Une cure pour échap­per au burn out

Une étude scien­ti­fique va être me­née aux thermes de Néris-les-Bains pour per­mettre aux ac­tifs d’éva­cuer leur stress. Une cure pour­rait en­suite être mise en route.

La Montagne (Vichy) - - Allier Actualité - Guillaume Bel­la­voine guillaume.bel­la­voine@cen­tre­france.com

Pré­ve­nir le burn out avant qu’il ne soit trop tard. C’est l’idée de dé­part d’un pro­jet de cure aux thermes de Néris­les­Bains, dont la pre­mière ex­pé­rience est an­non­cée en no­vembre pro­chain, et qui n’at­tend plus qu’un ac­cord éthique pour être of­fi­ciel­le­ment mise en route.

Pen­dant six jours, il se­ra pro­po­sé quo­ti­dien­ne­ment aux cu­ristes deux à trois heures d’ac­ti­vi­tés phy­siques, deux à trois heures d’in­for­ma­tion nu­tri­tion­nelle et deux heures d’in­ter­ven­tion d’un psy­cho­logue. « L’idée est que ces per­sonnes aient les clés pour com­prendre ce qu’est le stress et soient en­suite au­to­nomes », ex­plique Fré­dé­ric Du­theil, mé­de­cin du tra­vail à Cler­mont­Fer­rand et co­or­di­na­teur du pro­jet.

« Nous sommes pour l’heure au stade d’une étude mé­di­cale et scien­ti­fique (*) et non d’une offre com­mer­ciale de sé­jour ther­mal, pré­cise Ber­trand Bloyer, di­rec­teur des thermes de Néris­les­Bains. Il nous fau­dra at­tendre les ré­sul­tats pour en­vi­sa­ger de pro­po­ser aux pa­tients des sé­jours ther­maux ef­fi­caces dans la pré­ven­tion du stress ag­gra­vé au tra­vail. »

Qui a vo­ca­tion à se rendre dans ce sé­jour ? « N’im­porte quelle per­sonne stres­sée qui tra­vaille. Cette courte cure ré­pond à un be­soin de la po­pu­la­tion qui ne peut pas s’ar­rê­ter de tra­vailler pen­dant trois se­maines », ré­pond Fré­dé­ric Du­theil.

« Dans le cadre de l’étude, le coût fi­nan­cier de­man­dé aux par­ti­ci­pants se­ra faible et uni­que­ment dé­vo­lu à une par­ti­ci­pa­tion aux frais d’hé­ber­ge­ment et de res­tau­ra­tion », af­firme Ber­ trand Bloyer, qui ajoute que le ta­rif et les pos­si­bi­li­tés de rem­bour­se­ment de la fu­ture cure ne sont pas en­core connus.

La per­sonne se­ra aus­cul­tée avant, pen­dant et après le sé­jour. Pour éva­luer le stress, les mé­de­cins me­surent prin­ci­pa­le­ment la va­ria­bi­li­té de fré­quence car­diaque, qui est le de­gré de fluc­tua­tion de la du­rée des contrac­tions du coeur, ou de l’in­ter­valle entre deux contrac­tions.

Le nombre de per­sonnes at­ teintes de burn out est dif­fi­ci­le­ment quan­ti­fiable. L’or­ga­nisme San­té pu­blique France – au­pa­ra­vant Ins­ti­tut de veille sa­ni­taire – a es­ti­mé en 2014 à 30.000 le nombre de tra­vailleurs tou­chés par ce syn­drome d’épui­se­ment pro­fes­sion­nel.

« Un be­soin de la po­pu­la­tion »

La même an­née, le ca­bi­net Tech­no­lo­gia, spé­cia­li­sé dans la pré­ven­tion des risques psy­cho­so­ciaux, a es­ti­mé à « en­vi­ron trois mil­lions » le nombre d’ac­tifs ex­po­sés à un risque éle­vé d’épui­se­ment pro­fes­sion­nel. « Je ne suis pas convain­cu qu’il y ait plus de stress au­jourd’hui que par le pas­sé, mais c’est plus mé­dia­ti­sé », es­time de son cô­té Fré­dé­ric Du­theil.

La pre­mière ex­pé­rience de cure de pré­ven­tion du burn out au­ra lieu du 6 au 11 no­vembre. Deux ou trois autres de­vraient suivre dans les deux ans, à rai­son de quinze per­sonnes par cure. ■

(*) Cette étude réunit le CHU d’Au­vergne, l’as­so­cia­tion Ei­pas de Cler­montfer­rand et les Thermes de Néris­lesBains.

« Qu’ils aient les clés pour com­prendre ce qu’est le stress et soient en­suite au­to­nomes »

PHO­TO FLO­RIAN SALESSE

DÉ­VE­LOP­PE­MENT. Pour les thermes de Néris-les-Bains, spé­cia­listes dans le trai­te­ment des ma­la­dies d’ori­gine ner­veuse, cette cure an­ti-burn out pour­rait consti­tuer une pers­pec­tive de dé­ve­lop­pe­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.