La lutte antiterroriste, une « prio­ri­té ab­so­lue »

La Montagne (Vichy) - - France & Monde Actualités -

Du­re­ment frap­pée par des at­ten­tats de­puis 2015, la France a fait de la sé­cu­ri­té un des axes ma­jeurs de sa po­li­tique étrangère, mais cette ligne semble en­core s’être ren­for­cée avec l’ar­ri­vée d’Em­ma­nuel Ma­cron, cer­tains évo­quant même une « di­plo­ma­tie antiterroriste ».

« Prio­ri­té ab­so­lue », « fon­da­men­tale » : le chef de l’État évoque le su­jet du ter­ro­risme qua­si­ment à cha­cune de ses in­ter­ven­tions, qu’il s’agisse d’une ren­contre avec un chef d’État ou lors de dis­cours in­té­rieurs. L’une de ses pre­mières me­sures a été la créa­tion d’une task force antiterroriste à l’Ély­sée, l’un de ses pre­miers voyages à l’étran­ger a été pour vi­si­ter les troupes fran­çaises en­ga­gées au Ma­li. Et il a nom­mé à la di­plo­ma­tie Jean­Yves Le Drian, ex­mi­nistre in­fluent de la Dé­fense, qui a mis en mu­sique les in­ter­ven­tions fran­çaises au Ma­li, dans le Sa­hel, en Irak et en Sy­rie, dé­ci­dées par l’an­cien pré­sident so­cia­liste François Hol­lande.

« Prag­ma­tisme » et « réa­lisme »

« Cette thé­ma­tique – la sé­cu­ri­té – a tou­jours été dans la feuille de route des mi­nistres des Af­faires étran­gères, mais ra­re­ment de ma­nière aus­si af­fir­mée », constate un di­plo­mate. Ni l’Ély­sée ni le mi­nis­tère des Af­faires étran­gères ne s’ex­priment beau­coup, as­su­rant re­fu­ser toute « di­plo­ma­tie dé­cla­ra­tive ». Mais qu’il s’agisse de la Li­bye, du Sa­hel ou de la Sy­rie, les mots d’ordre dans l’en­tou­rage du chef de la di­plo­ma­tie sont : « prag­ma­tisme », « réa­lisme », et « dé­fense des in­té­rêts fran­çais ». « L’Ély­sée est très à l’écoute des pré­oc­cu­pa­tions des ONG », confie un res­pon­sable hu­ma­ni­taire, qui s’in­ter­roge ce­pen­dant sur la vi­sion fran­çaise à long terme de la ré­so­lu­tion des crises au Moyen­Orient et en Afrique. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.