Dé­fi re­le­vé pour Clayne Craw­ford

Clayne Craw­ford a cou­ru le risque de re­prendre le rôle de Martin Riggs dans le re­make pour la té­lé­vi­sion de la fran­chise culte « L’Arme fa­tale » (TF1).

La Montagne (Vichy) - - Actu Télé - Ju­lia Baudin

Suc­cé­der à Mel Gib­son n’était pas une mince af­faire. Don­ner une âme à la sé­rie non plus. Il ra­conte com­ment lui et toute l’équipe ont re­le­vé le dé­fi. ■ Di­riez-vous que ce re­make est réus­si ? Il est as­sez rare d’avoir le cu­lot de re­prendre une oeuvre aus­si cé­lèbre et de par­ve­nir à en faire autre chose. C’était le but. Au vu du suc­cès que la sé­rie ren­contre de­puis son lan­ce­ment, il semble que le pu­blic ait été sé­duit. C’est un hon­neur.

■ Qu’avez-vous res­sen­ti quand on vous a pro­po­sé de suc­cé­der à Mel Gib­son dans la peau de Martin

Riggs ? Le mot d’ordre était : s’ins­pi­rer de l’es­sence du per­son­nage, mais ne sur­tout pas vou­loir l’imi­ter. De fait, je n’ai pen­sé ni à Mel Gib­son ni à Dan­ny Glo­ver lorsque j’ai lu le script. Je me suis juste dit qu’il y avait là de quoi faire une bonne sé­rie, et que l’en­jeu ma­jeur était ma­ni­fes­te­ment de don­ner vie à ce bi­nôme, à cette ami­tié entre deux hommes, chose qui ne s’était ja­mais vue au ci­né­ma avant « L’Arme fa­tale », dans les an­nées 80, mais que l’on ne voit pas non plus à la té­lé­vi­sion, où la

plu­part des bi­nômes sont de sexes dif­fé­rents. ■ Au-de­là de l’hé­ri­tage de la fran­chise, et de la ques­tion du bi­nôme, qu’est-ce qui dif­fé­ren­cie « L’Arme fa­tale » des autres sé­ries po­li­cières ? Je m’at­ten­dais au dé­part à quelque chose de beau­coup plus sombre, beau­coup plus an­xio­gène, dans le genre de ce qu’on a l’ha­bi­tude de voir au ci­né­ma et à la té­lé­vi­sion. Or, « L’Arme fa­tale » est une sé­rie construite sur la co­mé­die, l’ac­tion, la fa­mille, l’ami­tié et les liens du coeur. Un par­ti pris qui n’au­rait sans doute pas été plé­bis­ci­té trois ans plus tôt.

■ Pour­quoi ce­la ? Ce­la peut pa­raître très ré­duc­teur, mais le monde est dans un tel état de dé­ré­lic­tion qu’il y a au­jourd’hui plus que ja­mais, un réel be­soin de se ras­su­rer, tout au moins de ne pas s’in­quié­ter plus en­core. Il n’y a donc pas de me­nace d’at­ten­tat à la « 24 », ni de car­nage à la « Game of Th­rones ». Juste deux hé­ros qui se serrent les coudes. La to­na­li­té générale de la sé­rie, la ma­nière de mon­trer Los An­geles, comme des pay­sages de cartes pos­tales, ajoutent en­core à ce­la, et c’est bien.

TF1. Clayne Craw­ford : « “L’Arme fa­tale” est une sé­rie construite sur la co­mé­die, l’ac­tion, la fa­mille, l’ami­tié et les liens du coeur ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.