de plus en plus coû­teuse. »

La grande ten­dance du mo­ment est à cher­cher dans l’es­sor des yaourts à boire et des bois­sons lac­tées. « C’est ce qui évo­lue plus vite car ce sont des pro­duits plus fa­ciles d’ac­cès, au goût su­cré. Mais on sent dé­jà, sous l’in­fluence des blo­gueurs, une évo­lu­tion très forte du “home ba­ke­ry”. C’est une ten­dance énorme. Les gens, qui vont chez Wé­do­mé, veulent re­faire la même chose chez eux. La même chose se passe pour le fro­mage dans les ham­bur­gers ou les piz­zas. Les jeunes en mangent dans les fast­food et en re­font chez eux. C’est vrai aus­si pour les ca­fés. Il y a 20 ans, il n’en exis­tait au­cun. Au­jourd’hui, avec Star­buck’s et les ca­fés latte, les Chi­nois consomment du lait. C’est une ma­nière in­di­recte très ef­fi­cace de ren­trer dans le quo­ti­dien des gens », sou­ligne Fran­çois­Xa­vier Rou­ga­gnou, qui en est per­sua­dé : « La Chine fe­ra par­tie des grands mar­chés lai­tiers dans le monde. » ■

« La consom­ma­tion de fro­mage par an et par ha­bi­tant est de 30 grammes »

PRO­MO­TION. Fran­çois-Xa­vier Rou­ga­gnou, Es­telle Zhang et Xa­vier Thu­ret lors d’une dé­mons­tra­tion, à Pé­kin, dans une bou­tique de Wé­do­mé, le nu­mé­ro 1 chi­nois de la bou­lan­ge­rie-pâ­tis­se­rie fran­çaise, client du géant fran­çais, Lac­ta­lis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.