Quelle se­ra la mé­thode ?

La Montagne (Vichy) - - Elections Legislatives - BERNARD STÉPHAN bernard.ste­phan@cen­tre­france.com

Maître de l’agen­da, Em­ma­nuel Ma­cron a sur­pris tout le monde hier soir, en fai­sant sa­voir que Ri­chard Fer­rand quit­te­ra le gou­ver­ne­ment et de­vien­dra pré­sident du groupe La Ré­pu­blique en Marche ! à l’As­sem­blé na­tio­nale. Une ex­fil­tra­tion douce du mi­nistre mis en cause dans une af­faire des Mu­tuelles de Bre­tagne et une ré­cu­pé­ra­tion ha­bile pour en­ca­drer fer­me­ment un groupe plé­tho­rique, fait de dé­pu­tés néo­phytes qui de­vront être gui­dés. Et Ri­chard Fer­rand se­ra sur un poste ma­jeur, mais moins ex­po­sé que s’il res­tait membre du gou­ver­ne­ment qui se­ra re­com­po­sé au­jourd’hui.

Au len­de­main de la sé­quence élec­to­rale qui vient de se clore di­manche der­nier, Em­ma­nuel Ma­cron va être confron­té à un élé­ment qui n’est pas moindre ; la fai­blesse de sa base élec­to­rale. Et pour illus­trer celle­ci, il faut avoir en tête deux chiffres im­por­tants qui en donnent les vrais contours : ce­lui des 24,01 % de voix re­cueillies par le can­di­dat d’En Marche au pre­mier tour de l’élec­tion pré­si­den­tielle et les 57,4 % d’abstention au se­cond tour des élec­tions législatives.

Ce constat pose clai­re­ment la ques­tion du rôle de l’opposition dans l’en­ceinte du Pa­lais Bour­bon. La pré­sence de tri­buns dans l’hé­mi­cycle, la réa­li­té de groupes consti­tués tant à la gauche de la gauche qu’à droite, sont un gage de la pro­messe du dé­bat mal­gré la réa­li­té d’une ma­jo­ri­té écrasante. Mais une in­cer­ti­tude de­meure au­jourd’hui du cô­té de l’ex­trême droite : Ma­rine Le Pen réus­si­ra­t­elle à créer un groupe en agré­geant quelques dé­pu­tés non­ins­crits ?

Em­ma­nuel Ma­cron, s’il veut me­ner les ré­formes pro­mises sans nour­rir un mou­ve­ment de rue pre­nant les formes d’un troi­sième tour so­cial, a be­soin du dé­bat au Par­le­ment. Mais il de­vra pro­ba­ble­ment com­pen­ser les faibles ef­fec­tifs de l’opposition par un le­vier à sa dis­po­si­tion : l’écoute construc­tive des or­ga­ni­sa­tions de sa­la­riés et d’em­ployeurs. Ajou­tons qu’une fois les sé­na­to­riales de sep­tembre pas­sées, il se­ra à l’abri de tout vote sanc­tion propre aux scru­tins in­ter­mé­diaires, puis­qu’il n’y au­ra pas d’élec­tion en France pen­dant deux ans. Un ré­pit suf­fi­sant pour que le nou­veau pou­voir fasse ses preuves.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.