L’em­bel­lie se confirme

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

Se­lon l’In­see, l’em­bel­lie éco­no­mique se confirme en France avec une crois­sance qui pour­rait at­teindre 1,6 % en 2017, un ni­veau « in­édit » de­puis 2011.

«L’éco­no­mie fran­çaise af­fiche une crois­sance so­lide de­puis deux tri­mestres, qui ne fai­bli­rait pas d’ici la fin de l’an­née », a ré­su­mé Do­rian Rou­cher, chef de la di­vi­sion Syn­thèse conjonc­tu­relle à l’ins­ti­tut na­tio­nal de la sta­tis­tique, lors d’une confé­rence de presse.

Dans le dé­tail, le pro­duit in­té­rieur brut (PIB), qui a pro­gres­sé de 0,4% au pre­mier tri­mestre, de­vrait aug­men­ter de 0,5% aux deuxième et troi­sième tri­mestres, puis de 0,4% au der­nier tri­mestre 2017, se­lon l’or­ga­nisme pu­blic.

Le taux de chô­mage de­vrait pour sa part pour­suivre sa baisse en­ta­mée fin 2015 et s’éta­blir à 9,4% de la po­pu­la­tion ac­tive fin 2017, un chiffre in­fé­rieur de 0,6 point à son ni­veau de fin 2016, se­lon l’In­see.

Par ailleurs, l’ins­ti­tut pré­voit la créa­tion de 222.000 em­plois, contre 255.000 l’an der­nier. L’es­sen­tiel de ces créa­tions se fe­rait dans les ser­vices, tan­dis que l’in­dus­trie conti­nue­rait à perdre des em­plois.

Avec son pro­nos­tic de crois­sance pour 2017, l’In­see se montre plus op­ti­miste que la Banque de France, le FMI et la Com­mis­sion eu­ro­péenne, qui tablent sur 1,4% de crois­sance. Le pré­cé­dent gou­ver­ne­ment pré­di­sait, lui, une crois­sance de 1,5%.

Avec une hausse de 1,6% de son PIB, l’Hexa­gone se rap­pro­che­rait du ni­veau de crois­sance de la zone eu­ro, éva­lué par l’ins­ti­tut à 1,8% pour 2017.

Une po­ten­tielle bonne nou­velle pour le gou­ver­ne­ment, qui s’at­telle à la pré­pa­ra­tion du bud­get pour l’an­née pro­chaine et qui at­tend les ré­sul­tats de l’au­dit com­man­dé à la Cour des comptes sur les fi­nances pu­bliques, et en par­ti­cu­lier sur le dé­fi­cit pu­blic à at­tendre qui risque dé­pas­ser la barre des 3%. Mais plus de crois­sance pour­rait per­mettre de li­mi­ter le dé­ra­page.

Le lo­ge­ment au top

Se­lon l’In­see, “des chocs spé­ci­fiques qui ont am­pu­té la crois­sance en 2016 ne pè­se­raient plus en 2017”.

Ain­si, les ré­coltes cé­réa­lières de­vraient re­bon­dir, après une an­née 2016 mar­quée no­tam­ment par des inon­da­tions et un dur épi­sode de sé­che­resse. Sous ré­serve que les condi­tions mé­téo­ro­lo­giques ne se dé­gradent pas d’ici à la fin de l’an­née.

Et le re­tour des tou­ristes étran­gers, après la vague d’at­ten­tats qui a tou­ché le pays, per­met­trait d’en­rayer la dé­gra­da­tion du solde tou­ris­tique..

Du cô­té des mé­nages, la consom­ma­tion de­vrait ra­len­tir (+1,2% après 2,1% en 2016), sous l’ef­fet du re­gain d’in­fla­tion, mais l’in­ves­tis­se­ment, en par­ti­cu­lier en lo­ge­ment, de­vrait pro­gres­ser so­li­de­ment, de 3,7%, ce qui se­rait la hausse la plus forte de­puis 2006.

En­fin, le com­merce ex­té­rieur, ta­lon d’Achille de l’éco­no­mie tri­co­lore, de­vrait net­te­ment moins frei­ner la crois­sance qu’en 2016, même si les ex­por­ta­tions se sont for­te­ment re­pliées au pre­mier tri­mestre. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.