À quatre bu­reaux du grand che­lem !

Mal­gré un meilleur re­port des voix à Vi­chy et Cus­set sur Ga­briel Ma­quin (LR) entre les deux tours, Bé­né­dicte Peyrol (LREM) l’em­porte dans qua­si­ment tous les bu­reaux.

La Montagne (Vichy) - - Vichy Vivre Sa Ville - Mat­thieu Per­ri­naud mat­thieu.per­ri­naud@cen­tre­france.com

Avant l’ana­lyse des ré­sul­tats, ce constat. Les Vi­chys­sois, Cus­sé­tois et Bel­le­ri­vois avaient vi­si­ble­ment mieux à faire que vo­ter, di­manche. Pas une seule des grandes com­munes de l’ag­glo pour dé­pas­ser les 50 % d’élec­teurs. Et la palme des mau­vais élèves à Vi­chy et Cus­set, toutes les deux avec 43,1 % de vo­tants, contre 47,5 % et 49,7 % au pre­mier tour. Bel­le­rive a da­van­tage joué le jeu : 49,4 %, mais là aus­si avec 3,8 % de moins que le 11 juin.

Car­ton plein à Cus­set et Bel­le­rive

Un en­goue­ment en berne qui n’au­ra pas su don­ner l’élan né­ces­saire au can­di­dat LR, Ga­briel Ma­quin, pour rat­tra­per son re­tard du pre­mier tour. Mais qui re­la­ti­vise aus­si, du même coup, le score de la nou­velle dé­pu­tée de La Ré­pu­blique en marche, lui in­di­quant la lon­gueur du pont à tis­ser en­core pour que la re­joignent in­dé­cis et bla­sés.

Quoi qu’il en soit, Bé­né­dicte Peyrol a su ti­rer son épingle du jeu élec­to­ral partout, lors de ces élec­tions législatives, pour deve­

nir, à 26 ans, la plus jeune dé­pu­tée d’Au­vergne. À Cus­set et à Bel­le­rive, pas de dis­cus­sion, victoire dans tous les bu­reaux. Ga­briel Ma­quin a mieux ré­sis­té dans son fief de Vi­chy, mais sans ja­mais par­ve­nir à faire jeu égal avec la can­di­date macroniste.

Même si dans la cité ther­male (+ 895), comme à Bel­le­rive (+ 383), il a bé­né­fi­cié d’un re­

port de voix su­pé­rieur à ce­lui de son ad­ver­saire par rap­port au pre­mier tour, il ne s’im­pose chez lui que dans quatre bu­reaux sur 17, les 2 et 10 (salle des fêtes), 12 (centre so­cio­édu­ca­tif) et le 15 (Mu­tua­li­té). Une dé­con­ve­nue dif­fi­cile à en­cais­ser pour un élu an­cré sur le ter­ri­toire de­puis près de 30 ans, et dont l’élec­tion sem­blait re­le­ver de la pro­me­nade de san­té, il n’y

a en­core qu’un an de ce­la.

Mais la las­si­tude du corps élec­to­ral, un dé­fi­cit d’im­plan­ta­tion dans les zones ru­rales, et une ir­ré­sis­tible vague En Marche ! ont ba­layé ses rêves de pa­lais Bour­bon à la vi­tesse de la ma­rée mon­tante au mont SaintMi­chel.

Dé­sor­mais, à Bé­né­dicte Peyrol de convaincre. Prou­ver qu’elle

por­te­ra la voix du pré­sident, mais aus­si de ses élec­teurs. Sa dis­po­ni­bi­li­té, sa ca­pa­ci­té d’écoute, se­ront donc au­tant de clés qui per­met­tront à la nou­velle élue de trou­ver un vé­ri­table écho au­près de sa cir­cons­crip­tion. Au­de­là de cette « vague », et des autres mé­ta­phores aqua­tiques qui ont porté le camp Ma­cron de­puis son élec­tion à la tête de l’État. ■

PHO­TO DO­MI­NIQUE PARAT

BI­LAN. Bé­né­dicte Peyrol, ici à cô­té de sa sup­pléante Agnès Cha­puis, l’a em­por­té dans tous les bu­reaux de Cus­set et Bel­le­rive, et n’en laisse que quatre à son concur­rent à Vi­chy.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.