Cinq ans pour l’in­cen­diaire

La Montagne (Vichy) - - Région Faits Divers - Sté­phane Bar­noin ste­phane.bar­noin@cen­tre­france.com

Il était pour­sui­vi pour avoir al­lu­mé des feux en sé­rie dans le centre-ville d’Is­soire, l’été der­nier. Un qua­dra­gé­naire a été lour­de­ment condam­né, hier, à Cler­montFer­rand, à l’is­sue d’une au­dience hou­leuse.

L’homme qui entre dans le box des pré­ve­nus a le tee­shirt ma­cu­lé de sang et une im­pres­sion­nante en­taille sur le bas du vi­sage. La plaie ou­verte court de l’oreille jus­qu’au mi­lieu du cou. « Je vou­lais pas ve­nir ici, j’étais pas d’ac­cord pour sor­tir de pri­son ! », hurle d’em­blée le qua­dra­gé­naire aux che­veux hir­sutes.

In­sultes et mu­tisme

Les pre­mières in­sultes fusent à des­ti­na­tion de l’es­corte. D’autres ou­trages sui­vront par vagues, ain­si que des doigts d’hon­neur ra­geurs adres­sés aux ma­gis­trats (*). Mais sur le fond du dos­sier, rien. Une heure du­rant, Jean­Marc Clé­ment re­fu­se­ra obs­ti­né­ment de ré­pondre aux ques­tions po­sées par le pré­sident Bous­sa­roque. « Je vous par­le­rai pas », ré­pète­t­il.

Le sus­pect a été in­ter­pel­lé le 9 juillet 2016. Alors qu’il vient d’al­lu­mer un énième feu de pou­belle dans un parc d’Is­soire, un té­moin le re­père et met les gen­darmes sur sa piste. Au mo­ment de son ar­res­ta­tion, ce SDF ca­bos­sé par la vie – aban­don­né par ses pa­rents, il erre dans la rue de­puis ses 18 ans et com­pile les condam­na­tions – dis­si­mule deux bri­quets.

Très vite, les en­quê­teurs épluchent les faits iden­tiques qui pour­raient aus­si

lui être im­pu­tés. Le comp­teur s’af­fole : lors de sa garde à vue, le même homme re­con­naît avoir in­cen­dié dix­neuf pou­belles ou contai­ners dans la sous­pré­fec­ture puy­dô­moise en l’es­pace de dix­huit jours. Sur­tout, il en­dosse la res­pon­sa­bi­li­té du feu qui a vi­sé l’ab­ba­tiale Saint­Aus­tre­moine, joyau de l’art ro­man. Le si­nistre, al­lu­mé avec un cierge le ma­tin du 3 juillet, est par­ti du confes­sion­nal avant de s’étendre. Mon­tant de la facture : 514.000 €, dont 322.000 res­tent à la charge de la mu­ni­ci­pa­li­té.

Par vengeance

Le res­sort de ces mul­tiples pas­sages à l’acte reste énig­ma­tique. Un mys­tère confor­té par le mu­tisme du pré­ve­nu. L’ex­per­tise psy­chia­trique le pré­sente comme « un in­cen­diaire cri­mi­nel », un « aso­cial aux traits so­cio­pa­thiques agis­sant par dé­sir de vengeance », mais plei­ne­ment res­pon­sable de ses gestes.

« Nous sommes face à une per­son­na­li­té des plus in­quié­tantes », ré­sume Mar­lène Roch pour le par­quet. « Son nau­frage, c’est aus­si l’échec de la so­cié­té, ré­pond Me Bo­rel. Il brûle pour se ven­ger, pour se li­bé­rer de ses an­goisses et de ses tour­ments ».

Mais la plai­doi­rie mé­ri­toire de l’avo­cate – el­le­même mal­me­née par son client – n’y change rien. Jean­Marc Clé­ment est condam­né à cinq ans de pri­son ferme, as­sor­tis d’un sui­vi so­cio­ju­di­ciaire d’une du­rée de sept ans com­pre­nant une in­jonc­tion de soins. Une peine su­pé­rieure aux ré­qui­si­tions. ■

(*) Ces pa­roles et gestes ont été re­le­vés par le tri­bu­nal et fe­ront l’ob­jet de nouvelles pour­suites.

PHO­TO D’ARCHIVES

FEU. Les dé­gâts dans l’ab­ba­tiale Saint-Aus­tre­moine ont été es­ti­més à plus de 500.000 eu­ros par l’ex­pert.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.