Au grand mar­ché, une clien­tèle fi­dèle

Au royaume de la gour­man­dise, les Vi­chys­sois sont tou­jours aus­si nom­breux à ve­nir s’ap­pro­vi­sion­ner en pro­duits frais. Et si les mêmes vi­sages re­viennent, la clien­tèle sait aus­si se re­nou­ve­ler.

La Montagne (Vichy) - - Vichy Vivre Sa Ville - Pierre Gé­rau­die pierre.ge­rau­die@cen­tre­france.com

Ce sa­me­di ma­tin là, c’est la grande foule. Dans le dé­dale d’étals aux mille cou­leurs et aux mul­tiples saveurs, ça se frôle de près, ça s’agite de tous cô­tés, ça grouille de toutes parts. Bref, c’est jour de grande af­fluence. « Et pour­tant, on a connu des jours où il y avait plus de monde que ça », sou­rit Ch­ris­telle, der­rière son comp­toir rem­pli de cais­sons de ce­rises fraî­che­ment cueillies. Le grand mar­ché ver­rait­il donc son af­fluence di­mi­nuer ? La ten­dance n’est pas si claire. Au contraire, il semble que l’at­mo­sphère pri­vi­lé­giée du lieu conti­nue d’en faire un en­droit par­ti­cu­liè­re­ment pri­sé des Vi­chys­sois.

Un large choix de pro­duits

Bou­lan­gers, bou­chers, pâ­tis­siers, fro­ma­gers, pois­son­niers… Le grand mar­ché, to­ta­le­ment ré­

ha­bi­li­té il y a dix ans au terme d’un long chantier, est au­jourd’hui tou­jours aus­si riche d’une cin­quan­taine de com­merces aus­si di­vers que com­plé­men­taires. Et une en­seigne reste ra­re­ment va­cante : ré­cem­ment, la bou­che­rie che­va­line a par

exemple été re­prise par la bou­che­rie des Halles voi­sine.

Tu­toie­ment de ri­gueur

Alors la clien­tèle, for­cé­ment, y trouve son compte ai­sé­ment. « On peut tout ache­ter ici, il y a de tout pour faire ses courses »,

confirme Ma­rie­Claude, ren­con­trée dans les al­lées et qui, bien que ré­si­dant quar­tier de France, se rend ré­gu­liè­re­ment au mar­ché, où elle a « ses ha­bi­tudes ». Et elle n’est pas la seule : chaque jour, c’est par di­zaines que des clients fi­dèles se re­trouvent dans les al­lées pour y re­trou­ver des com­mer­çants qu’ils fi­nissent même par tu­toyer à force de les cô­toyer. « On a notre clien­tèle fi­dèle, on voit sou­vent les mêmes vi­sages », re­lève en­core Ch­ris­telle. « Il y a les ha­bi­tués, sur­tout en semaine », ap­puie Jean­Mi­chel, de la pois­son­ne­rie du Bre­thon.

Le boom des va­cances

Pour au­tant, la clien­tèle a aus­si ten­dance à se re­nou­ve­ler sous la grande halle. « On voit quand même des vi­sages nou­veaux, des jeunes », sou­rit Si­mone, ins­tal­lée de­puis trois ans der­rière le comp­toir de la Bou­che­rie des Halles. Une ten­dance no­tam­ment per­cep­tible pen­dant les week­ends, où le mar­ché se rem­plit de toutes parts.

Et pen­dant les va­cances, là aus­si une clien­tèle moins ha­bi­tuelle vient ache­ter des pro­duits frais dans les étals. « Pen­dant les congés ça tourne fort. On voit une clien­tèle de va­can­ciers, par­fois ai­sée », sou­rit Jean­Mi­chel, le pois­son­nier. Et même ces va­can­ciers ve­nus de loin sont fi­dèles au mar­ché. « On voit sou­vent les mêmes cu­ristes », abonde Ch­ris­telle.

En somme, les af­faires tournent plu­tôt bien au grand mar­ché. Ce qu’Ah­med, du Pa­nier lo­cal, confirme. « Même s’il fau­drait peut­être ap­por­ter en­core plus d’ani­ma­tions ». ■

PHO­TO EME­RIC ENAUD

HA­BI­TUDES. Au­près de la cin­quan­taine de com­mer­çants re­cen­sés, les clients trouvent tou­jours leur bon­heur. Et, an­née après an­née, ils semblent vou­loir res­ter fi­dèles aux étals du grand mar­ché.

PA­NIER LO­CAL. Pour Ah­med, ven­deur de fruits et lé­gumes de­puis dix ans au grand mar­ché, les af­faires tournent. « Mais il fau­drait plus d’ani­ma­tions ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.