Une consigne qui n’a ja­mais été ou­bliée

Une ha­bi­tude ré­vo­lue que celle de ra­me­ner ses bou­teilles chez son mar­chand ? Pour beau­coup, oui. Mais pas pour cer­tains ca­vistes.

La Montagne (Vichy) - - Vichy Vivre Sa Ville - Pierre Gé­rau­die pierre.ge­rau­die@cen­tre­france.com

C’est un temps que les moins de vingt ans ne doivent cer­tai­ne­ment pas connaître. Ce­lui où le père ou le grand­père se ren­dait chez son ca­viste ou son dé­bi­tant de bois­son, pa­nier en mains, pour lui dé­po­ser des bou­teilles vides et en ré­cu­pé­rer des pleines en échange.

Des bou­teilles de vin, de bière, de li­mo­nade, qui, con­trai­re­ment à au­jourd’hui, ne res­taient donc ja­mais bien long­temps au fond de la cave dans l’at­tente d’être je­tées dans la benne de couleur verte. Une autre époque, dé­jà bien loin­taine ? Pas vrai­ment. Car cette pra­tique de la consigne du verre reste plus que ja­mais d’ac­tua­li­té chez cer­tains ca­vistes du sec­teur de Vi­chy.

C’est le cas chez Pa­trick Jour­dain, dont l’en­seigne est ins­tal­lée rue Am­père, à Cus­set. « Ça me sur­prend un peu de lire ou d’en­tendre que la pra­tique de la consigne pour le verre re­vient à la mode dans cer­taines villes.

Parce que moi, c’est quelque chose que j’ai tou­jours fait », sou­rit le ca­viste, dont l’en­tre­prise fa­mi­liale existe de­puis 1964. Une époque où ra­me­ner son verre à son mar­chand était presque une norme, que cette cave cus­se­toise n’a donc ja­mais aban­don­née.

« On a tou­jours fonc­tion­né comme ça. Les gens viennent ache­ter leur vin, re­partent avec leur bou­teille, et me les ra­mènent pour que je les rem­plisse de nou­veau ». Une pra­tique que le ca­viste réa­lise es­sen­tiel­le­ment pour des vins de consom­ma­tion

cou­rante, c’est­à­dire des vins de table. Les grands crus ne sont gé­né­ra­le­ment pas concer­nés par la ro­ta­tion de bou­teilles.

Quelques contraintes

Mais s’il peut pra­ti­quer cette pra­tique de la consigne, c’est aus­si parce que Pa­trick Jour­dain dis­pose des in­fra­struc­tures et du ma­té­riel né­ces­saire. De la place, d’abord, et beau­coup de place. En pre­mier lieu pour ranger un im­por­tant stock de bou­teilles vides. « J’ai près d’une di­zaine de bou­teilles vides prêtes à l’em­ploi », pré­cise Pa­trick Jour­dain. De la place, aus­si,

pour pla­cer deux ma­chines in­dis­pen­sables à la pra­tique de la consigne : une la­veuse à bou­teille, et une ma­chine d’em­bou­teillage. Dans la pre­mière, les bou­teilles rap­por­tées au ma­ga­sin sont net­toyées, dés­éti­que­tées, et comme re­mise à neuf. « Des bou­teilles peuvent du­rer jusque plus de trente ans », pré­cise le ca­viste. La ma­chine à em­bou­teillage, elle, re­donne une iden­ti­té aux bou­teilles, avant d’al­ler les rem­plir dans des fûts qui, eux aus­si, né­ces­sitent une grande ca­pa­ci­té de sto­ckage, que les pe­tits ca­vistes ne peuvent par exemple pas avoir (lire ci­des­sous).

Éco­no­mique et éco­lo­gique

C’est en somme une vraie chaîne de tra­vail qu’a mis en place Pa­trick Jour­dain, dans sa grande ré­serve si­tuée der­rière sa bou­tique. D’après lui, et sans ou­blier son confrère de la cave De­bourbe, éga­le­ment à Cus­set, Pa­trick dit même « être un des der­niers ca­vistes du dé­par­te­ment à consi­gner le verre ». Une pra­tique qui re­pose sur la « confiance faite au client », et qui pré­sente de mul­tiples in­té­rêts pour le ca­viste.

« Dé­jà c’est une dé­marche éco­lo­gique, puis­qu’elle évite no­tam­ment de re­je­ter du verre dans un cycle de trans­for­ma­tion qui né­ces­site de l’éner­gie. Par ailleurs si je me fai­sais li­vrer en bou­teilles de vin il fau­drait deux ca­mions, là il suf­fit juste d’un ca­mion­réservoir pour rem­plir mes fûts. Donc c’est moins cher… ». Et si la consigne de­ve­nait donc une pra­tique… d’avenir ? ■

« Je m’étonne de voir que ça re­vient à la mode » Le ca­viste net­toie lui­même les bou­teilles ra­me­nées par ses cliens, qui sont en­suite de nou­veau rem­plies

PHOTOS DO­MI­NIQUE PARAT

RE­CY­CLAGE. Dans la ré­serve de sa grande cave à vins, Pa­trick Jour­dain conserve des di­zaines de bou­teilles qui au­ront vo­ca­tion à être ré­em­ployées.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.