De nou­velles griffes à dé­cou­vrir

La Montagne (Vichy) - - Jeux -

Comment s’ha­bille­ra l’homme en 2018 ? Ré­ponse dès au­jourd’hui avec le coup d’en­voi de cinq jours de mode mas­cu­line du­rant les­quels vont se suc­cé­der 52 dé­fi­lés, dont cinq nou­veaux ve­nus dans un pro­gramme très in­ter­na­tio­nal.

Le ma­ra­thon prin­temps­été 2018 de la mode mas­cu­line dé­bute au­jourd’hui. Du­rant cinq jours vont se suc­cé­der 52 dé­fi­lés, dont cinq nou­veaux ve­nus dans un pro­gramme très in­ter­na­tio­nal.

Ce ma­ra­thon se­ra no­tam­ment mar­qué par Balenciaga dont le di­rec­teur ar­tis­tique Dem­na Gva­sa­lia est l’un des de­si­gners les plus in­fluents du mo­ment

Éga­le­ment à la tête du la­bel Ve­te­ments, le créa­teur géor­gien a une fois de plus bous­cu­lé les ha­bi­tudes du mi­lieu en an­non­çant qu’il ar­rê­tait de pré­sen­ter des dé­fi­lés pour cette marque. Cet en­fant ter­rible de la mode a par ailleurs dé­ci­dé de dé­mé­na­ger le studio de Pa­ris à Zu­rich.

Pas de dé­fi­lé donc pour le la­bel bran­ché qui s’est fait connaître avec ses jeans faits de plu­sieurs paires de Le­vis et ses DEM­NA GVA­SA­LIA. Di­rec­teur ar­tis­tique de Balenciaga.

sweats à ca­puche over­size. À la place, un sho­wroom per­met­tra aux ache­teurs et jour­na­listes de dé­cou­vrir la col­lec­tion, homme et femme, faite de ré­édi­tions de pièces exis­tantes.

Nou­velles griffes

Pour l’inau­gu­rer, la marque ha­bi­tuée à créer le buzz a tout de même pré­vu un « no show » sa­me­di avec une ex­po­si­tion de pho­tos et un con­cert.

À cô­té des grands noms (Dior, Louis Vuit­ton, Va­len­ti­no, Ber­lu­ti, Her­mès, Dries Van No­ten, Bal­main, Lan­vin) qui font la re­nom­mée du pro­gramme pa­ri­sien, cinq griffes font leur en­trée.

Le Taï­wa­nais An­gus Chiang fe­ra son bap­tême du feu pa­ri­sien de­main avec sa marque à l’es­thé­tique pop et aci­du­lée lan­cée en 2015.

Autre nou­veau nom dans le pro­gramme, Na­ma­che­ko a été créée par un frère et une soeur, Di­lan et Le­zan Lurr, kurdes ori­gi­naires de la ré­gion de Kir­kouk, en Irak, qui ont émi­gré en Suède dès leur en­fance. La marque, qui mêle hé­ri­tage kurde et culture oc­ci­den­tale, dé­fi­le­ra ven­dre­di soir, juste avant un autre nou­veau ve­nu, Hed May­ner.

En­fants Riches Dé­pri­més

Avec ses sil­houettes amples, le ves­tiaire du créa­teur is­raé­lien, ori­gi­naire de la ville d’Amu­ka, est mar­qué par l’in­fluence de l’ha­bille­ment tra­di­tion­nel des Juifs or­tho­doxes et le vê­te­ment mi­li­taire.

Di­manche, ce se­ra au tour des En­fants Riches Dé­pri­més (ERD) de fou­ler les po­diums pa­ri­siens. Cette griffe, lan­cée en 2012 par l’Amé­ri­cain Hen­ri Alexan­der Le­vy, té­moigne de son édu­ca­tion au sein des in­ter­nats ul­tra hup­pés, comme Le Ro­sey en Suisse.

À no­ter aus­si l’ar­ri­vée, dans cette fa­shion week homme, d’Alexan­der McQueen qui ne pré­sen­tait jus­qu’alors à Pa­ris que ses col­lec­tions fé­mi­nines. ■ re­con­naissent les par­ti­ci­pants à la confé­rence sur « le goût du vin : im­pact du bio et de la bio­dy­na­mie ».

Cet in­té­rêt se tra­duit sur les tables, en par­ti­cu­lier chez les jeunes et les femmes : la consom­ma­tion de ce type de vin a aug­men­té de 18 % en va­leur par rap­port à 2015. La ten­dance se tra­duit à l’in­ter­na­tio­nal avec une pro­duc­tion mon­diale de vin bio « entre 8 et 12 % », se­lon l’Or­ga­ni­sa­tion in­ter­na­tio­nale de la vigne et du vin (OIV). ■

(*) Sys­tème de pro­duc­tion qui consi­dère l’ex­ploi­ta­tion dans son en­semble comme un or­ga­nisme vi­vant, prend en compte l’in­fluence de la lune et du so­leil, etc.

PHO­TO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.